Virus: les Palestiniens espèrent recevoir les premiers vaccins en février
Rechercher

Virus: les Palestiniens espèrent recevoir les premiers vaccins en février

Les vaccins prévus seront distribués aux frais de l'OMS et le reste de la population sera prise en charge sur le budget de l'Autorité palestinienne ou grâce à des pays donateurs

Une employée de la Kupat Holim Maccabi présente un flacon du vaccin Pfizer contre la COVID-19. (Yossi Aloni/Flash90)
Une employée de la Kupat Holim Maccabi présente un flacon du vaccin Pfizer contre la COVID-19. (Yossi Aloni/Flash90)

Les Palestiniens ont indiqué lundi qu’ils espéraient recevoir les premiers vaccins contre le coronavirus en février, avec pour objectif de couvrir 20 % de la population de Cisjordanie et de Gaza, grâce au dispositif international « Covax » d’aide aux pays les plus pauvres.

« Nous avons reçu une lettre officielle de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) selon laquelle l’acheminement des vaccins commencera le mois prochain afin de couvrir 20 % de la population », a indiqué à l’AFP Yasser Bouzia, un responsable au ministère de la Santé palestinien à Ramallah, en Cisjordanie.

D’après M. Bouzia, directeur général de la Santé publique, ces vaccins seront délivrés dans le cadre du dispositif Covax mis en place par l’OMS et l’Alliance pour les vaccins (Gavi), qui rassemble environ 190 pays dont plus de 90 à revenus faibles et intermédiaires.

Selon ce responsable, ils doivent être administrés en Cisjordanie (2,8 millions de Palestiniens) ainsi que dans la bande de Gaza (deux millions d’habitants), enclave dirigée par le mouvement terroriste islamiste du Hamas.

Les vaccins prévus dans le cadre du dispositif Covax seront distribués aux frais de l’OMS et le reste de la population sera prise en charge sur le budget de l’Autorité palestinienne ou grâce à des pays donateurs, a encore précisé M. Bouzia, qui n’a toutefois pas fourni d’échéancier.

Mi-décembre, le ministère de la Santé à Ramallah avait indiqué être en contact avec plusieurs laboratoires et avec la Russie pour acquérir des vaccins, mais pas avec le géant américain Pfizer, faute d’équipements permettant de stocker ce vaccin à très basse température.

Les Palestiniens n’ont par ailleurs pas officiellement indiqué s’ils avaient sollicité l’aide d’Israël, alors que l’Etat hébreu a commencé une campagne nationale très ambitieuse dès le 19 décembre – l’objectif actuel est de parvenir à une double vaccination de deux millions d’habitants d’ici la fin janvier.

Plusieurs organisations de défense des droits humains ont de leur côté appelé Israël à s’assurer de l’approvisionnement des Territoires palestiniens, estimant qu’il s’agissait « d’obligations légales ».

Lundi, le Premier ministre de l’Autorité palestinienne Mohammed Shtayyeh a déclaré qu’en attendant l’arrivée des vaccins, il n’y avait pas d’autre choix que de respecter les mesures comme le port du masque et les restrictions des rassemblements. Un couvre-feu est en vigueur en soirée et les week-ends en Cisjordanie et à Gaza.

Les autorités palestiniennes ont officiellement recensé près de 100 000 cas de contamination en Cisjordanie, pour plus d’un millier de décès.

A Gaza, environ 42 738 malades, dont près de 400 sont décédés, ont été identifiés par le ministère de la Santé du Hamas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...