Rechercher

Visa: Israël facilite les vols pour les Américano-palestiniens, pas pour les Gazaouis

Les Américains vivant en Cisjordanie peuvent demander des permis de voyage vers et à travers Israël pour des visites de 90 jours ; Washington surveillera la mise en œuvre du projet pilote

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Des passagers dans le hall d'arrivée de l'aéroport international Ben Gurion près de Tel Aviv, le 11 juillet 2023. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)
Des passagers dans le hall d'arrivée de l'aéroport international Ben Gurion près de Tel Aviv, le 11 juillet 2023. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)

Israël va assouplir les restrictions de voyage pour les Américano-Palestiniens, ce qui constitue un pas important vers son objectif d’intégrer le programme américain d’exemption de visa (VWP) dans les mois à venir, a annoncé mercredi le département d’État. Mais le texte de l’accord obtenu par le Times of Israel révèle que les citoyens américains de Gaza ne se verront pas accorder les avantages importants dont pourront bénéficier leurs homologues américains vivant en Cisjordanie et dans le reste du monde.

À partir de jeudi, les citoyens américains inscrits sur le registre de la population de l’Autorité palestinienne (AP) seront autorisés à se rendre en Israël et à passer par Israël – y compris par l’aéroport international Ben Gurion – pour une durée maximale de 90 jours, a déclaré un haut fonctionnaire du département d’État lors d’une conférence de presse. Le programme, qu’Israël a décrit comme un pilote, a été annoncé pour la première fois par le Times of Israel le mois dernier.

Les Américains d’origine palestinienne pourront, comme tous les autres citoyens américains, se rendre en Israël pour une durée maximale de trois mois, que ce soit pour affaires ou du tourisme.

Jusqu’à présent, ces Palestiniens ne pouvaient pas se rendre à Ben Gurion et étaient contraints de se rendre en Jordanie pour prendre l’avion à Amman, avec tous les frais et le temps de voyage supplémentaires que cela implique. Israël interdit aux Palestiniens d’avoir leur propre aéroport.

Le changement annoncé mercredi est un élément clé des exigences américaines selon lesquelles tous les pays participant au VWP doivent accorder des privilèges de voyage réciproques à tous les citoyens américains, tout comme les États-Unis le font pour tous les ressortissants des 40 pays qui participent déjà au programme.

La nouvelle politique a été intégrée dans un protocole d’accord de réciprocité signé par l’ambassadeur des États-Unis en Israël, Tom Nides, et l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis, Michael Herzog, a indiqué le bureau de Netanyahu.

« Cette procédure permettra à tout citoyen américain d’entrer en Israël (sans visa) et, par la suite, avec l’acceptation d’Israël en tant que membre du programme d’exemption de visa, permettra à tout Israélien d’entrer aux États-Unis sans avoir besoin d’un visa », a déclaré le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu, confirmant les changements de politique.

Israël cherche depuis longtemps à entrer dans le programme d’exemption de visa, qui permettrait à ses citoyens de se rendre aux États-Unis pour une durée maximale de 90 jours sans avoir à demander un visa au préalable – une procédure souvent complexe qui peut prendre des mois, voire plus d’un an.

Cependant, Jérusalem n’a jamais pu bénéficier de ce programme en raison d’un pourcentage relativement élevé de refus de visas et du traitement réservé aux voyageurs arabes et musulmans, qui dénoncent depuis longtemps une discrimination à l’aéroport Ben Gurion ainsi qu’à d’autres points de passage israéliens.

Israël a défendu ses pratiques en les qualifiant de mesures de sécurité nécessaires compte tenu des menaces terroristes auxquelles le pays est constamment confronté.

Cet argument a de nouveau été remis en question en début de semaine, après qu’une jeune Américaine d’origine palestinienne a relaté sur Twitter son voyage en Israël depuis les États-Unis, un voyage au cours duquel des agents de la compagnie aérienne israélienne El Al Airlines lui ont interdit d’apporter un ordinateur portable ou un chargeur dans l’avion pour des raisons de « sécurité ».

Elle a subi des heures de contrôles supplémentaires en privé et s’est finalement vue interdire l’embarquement dans l’avion d’El Al, ce qui l’a obligée à réserver un nouveau vol auprès d’une autre compagnie aérienne.

Un porte-parole d’El Al a rejeté les allégations de discrimination de la femme et a déclaré que l’inspection de ses bagages avait déclenché « plusieurs alertes » qui ont nécessité des contrôles de sécurité supplémentaires.

« Toutes les opérations ont été effectuées conformément aux procédures de sécurité et aux instructions des organismes autorisés, dans le but de maintenir la sécurité de l’avion et de tous les passagers, et pour ces seules raisons », a déclaré le porte-parole.

Les États-Unis sont depuis longtemps au courant de ces cas et un avis du département d’État avertit les voyageurs que « certains citoyens américains d’origine arabe ou musulmane (y compris les Américains d’origine palestinienne) ont connu des difficultés importantes et un traitement inégal et parfois hostile aux frontières et aux points de contrôle d’Israël ».

Néanmoins, en 2021, le président américain Joe Biden a demandé à son administration de veiller à ce que l’État juif soit admis dans le programme VWP. Les responsables de l’administration reconnaissent que l’entrée dans le VWP démontrerait la nature étroite des liens entre les États-Unis et Israël. D’autre part, ils considèrent que l’amélioration du traitement des groupes d’Américains harcelés à l’aéroport constitue un avantage supplémentaire.

Le département d’État a annoncé en janvier qu’Israël avait atteint le critère clé consistant à abaisser son taux de rejet des demandes de visa en dessous de 3 %.

Le président américain Joe Biden regardant le président israélien Isaac Herzog lors de leur rencontre dans le bureau ovale de la Maison Blanche, à Washington, le 18 juillet 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP)

La Knesset a ensuite adopté plusieurs textes législatifs concernant l’échange d’informations sur les passagers, qui sont actuellement mis en œuvre par diverses agences gouvernementales dans les deux pays.

Ce qui reste à mettre en œuvre et à tester, c’est l’engagement d’Israël à garantir l’égalité de traitement de tous les citoyens américains qui voyagent, sans distinction d’origine nationale, de religion ou d’appartenance ethnique.

Le haut fonctionnaire du département d’État a déclaré que les représentants américains surveilleraient au cours des six prochaines semaines la mise en œuvre par Israël des nouvelles mesures relatives aux voyageurs américains inscrits sur le registre de la population de l’Autorité palestinienne.

Le porte-parole du département d’État, Matthew Miller, a déclaré aux journalistes lors d’un point presse mercredi que les États-Unis décideraient si Israël « mérite d’être admis dans le programme » d’ici le 30 septembre.

Parallèlement, les États-Unis souhaitent qu’Israël démontre que de nombreux Américains d’origine palestinienne sont en mesure de déposer une demande d’autorisation d’entrée sur Internet auprès du coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT), chargé de la liaison militaire avec les Palestiniens, et de l’utiliser avec succès pour entrer et sortir d’Israël.

Les Américains d’origine palestinienne seront non seulement autorisés à passer par l’aéroport Ben Gurion, ils pourront également utiliser leurs autorisations de voyage pour se rendre dans n’importe quelle ville israélienne. Ils seront toutefois soumis à des mesures de sécurité et les Palestiniens qui ont été arrêtés par l’armée israélienne continueront probablement à rencontrer des difficultés pour voyager.

Passagers dans le hall d’arrivée de l’aéroport international Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 6 février 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Ces permis seront calqués sur le système électronique d’autorisation de voyage (ESTA) que les ressortissants des pays participant au programme d’exemption de visa remplissent pour entrer aux États-Unis. L’ESTA a une validité de deux ans au cours de laquelle les personnes approuvées peuvent entrer aux États-Unis pour autant de séjours qu’elles le souhaitent, jusqu’à 90 jours, sans avoir à présenter une nouvelle demande, à condition que leur séjour ne soit pas prolongé ou qu’elles ne travaillent pas illégalement.

Les autorités américaines ont exprimé l’espoir que le processus d’approbation israélien pour les voyageurs palestiniens ne prenne pas plus de 24 ou 48 heures.

Alors que la déclaration du bureau de Netanyahu indique que les nouvelles directives de voyage s’appliqueront aux Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza, le protocole d’accord obtenu mercredi par le Times of Israel révèle que les citoyens américains résidant à Gaza ne pourront pas utiliser le VWP pour entrer en Israël « compte tenu des menaces actuelles en matière de sécurité ». Le département d’État déconseille toujours aux citoyens de se rendre dans le territoire dirigé par le Hamas.

Ce sous-ensemble d’environ 500 personnes continuera à demander un permis d’entrée en Israël par le passage piéton d’Erez, comme c’est le cas actuellement.

En revanche, un citoyen américain de Gaza qui se trouve en dehors de l’enclave côtière sera autorisé à entrer en Israël en vertu des lignes directrices du programme d’exemption de visa (VWP).

Les restrictions imposées aux citoyens américains basés à Gaza semblent violer l’engagement de l’administration Biden de garantir un « traitement égal » à tous les citoyens américains se rendant dans un pays membre du programme d’exemption de visa « indépendamment de l’origine nationale, de la religion ou de l’appartenance ethnique » – un engagement qui figurait également dans l’accord bilatéral de mercredi, intitulé « Mémorandum d’accord entre le gouvernement de l’État d’Israël et le gouvernement des États-Unis d’Amérique sur l’extension des privilèges réciproques et le programme d’exemption de visa ».

Le protocole d’accord explique que la situation actuelle en matière de sécurité ne permet pas les « voyages de routine » entre Gaza et Israël, ce qui est une condition nécessaire pour que les citoyens américains de la bande de Gaza puissent voyager librement vers et à travers Israël dans le cadre du VWP. Le document indique qu’une fois que les voyages de routine auront repris, les citoyens américains résidant à Gaza seront autorisés à se rendre en Israël selon les mêmes directives du programme de protection des droits de l’homme que celles qui s’appliquent aux Américains vivant en Cisjordanie. Le protocole d’accord ne précise pas quand cela sera possible ni qui prendra cette décision.

Gaza est dirigée par le groupe terroriste islamiste du Hamas, qu’Israël et les États-Unis (et l’Union européenne) ont classé parmi les organisations terroristes. Seuls 500 citoyens américains environ vivent dans l’enclave côtière, alors que l’on estime à 35 000 le nombre de ceux qui vivent en Cisjordanie.

Les citoyens américains qui souhaitent quitter Gaza pourront demander un permis pour utiliser le point de passage d’Erez vers Israël, en suivant une procédure similaire à celle appliquée aux habitants de Gaza non américains qui travaillent en Israël, a indiqué le protocole d’accord, sans préciser quel aéroport ils pourront utiliser une fois arrivés dans l’État hébreu. Une source au fait du dossier a déclaré que ces habitants de Gaza n’auraient pas accès à Ben Gurion, mais devraient passer par le point de passage d’Allenby entre la Cisjordanie et la Jordanie, après quoi ils pourraient prendre un vol à Amman.

Ce trajet serait tout de même plus court que celui entre Gaza et Le Caire, qui est le chemin que les Palestiniens de l’enclave doivent actuellement emprunter s’ils veulent prendre l’avion à partir d’un aéroport international – un trajet parfois dangereux de six heures à travers la péninsule du Sinaï.

Le protocole d’accord reconnaît que tous les habitants de Gaza ne seront pas autorisés par Israël à entrer par le point de passage d’Erez, mais il propose un plan de secours quelque peu alambiqué. Lorsqu’un citoyen américain se voit refuser le permis d’utiliser le point de passage d’Erez, il doit soumettre une demande à l’AP afin de « se rendre dans un État tiers et de retourner à Gaza ». L’AP doit ensuite transmettre la demande à la liaison militaire israélienne avec les Palestiniens (COGAT), mais cette démarche doit être effectuée 45 jours avant la date de départ du voyageur, selon le protocole d’accord.

Apparemment consciente des conditions de voyage toujours difficiles pour les citoyens américains résidant à Gaza, l’administration Biden a persuadé Israël d’inclure une clause dans le protocole d’accord stipulant que les citoyens américains ayant un parent au premier degré à Gaza seront autorisés à demander, par l’intermédiaire du COGAT, un permis d’entrée dans l’enclave pour une durée maximale de 90 jours.

Néanmoins, la nature globalement limitée des améliorations apportées aux déplacements des citoyens américains basés à Gaza expose l’administration Biden aux critiques des démocrates progressistes, qui se sont opposés à l’octroi aux Israéliens du privilège majeur de voyager sans visa aux États-Unis en raison du traitement réservé par Israël aux voyageurs américains arabes et musulmans, qui font souvent l’objet d’un examen minutieux à l’aéroport et se plaignent parfois d’être traités de manière discriminatoire.

L’ambassadeur américain en Israël Tom Nides, à gauche, et le président de l’Autorité israélienne des aéroports Jerry Gershon au poste-frontière d’Allenby, le 2 avril 2023. (Crédit : Jeries Mansour, U.S. Office of Palestinian Affairs)

Cela expliquerait pourquoi l’administration Biden a cherché pendant des semaines à éviter de répondre à la question de savoir si les avantages du VWP s’appliqueraient aux citoyens américains à Gaza.

Lors d’une conférence de presse mercredi, un haut fonctionnaire du département d’État américain s’est contenté de dire que « nous avons pris des dispositions pour permettre aux citoyens américains de Gaza de demander des permis ».

Le porte-parole du département d’État, Matthew Miller, a lui aussi évité de répondre directement à la question lors de son propre point de presse quelques heures plus tard.

Dans sa propre annonce publique, Israël a également utilisé des termes vagues concernant ce qui avait été convenu. « La mise en œuvre complète du programme s’appliquera à tout citoyen américain, y compris ceux qui ont la double nationalité, les résidents américains de Judée et de Samarie et les résidents américains de la bande de Gaza », indique un communiqué du bureau du Premier ministre, qui utilise l’appellation israélienne pour désigner la Cisjordanie.

Les nouvelles directives pour les citoyens américains en Cisjordanie et dans la bande de Gaza entreront en vigueur jeudi.

Le fonctionnaire du département d’État qui a informé les journalistes mercredi a affirmé que l’entrée dans le VWP n’est pas seulement basée sur des changements formels de la politique d’Israël à l’égard des voyageurs palestiniens, mais aussi sur son traitement des voyageurs américains dans leur ensemble – une référence apparente au harcèlement des Arabes et des Musulmans américains.

Le fonctionnaire a déclaré que les États-Unis « cherchent à savoir quel type d’expérience ils ont » et veulent s’assurer que tous les voyageurs américains sont traités de la même manière, quelle que soit leur origine.

« Nous avons mis en place une approche qui nous permet d’obtenir des informations de diverses sources », a déclaré le fonctionnaire.

L’ambassadeur américain en Israël Tom Nides visite le mur Occidental le dernier jour de son mandat, le 12 juillet 2023.(Crédit : Fondation du patrimoine du Mur occidental)

Toutefois, la question du traitement des voyageurs par Israël est depuis longtemps plus difficile à contrôler, car toutes les personnes harcelées ne déposent pas de plainte officielle auprès des autorités américaines et les pays sont toujours autorisés à prendre des précautions pour des raisons de sécurité.

En conséquence, certains fonctionnaires américains ont confié en privé au Times of Israel que la principale priorité de l’administration Biden en ce qui concerne l’entrée d’Israël dans le VWP est de s’assurer que les citoyens américains inscrits sur le registre de la population de l’AP puissent recevoir des autorisations de voyage de 90 jours.

Cette politique aura un impact sur quelque 70 000 Américains d’origine palestinienne inscrits sur le registre de l’AP, dont la moitié vit en Cisjordanie. On estime à plus de 400 000 le nombre de Palestiniens-Américains basés aux États-Unis qui ne figurent pas sur le registre de l’AP.

Israël continuera à interdire l’entrée dans le pays à ceux qu’il considère comme une menace pour la sécurité, mais Reuters a cité une source israélienne qui a déclaré que Jérusalem n’imposerait pas d’interdiction stricte à ceux qui prônent le boycott de l’État juif. C’est pourtant la raison invoquée par le gouvernement Netanyahu pour interdire l’entrée sur son territoire aux représentantes américaines Rashida Tlaib et Ilan Khan, ainsi qu’à leurs homologues de l’Union européenne. Rashida Tlaib et Ilhan Omar en 2019. Rashida Tlaib, qui est d’origine palestinienne, souhaitait rendre visite à sa grand-mère en Cisjordanie.

Une autre mesure prise par Israël en début de semaine a consisté à modifier ses directives de voyage afin de permettre aux doubles ressortissants américains des quatre États ennemis d’Israël, à savoir l’Irak, l’Iran, la Syrie et le Liban, de bénéficier d’une autorisation d’entrée dans le cadre des règles du programme VWP, selon le protocole d’accord de mercredi.

Les personnes ayant voyagé dans un pays désigné par les États-Unis comme un État soutenant le terrorisme se verront probablement interdire l’entrée dans le cadre du programme VWP, mais seront encouragées à rechercher d’autres options de visa, dont l’obtention nécessite plus de temps.

La représentante Ilhan Omar, à droite, et la représentante Rashida Tlaib, lors d’une conférence de presse, le 19 août 2019, au State Capitol à St. Paul, dans le Minnesota, après que leur voyage prévu à Jérusalem et en Cisjordanie a été empêché par Israël. (Crédit : AP/Jim Mone)

Il s’agit d’un changement par rapport à la politique actuelle d’Israël, qui consiste à refuser de manière générale toute personne provenant d’un pays ennemi, indépendamment du fait qu’elle y ait vécu ou non.

Le protocole d’accord stipule également que les normes du VWP permettant à tous les citoyens américains de voyager librement vers et à travers Israël remplaceront les règles du COGAT mises en œuvre en octobre qui limitent l’entrée des étrangers en Cisjordanie.

L’entrée d’Israël dans le VWP est devenue une question de plus en plus contestée à Washington, car les législateurs démocrates – en particulier ceux dont les électeurs ont été victimes de harcèlement lors de voyages en Israël – ont exprimé leur scepticisme quant au fait qu’Israël modifierait suffisamment ses politiques pour mériter d’être accepté dans le programme.

Cette préoccupation a été exprimée dans une série de lettres que des dizaines de progressistes ont envoyées à l’administration Biden. Ces lettres ont suscité plusieurs contre-lettres de la part de législateurs plus conservateurs, soutenus par des groupes pro-israéliens, qui ont encouragé Biden à accepter Jérusalem dans le cadre du programme VWP.

Le bureau de Netanyahu a déclaré : « La mise en œuvre de ces procédures renforce les liens indéniables entre les deux pays et contribue directement à la sécurité d’Israël ».

Le président du Conseil national de sécurité a remercié Nides d’avoir été le fer de lance de ces efforts au cours des deux dernières années.

Le ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, s’est fait l’écho des louanges de Netanyahu à l’égard de l’ambassadeur américain sortant et a déclaré que son bureau travaillait avec les consuls israéliens à l’étranger pour veiller à ce que les nouvelles politiques soient correctement mises en œuvre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.