Rechercher

Vœux de Rosh HaShana de l’ambassadrice saoudienne aux USA aux Juifs américains

L'ambassadrice Reema Bandar Al Saud a souhaité "une bonne et douce nouvelle année" sur une carte décorée de miel, pommes et grenades

La princesse Reema Bandar Al Saud, ambassadrice de l'Arabie saoudite aux États-Unis (capture d'écran : YouTube)
La princesse Reema Bandar Al Saud, ambassadrice de l'Arabie saoudite aux États-Unis (capture d'écran : YouTube)

L’ambassade d’Arabie saoudite à Washington a envoyé un message de Rosh HaShana aux Juifs américains, leur souhaitant une bonne et douce nouvelle année juive, a rapporté NBC News mardi.

Selon la chaine, c’était la première fois que l’ambassade envoyait un tel message au peuple juif en Amérique.

« À l’occasion de Rosh HaShana, Son Altesse l’Ambassadrice Reema Bandar Al Saud adresse ses vœux pour une bonne et douce nouvelle année », a écrit l’ambassade sur la carte de vœux.

Au bas de la carte, on pouvait lire « Happy Shana Tova », ainsi que des images de miel, de pommes et de grenades, tous les aliments traditionnellement consommés lors des fêtes de Rosh HaShana.

La chaine ne précisait pas dans quel format la carte avait été envoyée. Rosh HaShana, le nouvel an juif, avait lieu lundi et mardi.

La semaine dernière, l’État d’Israël a félicité l’Arabie saoudite à l’occasion de sa fête nationale, comblant le royaume du Golfe de vœux chaleureux de paix et de sécurité, malgré l’absence de relations diplomatiques officielles entre les deux pays.

Le ministère israélien des Affaires étrangères envoie régulièrement des tweets de félicitations à l’occasion des journées nationales des pays, mais uniquement à ceux avec lesquels il entretient des relations diplomatiques officielles.

Les comptes Twitter en langue arabe gérés par le ministère des Affaires étrangères à Jérusalem ont publié au moins trois messages à l’occasion de la 89e fête nationale de l’Arabie saoudite, qui célèbre chaque année, le 23 septembre, le roi Abdul Aziz Ibn Saud qui a donné son nom à cette région en 1932.

L’existence de relations secrètes entre Jérusalem et Riyad, axées principalement sur les questions de sécurité, compte tenu notamment de leur hostilité mutuelle envers l’Iran, est bien connue, mais les manifestations publiques de sympathie par les voies diplomatiques officielles sont extrêmement rares.

Au cours des dernières années, Israël a intensifié son activité dans les pays arabes, en particulier dans le Golfe, au milieu de tensions croissantes avec l’Iran, un ennemi commun.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...