Voici l’auteur à succès de ‘Toy’, la chanson israélienne pour l’Eurovision
Rechercher

Voici l’auteur à succès de ‘Toy’, la chanson israélienne pour l’Eurovision

La chanson chantée par Netta Barzilai a été co-écrite par Doron Medalie, connu pour être le faiseur de tubes d'Israël et dont "l'Eurovision fait partie de son ADN"

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

« J’ai la réputation d’être le ministre du bonheur », a déclaré Medalie. « Cette chanson devrait faire danser tout le monde, avec un rythme joyeux en référence à l’A-Pop », la musique pop asiatique dont lui et Barzilai sont fans.

Medalie a grandi avec l’Eurovision, la compétition annuelle de musique, chérie mais souvent ridiculisée par les Israéliens. Il apprenait toutes les chansons par cœur avec ses amis. Il a ensuite étudié la musique et la danse.

Lors des dix dernières années, il s’est occupé de la sélection de l’Eurovision en Israël et a également écrit trois chansons interprétées par des chanteurs israéliens, dont « Golden Boy » par Nadav Guedj pour l’Eurovision 2015 et « Made of Stars » avec Hovi Star en 2016. Il a également écrit « Tel Aviv Ya Habibi Tel Aviv », et des chansons pour Shlomi Shabat, Eyal Golan, Omer Adam et d’autres.

Mais son intention avec « Toy » était de créer quelque chose de différent, léger, joyeux et accrocheur.

Doron Medalie, l’auteur de centaines de chansons israéliennes et la dernière de l’Eurovision, ‘Toy’ (avec la permission de Doron Medalie)

Une fois que Medalie et son co-auteur, Stav Beger, ont trouvé leur rythme pour « Toy », ils ont commencé à travailler sur le thème du jouet, un thème absent des chansons de l’Eurovision, et encore moins des chansons pop de l’histoire récente.

« C’était bingo pour moi », a-t-il déclaré. « Et quand Netta chante et bouge comme elle le fait, ça transforme les jouets en « Je ne suis pas ton jouet, ne joue pas avec moi. Utilisons des jouets pour dire quelque chose de différent sur le mouvement #MeToo. »

Les électeurs potentiels de l’Eurovision à travers l’Europe ont salué la chanson pour ses paroles, et la référence à la campagne #MeToo de l’année passée contre le harcèlement sexuel, ainsi que pour son attractivité et ses excentricités. L’événement cette année aura lieu à Lisbonne en mai.

Médalie a dit que puisque ce sont deux hommes qui ont écrit la chanson – il a déploré le manque actuel de femmes auteurs-compositeurs, alors qu’elles étaient nombreuses dans les années 1980 – ils ont dû relayer le message sur le pouvoir féminin et le rôle masculin. Il voulait rendre le tout un peu plus drôle et moins dramatique, tout en transmettant le message que cette femme, Netta Barzilai, se sentait bien sans homme.

Regarde moi, je suis une belle créature
Je ne me soucie pas des prédicateurs de l’époque moderne
Bienvenue aux garçons, trop de bruit, je vais vous apprendre
Hey, je pense que tu as oublié comment jouer
Mon ours en peluche s’en va
La Barbie a quelque chose à dire, hey
Mon « Simon dit » laisse-moi tranquille
J’amène mon Pikachu à la maison
Tu es stupide comme ton smartphone

Il y a aussi des références au personnage de Pokémon Pikachu, qu’a rajouté Barzilai (« c’est plus sa génération que la mienne », dit Medalie), ainsi qu’à Wonder Woman et Gal Gadot, l’actrice israélienne qui a récemment joué la super héroïne.

« Wonder Woman n’oublie jamais
Tu es divine et il est sur le point de regretter »

« Bien sûr, nous sommes amoureux de Gal Gadot, et je regardais le Wonder Woman avec Linda Carter », a déclaré Medalie. « C’était la seule chose à la télé ! C’est une partie de mon enfance. »

Pour Medalie, chaque chanson – même cette mélodie de danse enjouée et pop – doit avoir plusieurs épaisseurs, « des tas de sens dans chaque mot ».

La phrase préférée de Medalie est « Regarde-moi, je suis une belle créature / je me fous des prédicateurs de l’époque moderne », se référant à Barzilai, une femme avec des formes qui s’habille avec beaucoup de caractère. Medalie a dit qu’il en avait marre de voir les mêmes têtes dans les rues et qu’il cherchait un visage différent.

Netta Barzilai, candidate d’Israël à l’Eurovision 2018, chantera la chanson ‘Toy’ (Autorisation Eurovision)

« Quand j’ai vu Netta à sa première audition, je savais qu’elle allait gagner », a-t-il dit. « Elle était très spéciale et unique, et je ne pouvais pas détacher mes yeux de cette fille. Je suis un chasseur d’étoiles, c’est ce que je fais et chaque année arrive quelqu’un de spécial. »

Barzilai a également ajouté des sonorités comiques à la chanson, avec des sons de poulets caquettant :

« C’est un garçon bucka-mhm-buckbuckbuck-mhm
Bucka-mhm-buckbuckbuck
Je ne suis pas ta bucka-mhm-buck-mhm-buck-mhm »

Ils ont plus tard découvert que le bucka en mandarin signifie une sorte d’idiot, ajoutant un peu de saveur internationale – et de sens pop asiatique – aux paroles.

Il y a très peu d’hébreu dans la chanson, juste quelques phrases et sons, reconnaît Medalie. (Bien que la Bibliothèque nationale ait décidé de traduire la chanson en hébreu, juste pour le plaisir.)

Cette absence, malgré les victoires israéliennes des décennies précédentes avec « Abanibi » et « Hallelujah » en hébreu, est une conséquence des réalités de l’actuelle Eurovision, a-t-il expliqué.

« Cette compétition est éphémere et il y a tellement de chansons », a déclaré Medalie. « Vous voulez créer quelque chose qui va vivre plus de trois minutes après sa diffusion. Vous voulez créer un succès pour votre pays mais aussi quelque chose d’international auquel les gens peuvent s’identifier. »

Il semble que « Toy » soit conçu dans cet esprit.

Avant que la chanson ne soit dévoilée un jour avant sa sortie officielle, « Toy » était classé neuvième avec une côte gagnante à 20-1, sur une combinaison de plusieurs sites de paris, dont Ladbrokes. Après la sortie, elle a rapidement grimpé au sommet, avec une côte gagnante de 3-1.

En 60 ans du concours, Israël a gagné trois fois, la dernière c’était en 1998 avec « Diva » de Dana International. Si les votes dépendent de la qualité et la performance, la géopolitique régionale joue également un rôle, les pays liés culturellement ou politiquement votent souvent les uns pour les autres.

L’Eurovision a radicalement changé au cours de la dernière décennie, en particulier suite aux changements géopolitiques en Europe centrale et orientale, qui ont fait passer le nombre de pays participants de l’Eurovision de 25 à 43 actuellement.

La musique qui était auparavant jouée par un orchestre est à présent du playback – une forme de reproduction du son enregistré.

« C’est devenu fou, fou, fou », a déclaré Medalie. « Il n’y a plus rien à comparer, c’est totalement différent maintenant. »

Cette année, 27 pays seront en compétition.

« Cela a été mon terrain de jeu toute la dernière décennie », a déclaré Medalie. « Mais ce n’est jamais arrivé qu’une chanson soit donnée gagnante par tout le monde. Habituellement, vous avez deux, trois, quatre ou cinq pays qui représentent une véritable compétition pour les paris. »

Medalie et son équipe sont en répétition, après la sortie du clip vidéo cette semaine. Ces jours-ci, même la sonnerie de son téléphone est réglée sur « Jouet ».

« J’ai 40 ans et mon travail est mon hobby », a déclaré Medalie. « Mon premier souvenir d’enfant est celui d’Ofra Haza qui chante ‘Hai’ sur scène à Munich, en Allemagne. »

Pour Medalie, l’Eurovision est une fête.

« Beaucoup de gens sont embarrassés par leurs références liées à l’enfance. Ce n’est pas mon cas », a-t-il dit. « Quand j’étais enfant, c’était fascinant pour moi de découvrir ces autres cultures; c’était avant Google et Internet. Ce que je connaissais de l’Islande c’était uniquement par l’Eurovision. »

Pourtant, c’est ce sentiment de différences culturelles qui, selon Medalie, avait disparu des récentes programmations de l’Eurovisions. Il voulait revenir à un sens distinct de l’ethnicité pour mettre en avant l’équipe israélienne.

« C’est une compétition qui a changé ma vie pour de bon, pas seulement pour la musique », a-t-il déclaré. « L’Eurovision est dans mon coeur. Je peux rendre cet événement pertinent à nouveau, et personne ne dira qu’il est pathétique parce que je fais des hits depuis des années. »

Medalie est déterminé à gagner, principalement parce qu’il dit qu’Israël est « l’un des plus beaux pays de cette compétition ».

« Au cours de la dernière décennie, notre conscience a été polluée par Bibi [le Premier ministre Benjamin Netanyahu] nous affirmant que tout le monde nous déteste », a-t-il dit.

Il s’attend à ce que les activistes du BDS – partisans du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions qui accusent Israël de persécutions envers les Palestiniens – s’attaquent à la chanson, « parce que c’est leur travail ».

« Mais nous devrions prouver le contraire », a-t-il dit. « Ce que vous voyez maintenant avec les paris est la preuve qu’Israël peut gagner l’Eurovision. »

Les répétitions actuelles seront suivies par des tournées de relations publiques et deux semaines complètes à Lisbonne pour l’Eurovision 2018, qui, selon Medalie, est le plus grand spectacle vivant au monde.

« C’est le plus long processus dans lequel vous vous investissez pour une chanson de trois minutes », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...