Rechercher

Washington s’oppose à une normalisation des relations avec Bachar al-Assad

Le président turc, un soutien clé des rebelles cherchant à renverser le régime syrien depuis 2011, s'est dit dorénavant ouvert à une rencontre avec le dirigeant de Damas

Le président russe Vladimir Poutine (à droite) et le président syrien Bashar el-Assad allument des bougies lors de leur visite d'une cathédrale orthodoxe pour Noël, à Damas, en Syrie, le 7 janvier 2020. (Crédit : Alexei Druzhinin, Spoutnik, Kremlin Pool Photo via AP)
Le président russe Vladimir Poutine (à droite) et le président syrien Bashar el-Assad allument des bougies lors de leur visite d'une cathédrale orthodoxe pour Noël, à Damas, en Syrie, le 7 janvier 2020. (Crédit : Alexei Druzhinin, Spoutnik, Kremlin Pool Photo via AP)

Washington a appelé mardi toutes les nations à réfléchir à deux fois avant toute normalisation des relations avec le « brutal » président syrien Bachar al-Assad, dont un de ses ministres a récemment rencontré son homologue turc en Russie.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, un soutien clé des rebelles cherchant à renverser Bachar al-Assad depuis 2011, s’est dit dorénavant ouvert à une rencontre avec le dirigeant de Damas.

Leurs ministres de la Défense se sont rencontrés à Moscou fin décembre, première rencontre officielle à ce niveau entre les deux pays depuis le début de la guerre.

« Nous ne soutenons pas les pays qui intensifient leurs relations ou expriment leur soutien à la réhabilitation de Bachar al-Assad, un dictateur brutal », a déclaré à la presse le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price.

« Nous exhortons les Etats à soigneusement examiner le bilan atroce du régime Assad en matière de droits humains au cours des douze dernière années, alors qu’il continue d’infliger des atrocités au peuple syrien et de refuser l’accès à une aide humanitaire vitale », a t-il ajouté.

Un immeuble en ruine après un bombardement à l’aide de barils d’explosifs par les forces du gouvernement syrien dans le quartier al-Mowasalat du nord d’Alep, le 27 avril 2014. (Crédit : Zein al Rifai/Aleppo Media Center/AFP)

Bachar al-Assad, appuyé par la Russie, a repris le contrôle de la majorité du territoire syrien au cours d’un conflit qui a tué un demi-million de personnes, fait déplacer la moitié de la population du pays d’avant-guerre et vu la montée du groupe État islamique (EI).

L’année dernière ayant enregistré le plus faible nombre de morts depuis le début du conflit, un nombre croissant de pays considèrent M. Assad comme le vainqueur. En mars 2022, le dirigeant s’est rendu aux Émirats arabes unis, un allié des États-Unis, pour son premier voyage dans un autre État arabe depuis la guerre.

À la suite de la rencontre ministérielle à Moscou, la Turquie a accueilli mardi les principales figures de l’opposition pour les rassurer et a réitéré son soutien à la résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU en faveur d’un règlement politique en Syrie. 

Les États-Unis autorisent depuis 2020 l’application de sanctions contre Bachar al-Assad tant que le régime n’a pas rendu de comptes pour les atrocités commises.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.