Yad Vashem met en cause des honneurs rendus à 3 « sauveteurs de Juifs » Polonais
Rechercher

Yad Vashem met en cause des honneurs rendus à 3 « sauveteurs de Juifs » Polonais

Le musée considère que l’hommage donné par l’organisation From the Depths est basé sur une information peu claire et qu’elle pourrait donc tromper le public

Jonny Daniels de l'organisation From the Depths rend hommage à trois Polonais qui auraient sauvé des Juifs pendant la Shoah. (Crédit : Jonny Daniels/Facebook)
Jonny Daniels de l'organisation From the Depths rend hommage à trois Polonais qui auraient sauvé des Juifs pendant la Shoah. (Crédit : Jonny Daniels/Facebook)

Le mémorial Yad Vashem a exprimé ses inquiétudes à propos d’un groupe polonais qui a honoré trois personnes que le musée n’a pas reconnues comme ayant pris des risques pour sauver les vies de Juifs.

Joel Zisenwine, le directeur du Département des Justes parmi les Nations du musée Yad Vashem, a déclaré « craindre que ces actions puissent conduire à tromper le public », dans un email adressé ce mois à Meir Bulka, un militant impliqué dans la commémoration de la Shoah en Israël, qui dirige le groupe JNerations.

Bulka avait écrit à Zisenwine pour se plaindre de l’honneur accordé à trois personnes à Varsovie le mois dernier par l’organisation From the Depths, qui a été fondée par Jonny Daniels, un activiste israélo-britannique impliqué dans la commémoration de la Shoah. Daniels a dit que les hommes honorés ont sauvé environ 3 000 personnes en leur fournissant des documents qui leur ont permis de s’échapper.

« Les éléments sur lesquels Daniels s’est basé pour attribuer ces honneurs ne sont pas du clairs », a écrit Zisenwine.

L’une des personnes honorées, Julian Kulski, « avait été nommé par les Nazis comme le maire actif de Varsovie, demandant aux responsables du ghetto local de réduire sa taille, de libérer des appartements etc », a écrit Zisenwine.

Des Juifs alignés dans le ghetto de Varsovie au cours de la Seconde guerre mondiale (Crédit : Autorisation de l’American Jewish Joint Distribution Committee Archives via JTA)

Yad Vashem avait examiné une demande de reconnaissance effectuée par le fils de Kulski, mais l’avait rejetée dans les années 1980 « à cause de témoignages contradictoires avec d’autres sources, qui donnent une vision légèrement différente de son attitude vis-à-vis des Juifs », avait déclaré Zisenwine.

Duda Falik compte parmi ceux qui ont affirmé que Kulski avait sauvé la vie de Juifs. En 1980, elle avait dit à Yad Vashem que Kulski avait caché ses parents de 1940 à 1944.

Daniels a déclaré au JTA que son groupe n’avait donné aucun titre mais défendait sa décision « de dire merci » à Kulski et à toute autre personne qu’il considérait digne d’un remerciement en se basant sur ses recherches et celle de l’Institut polonais du Souvenir National.

La reconnaissance des Polonais qui ont sauvé des Juifs pendant la Shoah est une question sensible.

Dans ce domaine, des efforts par le gouvernement de droite de Pologne ont été critiqués par certains Juifs qui ont affirmé qu’il s’agissait de mettre en lumière l’héroïsme de la période de la Shoah, dans le but de masquer certaines complicités.

Yad Vashem a reconnu 6 863 Justes polonais – beaucoup plus que dans n’importe quel autre pays. Mais en février, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a affirmé que pour la seule ville de Varsovie, 90 000 à 150 000 personnes avaient risqué leurs vies pour sauver des Juifs.

Les partisans de Daniels ont déclaré qu’il avait développé des partenariats qui réduisent la rhétorique antisémite. Ses détracteurs, y compris le grand rabbin de Pologne Michael Schudrich, l’ont accusé d’avoir aidé le gouvernement à politiser le débat sur la Shoah. Cette année, le gouvernement polonais a notamment passé une loi polémique qui interdit d’attribuer les crimes nazis à la Pologne.

Daniels, qui en février a critiqué une déclaration de Morawiecki comme une forme de « négationnisme de la Shoah », a défendu son travail comme étant apolitique et visant à préserver la mémoire de la Shoah, tout comme à construire des liens culturels entre la Pologne et Israël.

« Nous aimerions qu’il y aient davantages de fondations juives qui disent merci », a déclaré Daniels au JTA au sujet de la critique de Yad Vashem. Son groupe, qui interviewe des survivants et de sauveteurs dans des films de témoignage, organisera d’autres événements dans les prochaines semaines afin d’exprimer sa gratitude envers ceux qu’il considère comme des sauveteurs, a-t-il déclaré, alors que « le temps presse ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...