Israël en guerre - Jour 202

Rechercher

Yigal Amir/14e chaîne : 2 autres firmes cessent leurs pubs

Delek Motors et Caesarstone ont suivi Strauss et déclaré que la chaîne d’extrême-droite "creuse le fossé et aggrave la fracture" dans la société israélienne

L'avocat Ari Shamai dit que Yigal Amir, assassin du premier ministre Yitzhak Rabin en 1995, devrait être libéré de prison, sur un panel de la Quatorzième chaîne le 30 juillet 2023. (Crédit : Capture d'écran, utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
L'avocat Ari Shamai dit que Yigal Amir, assassin du premier ministre Yitzhak Rabin en 1995, devrait être libéré de prison, sur un panel de la Quatorzième chaîne le 30 juillet 2023. (Crédit : Capture d'écran, utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)

L’importateur de voitures israéliennes Delek Motors et le fabricant Caesarstone ont annoncé mardi qu’ils cesseraient de faire de la publicité sur la Quatorzième chaîne, une chaîne conservatrice pro-Netanyahu parfois comparée à Fox News, après l’appel d’un intervenant à la libération d’Yigal Amir, l’assassin du Premier ministre Yitzhak Rabin.

Bien que la Quatorzième chaîne ait déclaré qu’elle n’inviterait plus Ari Shamai peu après ses remarques, les deux sociétés ont décidé de suivre l’exemple de Strauss, un très important conglomérat alimentaire, qui a été le premier, lundi, à suspendre sa publicité sur la chaîne.

« Au vu des remarques faites concernant la libération de l’assassin du Premier ministre Yitzhak Rabin, la société suspend sa publicité sur la Quatorzième chaîne et réfléchit à la suite à donner », peut-on lire dans les communiqués de presse distincts de Delek Motors et de Caesarstone, spécialisée dans les surfaces en quartz.

« Depuis quelques mois, la société israélienne est déchirée par une profonde fracture ; elle se trouve à l’un des carrefours les plus sensibles et les plus tendus que nous ayons connus dans notre histoire », poursuivent les communiqués, dont des passages entiers sont identiques. « En cette période, il est de notre devoir à tous de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour réduire les tensions et nous concentrer sur ce qui nous unit, et non sur ce qui nous divise. À notre grande déception, non seulement la Quatorzième chaîne ne le fait pas, mais en plus elle creuse le fossé et élargit la fracture. »

« Le summum a été l’appel à la libération de l’assassin du Premier ministre Yitzhak Rabin, appel qui a été applaudi par le public dans le studio et qui a été repris le lendemain par un présentateur principal de la chaîne », a ajouté la lettre de Delek Motors, faisant peut-être référence aux propos de Shai Golden qui a comparé Yigal Amir aux manifestants contre la réforme judiciaire, affirmant qu’ils avaient tort de s’opposer à la volonté de la majorité.

« Nous estimons que ni nous ni nos pairs ne devrions contribuer à un comportement aussi méprisable et le financer », a déclaré Delek Motors dans son communiqué. « Nous espérons que cette décision incitera la direction de la chaîne à procéder à un examen de conscience approfondi. Notre décision ne sera reconsidérée qu’après des changements significatifs de sa politique ».

Vue de l’usine de bonbons Strauss Elite à Nof Hagalil, dans le nord d’Israël, le 28 avril 2022. (Crédit : David Cohen/FLASH90)

En réponse, la Quatorzième chaîne aurait rejeté la prise des décisions de Delek Motors et de Caesarstone sur le groupe Strauss, en déclarant : « Nous sommes déçus qu’une société publique comme Strauss ait choisi « d’éduquer » le public plutôt que de le servir. Strauss a décidé d’entraîner d’autres sociétés dans son sillage afin de masquer son rôle dans les efforts déployés pour faire disparaître la Quatorzième Chaîne, mais cela ne marchera pas ».

Shamai a tenu ces propos dimanche dans le cadre d’une discussion sur l’émission de débats populaire de la Quatorzième chaîne, « The Patriots », portaient sur l’arrêt rendu dimanche par la Haute Cour, selon lequel une loi récemment adoptée par la Knesset a été spécifiquement conçue pour permettre à Boaz Yosef, maire par intérim de Tibériade et proche du président du parti Shas, Aryeh Deri, de briguer un mandat, et ne doit donc entrer en vigueur qu’après les élections municipales du 31 octobre.

« Je suis heureux d’entendre une déclaration selon laquelle la Haute Cour de justice et la Cour suprême sont opposées aux lois personnelles. Si c’est le cas, le moment est venu de libérer l’assassin Yigal Amir parce qu’il existe des lois personnelles contre lui », a affirmé Shamai, dont les propos ont été opposés par les autres membres du panel, mais applaudi par le public du studio de l’émission. L’animateur Yinon Magal a déclaré : « Nous n’allons pas entrer dans ce débat ».

Shamai semblait faire référence à une loi adoptée en 2001, appelée familièrement « la loi Yigal Amir », qui interdit aux commissions de libération conditionnelle de gracier ou de commuer la peine d’un prisonnier condamné pour le meurtre d’un Premier ministre pour des raisons politiques.

La Quatorzième chaîne a rapidement désavoué la remarque de Shamai et a déclaré qu’il ne serait plus invité à l’émission ni sur la chaîne.

« Les graves remarques d’Ari Shamai ne représentent que son point de vue. Compte tenu de la gravité de la question, Shamai ne sera plus invité à participer aux programmes de la chaîne », a déclaré la chaîne dans un communiqué.

Shamai, avocat et personnalité des médias, a eu plusieurs clients très médiatisés au cours de sa carrière, notamment Gonen Segev, ancien ministre de l’Énergie condamné pour espionnage au profit de l’Iran, des membres du fan club extrémiste du Beitar Jérusalem, La Familia, et Ronnie Leibowitz, un braqueur de banque en série bien connu.

Les déclarations de Shamai ont été faites lors de sa première apparition sur la Quatorzième chaîne après avoir été suspendu pendant cinq mois pour avoir dit que les manifestants contre la réforme judiciaire du gouvernement étaient les descendants des juifs du ghetto de Varsovie qui ont refusé de se battre contre les nazis lors de l’insurrection du ghetto.

Shamai n’a exprimé de remords pour aucune de ses déclarations lors d’interviews à la radio accordées à la suite de sa dernière exclusion.

Rabin a été assassiné le 4 novembre 1995 par Yigal Amir, un juif extrémiste opposé aux accords d’Oslo de 1993, en vertu desquels Israël allait transférer des territoires en Cisjordanie sous le contrôle des Palestiniens. Yigal Amir a revendiqué la légitimité religieuse du meurtre et a déclaré avoir été motivé à tuer Rabin par les résultats des élections de 1992 qui ont porté au pouvoir le leader du parti Avoda et par le massacre de 29 Palestiniens perpétré par le terroriste juif Baruch Goldstein à Hébron en 1994.

Amir a tiré sur Rabin à la fin d’un grand rassemblement pour la paix à Tel Aviv, organisé pour marquer l’opposition à toute violence et montrer le soutien du public à ses efforts de négociation avec les Palestiniens.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.