Yvan Attal revient sur les réactions en Israël à propos de son film « Ils sont partout »
Rechercher

Yvan Attal revient sur les réactions en Israël à propos de son film « Ils sont partout »

Le long-métrage traite des nombreux clichés de l'antisémitisme

Le réalisateur Yvan Attal (à droite), avec Charlotte Gainsbourg et Dany Boon, pendant le tournage de Ils sont partout, à Paris. (Crédits : autorisation de Wild Bunch Productions)
Le réalisateur Yvan Attal (à droite), avec Charlotte Gainsbourg et Dany Boon, pendant le tournage de Ils sont partout, à Paris. (Crédits : autorisation de Wild Bunch Productions)

La comédie « Ils sont partout » d’Yvan Attal vient de sortir en Israël dans laquelle il s’attaque aux clichés antisémites de manière humoristique pour mieux les dénoncer.

Les spectateurs israéliens ont pu découvrir un Yvan Attal dans le rôle d’un Juif tiraillé, obsédé par son identité juive. « C’est quoi être Juif ? » s’interroge-t-il. Son identité le rend paranoïaque, il consulte donc un psychologue pour lui faire part de ses questionnements.

Les séances de psychologue sont entrecoupées d’histoires courtes qui viennent illustrer à la fois les clichés répandus sur les Juifs et les inquiétudes d’Yvan Attal.

Les Juifs sont partout, les Juifs sont riches, les Juifs ont tué Jésus, les Juifs sont radins…

De passage en Israël, Yvan Attal a été reçu chez i24 news. Lors d’une interview, ce dernier explique que le film résonne autrement en Israël, notamment par rapport à l’anti-sionnisme, problématique traitée dans le film.

« C’est intéressant de voir les Israéliens réagir au film, c’est intéressant de voir les Français qui vivent ici maintenant réagir à ce film parce qu’il y a forcément des questions posées dans le film qui les concernent directement ».

D’autre part, Yvan Attal estime que les réactions israéliennes sont dans leur globalité bonnes. « J’ai l’impression que le film intéresse », ce qui a été confirmé par le distributeur israélien, notamment parce que les Israéliens « sentent bien que pour un juif de diaspora, Israël représente quelque chose », a souligné le réalisateur.

Pour Yvan Attal, les Français s’étant installés en Israël « comprennent très, très bien le film contrairement à beaucoup en France. »

Concernant le succès de ce film dans l’hexagone, Yvan Attal a conscience d’avoir traité d’un sujet trop polémique pour attirer une forte audience.

« Moi je n’ai jamais fait ce film pour faire des entrées. (…) Le film traite d’un sujet compliqué et on ne va pas faire un million d’entrées sur un sujet aussi compliqué que ça. Si je veux faire demain un film populaire, je ne parlerai surtout pas d’antisémitisme et surtout pas des juifs.  (…) Je ne considère pas ce film comme un échec. (…) Je pense que le film à révélé beaucoup de choses. »

Enfin Yvan Attal révèle que la promotion de ce film, qu’il a effectué seul, a été un long chemin solitaire durant lequel il a pris conscience de la pertinence de son film.

« L’aventure du film m’a révélé l’état de la France à ce sujet, (…) l’aventure du film m’a révélé un antisémitisme bien au-delà de ce que j’imaginais. » Ce qui a été douloureux, selon les propos du réalisateur, qui déclare que la présence de l’antisémitisme est ancrée en France.

Enfin selon Benjamin Tovias, critique cinéma pour Yediot Aharonot, le film ne s’adresse pas directement à un public israélien mais plutôt aux Français qui seront en mesure de comprendre l’humour et les sarcasmes du film.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...