Zarif critique Soleimani et dit que la Russie a voulu saboter l’accord nucléaire
Rechercher

Zarif critique Soleimani et dit que la Russie a voulu saboter l’accord nucléaire

Dans une interview, le ministre dit qu'il ignorait les décisions politiques de l'IRGC, et qu'il a été "étonné" d'apprendre par les USA des frappes israéliennes en Syrie

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif participe à une conférence de presse à Caracas, au Venezuela, le 5 novembre 2020. (Matias Delacroix/AP)
Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif participe à une conférence de presse à Caracas, au Venezuela, le 5 novembre 2020. (Matias Delacroix/AP)

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a critiqué le pouvoir de Qassem Soleimani dans des fuites publiées dimanche d’une interview qu’il a donnée l’année dernière, affirmant que le chef assassiné du Corps des Gardiens de la révolution islamique déterminait la politique de Téhéran.

M. Zarif a déclaré que M. Soleimani avait collaboré avec la Russie pour saboter l’accord nucléaire et avait agi dans la longue guerre en Syrie d’une manière qui portait atteinte aux intérêts de Téhéran, tout en le dénigrant à plusieurs reprises, a rapporté le New York Times.

« Dans la République islamique, le domaine militaire règne en maître », a déclaré Zarif. « J’ai sacrifié la diplomatie pour le domaine militaire plutôt que le domaine au service de la diplomatie ».

Les extraits suggèrent également que M. Soleimani a refusé d’écouter la demande du ministère des Affaires étrangères, qui souhaitait que Téhéran apporte un soutien moins manifeste au dirigeant syrien Bashar el-Assad, notamment en n’utilisant pas la compagnie aérienne nationale Iran Air pour transporter du matériel et du personnel militaires en Syrie et en ne déployant pas de forces terrestres dans ce pays déchiré par la guerre.

Le commandant des Gardiens de la Révolution islamique, le général Qassem Soleimani, (au centre), lors d’une réunion avec le Guide suprême, l’Ayatollah Ali Khamenei, et les commandants des Gardiens de la révolution à Téhéran, en septembre 2016. (Crédit : Office of the Iranian Supreme Leader via AP)

M. Zarif a également critiqué M. Soleimani pour avoir autorisé des avions russes à survoler l’Iran en vue de bombarder la Syrie.

M. Zarif a déclaré qu’il était souvent tenu dans l’ignorance des questions de sécurité et que, « à son grand étonnement », l’ancien secrétaire d’État américain John Kerry lui a dit qu’Israël avait attaqué les intérêts iraniens en Syrie au moins 200 fois.

M. Zarif a fait ces commentaires lors d’une conversation enregistrée d’une heure avec un économiste nommé Saeed Leylaz, qui a eu lieu en mars dernier dans le cadre d’un projet de récit historique oral. Une copie a été divulguée à la chaîne d’information en persan Iran International, basée au Royaume-Uni, considérée comme hostile à l’Iran et appartenant à des Saoudiens.

Zarif précise dans l’enregistrement audio que l’interview n’a jamais été destinée à être publiée.

L’armée israélienne a lancé des centaines de frappes en Syrie depuis le début de la guerre civile en 2011 contre les tentatives de l’Iran d’établir une présence militaire permanente dans le pays et contre les efforts déployés pour transporter des armes de pointe, qui changent la donne, vers les groupes terroristes de la région, principalement le Hezbollah.

Selon le Times, on peut entendre Zarif à plusieurs reprises dans l’interview souligner que ses propos n’étaient pas destinés à être publiés.

M. Zarif a également affirmé que M. Soleimani s’était rendu à Moscou pour « démolir notre réussite » et tenter d’empêcher la Russie de soutenir l’accord nucléaire conclu avec les puissances mondiales.

Il a également déclaré que la Russie ne souhaitait pas que l’accord aboutisse, car cela aurait pour effet de normaliser les relations de Téhéran avec l’Occident, et que Moscou avait donc « pesé de tout son poids » pour placer des obstacles sur la voie de l’accord.

Selon le Guardian, qui n’a pas publié de citations directes de l’interview, M. Zarif a déclaré que des « forces à l’intérieur de l’Iran » ont tenté d’empêcher l’adoption de l’accord nucléaire de 2015 par plusieurs méthodes, dont une attaque contre l’ambassade saoudienne.

Des troupes des Gardiens de la révolution participent à un défilé militaire marquant le 39e anniversaire du début de la guerre Iran-Irak, devant le sanctuaire du défunt fondateur de la révolution, l’ayatollah Khomeini, juste à l’extérieur de Téhéran, en Iran, le 22 septembre 2019. (Bureau de la présidence iranienne via AP)

M. Zarif aurait décrit l’influence du Corps des Gardiens de la Révolution islamique sur la politique étrangère comme étant « comparable à une guerre froide », a rapporté le Guardian, ajoutant que le principal envoyé iranien a affirmé qu’il passait plus de temps à s’occuper de l’organisation qu’à d’autres tâches.

M. Zarif a déclaré que lorsque le Corps des Gardiens de la Révolution islamique a abattu un avion de ligne ukrainien, tuant toutes les personnes à bord, il a assisté à une réunion avec des responsables de la sécurité qui l’ont attaqué et lui ont dit qu’il n’était pas vrai que l’Iran avait abattu l’avion.

Il a déclaré qu’on lui avait demandé d’envoyer un tweet niant que la Garde avait abattu l’avion, alors que l’IRGC savait immédiatement ce qui s’était passé.

Des fleurs et des bougies sont placées devant les portraits des membres de l’équipage de l’avion ukrainien 737-800 qui s’est écrasé dans la banlieue de Téhéran, lors d’un mémorial à l’intérieur de l’aéroport international de Borispil, près de Kiev, en Ukraine, le 11 janvier 2020. (Efrem Lukatsky/AP)

Selon le Times, M. Zarif a fait l’éloge de M. Soleimani à certains moments de l’entretien, affirmant qu’ils avaient collaboré avec succès avant les invasions américaines de l’Irak et de l’Afghanistan, et l’envoyé iranien a déclaré que l’assassinat de M. Soleimani par les États-Unis avait causé plus de dégâts que l’anéantissement d’une ville.

Les États-Unis ont tué M. Soleimani, qui supervisait le corps expéditionnaire des Gardiens de la révolution, la Force Al-Qods, ainsi que d’autres personnes lors de la frappe du 3 janvier 2020 près de l’aéroport international de Bagdad.

Pendant des années, Soleimani a été considéré comme l’architecte d’une grande partie des activités malveillantes de l’Iran au Moyen-Orient, notamment les tentatives de prise de pied en Syrie et les attaques à la roquette contre Israël, ce qui a fait de lui l’une des cibles les plus recherchées par Israël et les États-Unis.

L’attaque contre M. Soleimani est intervenue après des mois d’incidents qui ont fait monter la tension entre les deux pays. L’Iran a riposté par un tir de missile balistique visant les troupes américaines en Irak, une attaque dont M. Zarif a déclaré que les États-Unis étaient au courant avant lui.

Un chien passe devant des policiers gardant l’entrée du Grand Hotel Wien pendant les négociations nucléaires à huis clos avec l’Iran, à Vienne, le 16 avril 2021, où les diplomates de l’UE, de la Chine, de la Russie et de l’Iran mènent leurs discussions. (JOE KLAMAR / AFP)

Ces fuites interviennent à un moment délicat, l’Iran étant actuellement engagé dans des pourparlers indirects avec les États-Unis, sous la médiation de l’Europe à Vienne, en vue de relancer l’accord nucléaire, alors même qu’il enrichit de l’uranium à des niveaux jamais atteints.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a admis que M. Zarif avait accordé l’interview, mais a déclaré que ses propos avaient été déformés par l’utilisation de citations sélectives, selon le Guardian.

Saeed Khatibzadeh, un porte-parole du ministère, a qualifié la fuite de « politique contraire à l’éthique ».

L’ancien vice-président Mohammad Ali Abtahi a déclaré que la publication des commentaires de M. Zarif « équivaut à un vol par Israël des documents nucléaires » de l’Iran.

En 2018, le Mossad a réussi à récupérer une énorme quantité de documents dans un entrepôt de Téhéran, détaillant le programme nucléaire iranien.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu désigne les archives du programme nucléaire iranien qu’Israël s’est procuré et qui, selon lui, prouvent que l’Iran a menti sur ses activités, le 30 avril 2018. (Crédit : Bureau du Premier ministre)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...