Rechercher

Zelensky rejette la proposition de céder des territoires ukrainiens à la Russie

Kissinger a été accusé d'agir "comme en 1938", en référence aux accords de Munich qui ont permis à l'Allemagne nazie d'annexer certaines parties de la Tchécoslovaquie

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'adressant au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, depuis Kiev, le 23 mai 2022. (Crédit: AP Photo/Markus Schreiber)
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'adressant au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, depuis Kiev, le 23 mai 2022. (Crédit: AP Photo/Markus Schreiber)

JTA – Le président ukrainien juif Volodymyr Zelensky a évoqué la Shoah pour répondre à l’ancien secrétaire d’État américain juif Henry Kissinger, qui a soutenu cette semaine au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, que l’Ukraine devrait renoncer à son espoir de récupérer le territoire que la Russie a annexé en 2014 dans le but de mettre un terme à la guerre actuelle le plus rapidement possible.

Henry Kissinger a déclaré lundi que l’Ukraine devrait mettre fin à la guerre en acceptant le « statu quo ante« , autrement dit l’annexion effective par la Russie en 2014 de territoires dans l’est de l’Ukraine.

« À mon avis, les négociations sur la paix doivent commencer dans les deux prochains mois afin que l’issue de la guerre puisse enfin être envisagée », a-t-il déclaré.

Zelensky a rejeté cette suggestion ; ses remarques ont été traduites en anglais par son bureau mercredi.

« Quoi que fasse la Russie, il y a toujours quelqu’un qui demande à ce que ses intérêts soient pris en compte. Cette année à Davos, cela s’est encore produit », a déclaré Zelensky. « Pour preuve, aujourd’hui à Davos, Kissinger refait surface et préconise de donner un morceau de l’Ukraine à la Russie pour éviter toute aliénation de la Russie à l’Europe. »

Zelensky a ajouté « qu’il semble que le calendrier de Kissinger ne soit pas en 2022, mais en 1938, et qu’il pensait s’adresser à un public non pas à Davos, mais à Munich ».

Henry Kissinger, ancien conseiller national à la sécurité et secrétaire d’État des États-Unis, à Jérusalem, en mai 2008. (Crédit : Olivier Fitoussi / FLASH90)

La référence à 1938 fait allusion à l’accord conclu à Munich cette année-là par les puissances d’Europe occidentale pour permettre à Adolf Hitler de revendiquer certaines parties de la Tchécoslovaquie, dans l’espoir de calmer ses ardeurs. Hitler a envahi la Pologne l’année suivante, déclenchant ainsi la Seconde Guerre mondiale.

Zelensky a ensuite évoqué le passé personnel de Kissinger lié à la Shoah.

« À propos, en 1938, année où la famille de Kissinger fuyait l’Allemagne nazie, il avait 15 ans et comprenait tout parfaitement », a déclaré Zelensky. « Personne ne l’a entendu dire, à l’époque, qu’il fallait s’adapter aux nazis au lieu de les fuir ou de les combattre. »

Kissinger, aujourd’hui âgé de 99 ans, a fui l’Allemagne nazie dans sa jeunesse. À sa majorité, il s’est engagé dans l’armée américaine et a combattu les nazis en Allemagne. Il a été le premier secrétaire d’État américain juif, de 1973 à 1977.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...