Jusqu’à vendredi soir, Barack Obama n’avait pas autorisé l’adoption d’une seule résolution du Conseil de sécurité critiquant Israël tout au long de ses deux mandats à la présidence des États-Unis et avait mis en place une politique délibérée de blocage de telles résolutions.

« Le Premier ministre (Benjamin) Netanyahu avait la possibilité de conduire des politiques qui auraient engendré un autre résultat », a déclaré Ben Rhodes, un proche conseiller de Barack Obama.

« Le fait que cela arrive à la fin de nos huit ans de mandat montre que ce n’était pas l’évolution que nous préférions », a-t-il poursuivi. « Si c’était ce résultat que nous cherchions, nous l’aurions obtenu depuis longtemps ».

En revanche, beaucoup de ses prédécesseurs ont permis à des mesures similaires de passer.

Les anciens présidents Lyndon Johnson, Richard Nixon et Gerald Ford ont tous permis à l’Assemblée générale des Nations unies et/ou au Conseil de sécurité d’adopter des résolutions critiquant l’État juif; Ronald Reagan aurait vu 21 mesures par le biais de l’organisme international, tandis que George H.W. Bush a autorisé neuf, Bill Clinton trois et George W. Bush, six.

En novembre 1981, par exemple, l’administration Reagan a voté en faveur d’une résolution de l’Assemblée générale condamnant les frappes aériennes d’Israël sur un réacteur nucléaire irakien, qui faisait partie d’une campagne visant à empêcher l’Irak de réaliser ses aspirations nucléaires. Cette mesure demandait également au Conseil de sécurité « d’enquêter sur les activités nucléaires d’Israël » et de soumettre les sites nucléaires de l’État juif à un contrôle international.

En mai 2004, l’administration Bush s’est abstenue de voter un projet de résolution au Conseil de sécurité condamnant Israël pour la démolition de maisons palestiniennes à Gaza en plein milieu de la Seconde Intifada.

Ehud Olmert et George W. Bush à la Maison blanche en mai 2006 (Crédit : Avi Ohayon/GPO/Flash 90)

Ehud Olmert et George W. Bush à la Maison blanche en mai 2006 (Crédit : Avi Ohayon/GPO/Flash 90)

En utilisant un langage qui a souvent été adopté dans des résolutions visant Israël au fil des ans, la mesure énonce « l’obligation d’Israël, la puissance occupante, de respecter scrupuleusement ses obligations et responsabilités légales dans le cadre de la quatrième Convention de Genève »,

Au cours des huit dernières années, Obama a cependant protégé Israël contre les résolutions « unilatérales » aux Nations unies.

Sous la présidence d’Obama, les Etats-Unis ont utilisé en 2011 leur pouvoir de veto pour bloquer une mesure similaire à celle adoptée vendredi soir.

Lors de son discours de septembre à l’Assemblée générale des Nations unies, le président avait déclaré : « La paix est un travail difficile. La paix ne viendra pas par des déclarations et des résolutions aux Nations Unies – si c’était aussi facile, elle aurait été accomplie depuis. »

Alors que le vote approchait vendredi, un certain nombre de démocrates de haut niveau ont publié des déclarations publiques exhortant Obama à apposer son veto à la résolution.

Le sénateur Chuck Schumer (démocrate, New York) au troisième jour de la convention démocrate nationale à Philadelphie, le 27 juillet 2016. (Crédit : Joe Raedle/Getty Images via JTA)

Le sénateur Chuck Schumer (démocrate, New York) au troisième jour de la convention démocrate nationale à Philadelphie, le 27 juillet 2016. (Crédit : Joe Raedle/Getty Images via JTA)

Le sénateur new-yorkais Chuck Schumer, l’un des plus éminents membres juifs du Congrès et le nouveau leader de la minorité sénatoriale, a déclaré qu’il avait « parlé directement à l’administration à plusieurs reprises » et « dans les termes les plus forts possibles ». Schumer a décrit une décision « extrêmement frustrante, décevante et déconcertante ».

Pendant ce temps, les républicains du Congrès exprimaient leur propre indignation.

Le sénateur de Caroline du Sud, Lindsey Graham, a menacé de « former une coalition bipartisane pour suspendre ou réduire considérablement l’aide des États-Unis aux Nations Unies » si l’organisme international venait à adopter la résolution.

Affaire à suivre.