Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a cherché mardi matin à apaiser une crise de coalition naissante, alors que les membres du parti pro-implantations HaBayit HaYehudi ont menacé d’entraver, voire de renverser, son gouvernement en raison de la decision de démolir des bâtiments construits illégalement en Cisjordanie.

« Nous agissons pour renforcer les implantations, et nous le faisons en conformité avec la loi », a déclaré Netanyahu dans un communiqué quelques heures après que des centaines de policiers des forces spéciales de la police israélienne aient pris d’assaut les immeubles dans le quartier Dreinoff de l’implantation de Beit El, au nord de Jérusalem.

« Notre position concernant les maisons à Beit El est claire », a poursuivi Netanyahu.

« Nous nous opposons à leur démolition et nous agissons par voie judiciaire pour prévenir une telle eventualité. Je demande aussi que la position du gouvernement, à savoir que le processus de planification sur le site soit poursuivi et qu’il n’y a donc pas nécessité de démolir les maisons, soit portée devant la Haute Cour de Justice »

Les forces de sécurité israéliennes affrontent les résidents de l'implantation de Beit El  barricadés dans une tentative d'empêcher la démolition des bâtiments construits illégalement,  le 28 juillet 2015 (Crédit photo: Nati Shohat / Flash90)

Les forces de sécurité israéliennes affrontent les résidents de l’implantation de Beit El barricadés dans une tentative d’empêcher la démolition des bâtiments construits illégalement, le 28 juillet 2015 (Crédit photo: Nati Shohat / Flash90)

Malgré les assurances que la décision de la cour de démolir les bâtiments n’était pas un fait accompli, les ministres et les députés de droite de la coalition de Netanyahu – la plupart d’entre eux du parti HaBayit HaYehudi – ont réagi avec indignation à l’évacuation du site.

Le ministre de l’Éducation Naftali Bennett, qui dirige HaBayit HaYehudi, a invoqué le retrait de la bande de Gaza à l’été 2005, qui a vu des milliers d’Israéliens expulsés de leurs maisons.

« Dix ans après le désengagement, quelqu’un a oublié que, cette fois, le camp nationaliste detient le pouvoir publique et politique », a-t-il dit dans un communiqué qui a également mentionné le ministre de la Défense Moshe Yaalon pour son échec dans « l’apaisement » la situation.

Yaalon, pour sa part, a déclaré qu’il était «opposé» à la démolition prévue et a promis qu’il ferait tout son possible pour l’éviter.

Bennett, selon le communiqué, a parlé avec Netanyahu et a exigé que ce dernier annonce que le gouvernement n’a pas l’intention d’exécuter l’ordre de démolition de la cour.

D’autres membres du parti de Bennett ont publié des déclarations plus pugnaces, comme le ministre de l’agriculture Uri Ariel, qui, dans une interview à la radio israélienne, n’a pas exclu la possibilité de quitter la coalition si la démolition devait avoir lieu.

La coalition dispose actuellement d’une majorité serrée de 61 contre 59, de sorte qu’elle peut tomber si même une partie seulement de la coalition devait la quitter.

La critique de l’évacuation des bâtiments ne s’est cependant pas limitée pas au parti HaBayit HaYehudi.

Le ministre de l’Intégration Zeev Elkin du parti Likud de Netanyahu a déclaré qu’il condamnait « l’évacuation nocturne », et a appelé Yaalon à compléter le processus d’approbation rétroactive de la construction des bâtiments.

« Rien de plus absurde que la démolition de bâtiments qui pourraient être reconstruits une minute plus tard, » a-t-il dit dans un communiqué.

« Ces jours-ci, où nous commémorons douloureusement l’expulsion du Goush Katif [dans la bande de Gaza] et du nord de la Samarie [en Cisjordanie], sont un temps pour construire, pas un temps pour détruire. »

Avigdor Liberman, un ancien ministre des Affaires étrangères qui dirige le parti d’opposition Yisrael Beytenu, a accusé Netanyahu de poursuivre une politique « de gauche », et a exhorté HaBayit HaYehudi à quitter le navire à se joindre à lui dans une « opposition nationaliste, de sorte qu’il soit possible d’établir un gouvernement véritablement nationaliste,qui construira plutôt au lieu de démolir ».

Times of Israel staff a contribué à cet erticle.