Personne ne peut battre Israël quand il s’agit de coiffure fantaisie… du moins pas cette année.

Début mai, les coiffeurs israéliens Alon (Alexei) Selezniov et Hai Shooshan ont gagné respectivement l’or et l’argent à la Coupe du Monde Hairworld MOC à Francfort, en Allemagne, épatant les juges et les spectateurs avec leurs brillantes créations.

Le MOC, fondée en 1946, est le plus important organisme de coiffeurs professionnels dans le monde, avec des membres dans 50 pays.

Coiffeurs, mi-sculpteurs, Selezniov, Shooshan et leurs collègues créateurs combinent les compétences techniques et l’art pour créer des coupes excentriques, des styles de cheveux colorés qui font ressembler les modèles à des créatures d’un autre monde.

Selon Shooshan, les coiffeurs fantaisies sont des autodidactes – au moins en Israël. « Nous n’avons aucun endroit pour apprendre ça. Nous faisons même nos propres produits », explique Shooshan au Times of Israel.

« Je prépare mes propres gels et sprays, parce que les produits normaux ne peuvent pas apporter le maintien dont nous avons besoin. J’ai même inventé mon propre peigne [appelé SplitHair], qui est en attente d’approbation pour un brevet ».

En coiffure fantaisie, il n’existe pas de règles et tout est permis.

L’idée est d’utiliser des cheveux – beaucoup, beaucoup de cheveux pour arriver à la plus excentrique des coiffures, allant jusqu’à défier la gravité. Les stylistes utilisent à la fois des cheveux naturels et synthétiques.

La conception extravagante en forme de paon qu’a montré Shooshan à Francfort lors de la compétition qui a eu lieu du 3 au 5 mai est entièrement faite à base de cheveux, sauf pour les quelques plumes.

« Les juges sont à la recherche de la hauteur. Toujours de plus en plus de hauteur », explique t-il. « Et ils sont toujours en quête de quelque chose de nouveau. Alors, j’ai fait un plumage de paon qui s’ouvre et se ferme grâce à une télécommande ». Une vidéo de la création montre qu’il envoie également de la fumée.

Shooshan, qui a fait sa formation professionnelle dans sa ville natale de Haïfa et plus tard à Tel Aviv, n’a pas commencé à faire tout de suite de la coiffure fantaisie, qui est un phénomène relativement nouveau.

Maintenant, la coiffure fantaisie représente 30 % de son travail. Il fait surtout cela pour les films, la télévision, les séances photos pour les magazines et les défilés de mode.

L’entrepreneur de 30 ans, qui a un salon sur la rue Ben Yehuda à Tel Aviv, n’a jamais étudié l’art.

Il aimerait bien retourner à l’école, mais il explique que jongler entre sa vie professionnelle et familiale (il a une femme et une fille) est tout ce dont il a le temps pour le moment.

Aussi occupé soit-il, Shooshan s’arrête un instant pour savourer les deux premières places des Israéliens au championnat. « Je suis très heureux que nous ayons pris l’or et l’argent », raconte-t-il fièrement.

La cérémonie de remise de médailles est tombée le jour de Yom Haatsmaout (Jour de l’Indépendance d’Israël).

« Nous étions là, deux Israéliens sur le podium en Allemagne », se souvient-il. « J’ai apporté un drapeau israélien avec moi, et Alon et moi le tenions ensemble ».

Hai Shooshan (droite) avec son modèle. (Crédit : Autorisation)

Hai Shooshan (droite) avec son modèle. (Crédit : Autorisation)