Israël en guerre - Jour 189

Rechercher

2 élues Raam et Hadash-Taal sanctionnées pour des propos sur la guerre

Les députées font l'objet d'interdictions temporaires et de retenues de salaire ; Iman Khatib-Yassin s'est excusée, mais pas Aida Touma-Sliman

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

La députée Raam, Iman Khatib-Yasin, lors d'une interview avec la chaîne de la Knesset, le 5 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
La députée Raam, Iman Khatib-Yasin, lors d'une interview avec la chaîne de la Knesset, le 5 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)

Citant des déclarations incendiaires, la commission d’Éthique de la Knesset sanctionne deux députées arabes en leur interdisant de participer aux audiences et aux votes de la Knesset pour un certain temps, et en leur appliquant une baisse de salaire.

La commission estime que la députée Raam Iman Khatib-Yasin a « nié les atrocités » commises par le Hamas lors de l’attaque terroriste du 7 octobre, et que la députée Hadash-Taal Aida Touma-Sliman a faussement accusé Israël de commettre un « crime de guerre » au cours de la guerre qu’il mène pour détruire le Hamas dans la bande de Gaza.

Khatib-Yasin, qui s’est excusée pour ses remarques après avoir subi des pressions de la part du chef du parti Raam, Mansour Abbas, pour qu’elle démissionne, est exclue des sessions des commissions et du plénum de la Knesset pendant un mois et se voit retirer deux semaines de salaire.

Touma-Sliman, qui, selon la commission, ne s’est pas excusée et n’est pas revenue sur ses déclarations, est exclue des sessions des commissions et du plénum de la Knesset pendant deux mois et se voit également retirer deux semaines de salaire.

Peu après que la Knesset a projeté des images des attaques du 7 octobre, que Khatib-Yasin a déclaré avoir refusé de regarder, la législatrice a déclaré à la chaîne de la Knesset le 5 novembre : « Ils n’ont pas massacré de bébés et ils n’ont pas violé de femmes, du moins pas dans les images. »

La députée a suggéré que si de tels actes s’étaient produits, ils auraient été inclus dans les images, ajoutant que « si cela s’est produit, c’est une honte… Si cela s’était produit ».

Le chef du parti Raam, Mansour Abbas, a exhorté Khatib-Yassin à se retirer. Elle ne l’a pas fait, mais a présenté ses excuses pour les propos qu’elle a tenus lors de l’interview. »J’ai commis une erreur, je suis désolée et je présente mes excuses », a écrit Khatib-Yassin dans un communiqué.

« Je n’avais pas l’intention de minimiser ou de nier l’horrible massacre du 7 octobre et les actes terribles commis à l’encontre des femmes, des bébés et des personnes âgées qui ont été tués dans le sud. »

Quelques heures après la décision de la commission d’éthique, la Knesset a projeté pour la deuxième fois des images brutes de l’attaque du Hamas dans le sud d’Israël, le 7 octobre, a déclaré un porte-parole du président de la Knesset, Amir Ohana.

Khatib-Yassin, qui, avec un groupe de législateurs, avait demandé à Ohana d’organiser une nouvelle projection, était présente lors de la projection, a déclaré le porte-parole.

La demande d’une deuxième projection a été formulée à la suite d’une tentative de deux législateurs du Likud d’expulser Khatib-Yassin du Parlement. Cette procédure, fastidieuse, n’a pas encore franchi la première étape.

Dans sa décision de mercredi, la commission d’éthique a écrit que la négation d’atrocités par « une représentante publique officielle de l’État d’Israël qui reçoit son salaire en tant que représentante publique est une question très sérieuse qui équivaut à une grave violation de l’éthique ».

Khatib-Yassin n’a pas répondu à la demande de commentaire du Times of Israel.

Aida Touma-Sliman, députée de l’alliance arabe radicale Hadash-Taal, à la Knesset, à Jérusalem, le 8 juin 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

De son côté, Touma-Sliman a écrit le 11 novembre sur X que, selon certaines informations, Israël avait bombardé des salles d’opération d’hôpitaux et tirait sur des habitants de Gaza qui tentaient d’évacuer la bande de Gaza du nord au sud, en empruntant des couloirs humanitaires préétablis.

« Témoignages de l’hôpital Shifa : salles d’opération bombardées, odeur de phosphore dans l’air, 48 chirurgiens restants, tirs en direct sur les déplacés « dans les couloirs humanitaires » », écrivait-elle.

« Et ils insistent encore : l’armée la plus morale du monde ne fait pas de mal aux innocents et n’attaque pas les hôpitaux », a-t-elle poursuivi.

Les forces israéliennes ont nié avoir tiré sur des civils dans les couloirs humanitaires et affirme que le Hamas l’a fait parfois pour décourager leur évacuation. Israël maintient qu’il n’utilise les engins incendiaires que comme écran de fumée et non pour cibler les civils. L’armée israélienne a déclaré à l’Associated Press, au début du mois, que le principal type d’obus fumigènes qu’elle utilise « ne contient pas de phosphore blanc ». L’armée israélienne n’a pas exclu l’utilisation du phosphore blanc dans certaines situations, selon l’Associated Press.

Dans sa décision, la commission d’éthique a écrit qu' »un député accusant Tsahal d’un crime de guerre contribue aux efforts des ennemis de l’État d’Israël pour saper la légitimité de l’État d’Israël, que ce soit intentionnellement ou non », et a noté qu’il « regrettait » que Touma-Sliman n’ait pas rétracté ses propos.

La commission a écrit que Touma-Sliman a défendu ses remarques comme relevant à la fois de la liberté d’expression et un relais d’informations. La commission a noté qu’elle « a également exprimé sa conclusion » en portant un jugement sur la moralité de Tsahal.

Peu après l’annonce des sanctions, le parti Hadash-Taal de Touma-Sliman a accusé la commission d’éthique de mener une chasse aux sorcières politique contre les Arabes israéliens.

« Exclure la députée Aida Touma-Sliman des délibérations de la Knesset est une décision politique maccarthyste qui renforce la campagne de persécution [menée] par les extrémistes de droite contre la société arabe et ses représentants politiques », a écrit Hadash-Taal, une faction majoritairement arabe qui comprend un parti communiste, dans une déclaration.

Hadash-Taal a ajouté que Touma-Sliman « s’est exprimée dans le cadre de la liberté d’expression politique à laquelle chaque membre de la Knesset a droit » et « qu’il n’y a pas de problème éthique avec les remarques de la députée Touma-Sliman ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.