Israël en guerre - Jour 255

Rechercher

2 Portugais condamnés pour avoir gravé leurs noms sur la porte d’Auschwitz

Rui Manuel F. et Joao L., 17 ans, avaient été interpellés alors qu'ils gravaient leur noms et prénoms, ainsi que la date et leur pays d'origine, sur la porte d'entrée principale du camp d'extermination

Entrée principale du camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau. (Crédit : Tulio Bertorini/CC-BY)
Entrée principale du camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau. (Crédit : Tulio Bertorini/CC-BY)

Deux adolescents catholiques portugais ont été condamnés mardi par un tribunal polonais à un an de prison avec sursis pour avoir gravé leur noms sur la porte d’entrée principale du camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, par laquelle arrivaient les convois de déportés.

Ils étaient venus en Pologne pour participer aux Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) organisées à Cracovie avec le pape François.

Rui Manuel F. et Joao L. [la justice polonaise rend publique seulement les prénoms et les initiales des noms], âgés de 17 ans, avaient été interpellés le 28 juillet dernier alors qu’ils gravaient leur noms et prénoms, ainsi que la date et leur pays d’origine, dans les briques rouges de cette porte tristement célèbre.

Le tribunal de première instance d’Oswiecim les avait condamnés en février à un an de prison avec sursis pour destruction « d’objets à valeur historique », une peine que le tribunal de Cracovie a confirmé mardi en appel.

Les rails de chemin de fer qui mènent au camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, en Pologne. Illustration. (Crédit : Serge Attal/Flash90)
Les rails de chemin de fer qui mènent au camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, en Pologne. Illustration. (Crédit : Serge Attal/Flash90)

Tous les équipements d’Auschwitz, y compris sa clôture et les objets toujours ensevelis dans la terre, font partie du Musée de l’ancien camp nazi d’extermination, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le musée constate régulièrement des vols de toutes sortes d’objets, comme des bouts de fils de fer barbelés, par des visiteurs qui veulent un souvenir du camp.

Le musée est visité chaque année par plus d’un million de personnes du monde entier.

Le plus célèbre vol est celui, en 2009, de l’inscription en fer forgé « Arbeit macht frei » (Le travail rend libre), installée au dessus de la principale porte du camp. L’objet a été retrouvé et ses voleurs condamnés à des peines de prison.

Entre 1940 et le début de 1945, l’Allemagne nazie a exterminé à Auschwitz-Birkenau environ 1,1 million de personnes, dont un million de Juifs de différents pays européens. Ce camp où quelque 80 000 Polonais non juifs, 25 000 Roms et 20 000 soldats soviétiques ont également trouvé la mort, a été libéré par l’Armée Rouge en janvier 1945.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.