2 soldats emprisonnés pour attentat à la pudeur
Rechercher

2 soldats emprisonnés pour attentat à la pudeur

Les deux membres de l'unité d'élite Shayetet 13 sont condamnés à 8 et 9 mois de prison pour avoir tenté de contraindre une collègue de sexe féminin

Illustration d'un jeune criminel menottes aux poignets. (YakobchukOlena / iStock, par Getty Images)
Illustration d'un jeune criminel menottes aux poignets. (YakobchukOlena / iStock, par Getty Images)

Mardi, un tribunal militaire a condamné deux soldats d’une unité de commando d’élite à des peines de prison pour attentat à la pudeur sur une collègue de sexe féminin, après que les accusations de viol ont été considérablement revues à la baisse dans le cadre d’une négociation de plaidoyer.

Le sergent-chef Shai Refaelov et le sergent David Swissa, qui occupent tous deux des fonctions administratives au sein de l’unité de commando d’élite Shayetet 13 de Tsahal, ont été condamnés en décembre après qu’une femme soldat les a accusés de vouloir avoir des rapports sexuels forcés avec elle.

L’acte d’accusation original accusait les deux hommes de viol lors de l’incident du 27 mars 2017 dans la ville d’Atlit, dans le nord du pays. Selon l’acte d’accusation, ils sont entrés dans un véhicule militaire avec elle et ont essayé de la forcer sans son consentement.

L’accusation de viol a finalement été abandonnée après des négociations entre les avocats des deux soldats et de la victime, dans le cadre d’une négociation de plaidoyer qui les a fait reconnaître coupables d’attentat à la pudeur.

Un des avocats des deux accusés a déclaré à l’époque que la négociation de plaidoyer prouvait que l’acte d’accusation original était « loin de la vérité » et qu’il y avait « beaucoup d’incohérences dans le témoignage du demandeur ».

Un tribunal militaire de Haïfa a condamné Refaelov à neuf mois de prison et Swissa à huit mois. Les peines comprennent le temps déjà passé en prison.

Le tribunal a également condamné les deux hommes à une peine d’un an d’emprisonnement avec sursis et leur a ordonné de verser à leur victime un montant total de 3 000 shekels en dommages-intérêts. Ils ont été rétrogradés au rang de soldat.

« Il ne fait aucun doute que les infractions décrites sont graves », a déclaré le tribunal dans sa décision. « Ces actions justifient une punition sévère sous forme d’emprisonnement de plusieurs mois, à la lumière de la violation des valeurs de la société. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...