Rechercher

290 rues de Berlin portent le nom de personnes aux opinions antisémites

Le préfet de police n'appelle pas à changer les noms, mais dit que les résultats devraient susciter des discussions sur des siècles d'antisémitisme en Allemagne

Une voiture roule dans la rue de Berlin qui porte le nom de Heinrich von Treitschke. (Crédit : Google Maps via JTA)
Une voiture roule dans la rue de Berlin qui porte le nom de Heinrich von Treitschke. (Crédit : Google Maps via JTA)

JTA – L’historien allemand du 19e siècle qui a inventé la phrase, popularisée plus tard par les nazis, « les Juifs sont notre malheur » a une rue qui porte son nom à Berlin.

Il en va de même pour un fonctionnaire du 15e siècle qui a soutenu une purge meurtrière des Juifs de sa région, et pour un athlète de compétition qui était la coqueluche du régime nazi.

Au total, au moins 290 rues ou places de la capitale allemande portent le nom de personnes qui ont épousé des opinions antisémites, selon une nouvelle analyse, menée par le préfet de police de la ville, chargé de la lutte contre l’antisémitisme.

Samuel Salzborn, un spécialiste des sciences politiques, qui a été nommé au poste de commissaire l’année dernière, ne demande pas que les noms des rues soient modifiés. Il a déclaré au radiodiffuseur allemand RBB que son bureau avait lancé cette étude pour « créer une base systématique pour une importante discussion sociale ».

A LIRE : Les « Judensau », ces statues antisémites ornant les églises dont celles de France

Cette discussion porte notamment sur la manière de prendre en compte le fait que l’antisémitisme ait été une opinion courante pendant des siècles en Allemagne, ce qui signifie que de nombreuses personnes ayant apporté des contributions importantes à la société en général peuvent avoir exprimé des opinions antisémites.

Cette gravure qui figure sur la façade de l’église St. Marien à Wittenberg, en Allemagne, représente des Juifs tétant une truie. (Crédit : Toni L. Kamins)

Par exemple, Martin Luther, le théologien allemand du 16e siècle à l’origine du protestantisme, a appelé à persécuter et bannir les Juifs. La Martinlutherstrasse traverse un quartier branché de Berlin.

Le rapport mentionne plusieurs rues qui portent le nom de personnes qui ont participé activement à la résistance au régime nazi, mais qui avaient auparavant exprimé des opinions antisémites.

Un exemple important est Martin Niemöller, un pasteur qui s’est opposé au nazisme et qui a écrit en 1946 le célèbre poème First They Came, qui énumère de nombreuses victimes du nazisme et dénonce le silence des autres Allemands face à la persécution.

Martin Niemöller en 1952. (Crédit : Domaine public/CC0 1.0)

La Pastor-Niemöller-Platz, une place publique et une station de métro dans la partie nord de Berlin, lui rend hommage.

Mais Niemöller a exprimé des opinions antisémites, accusant les Juifs de déicide. Harold Marcuse, professeur d’histoire allemande moderne à l’Université de Californie, Santa Barbara, a écrit en 2003 que Niemöller « était certainement un antisémite raciste. »

Niemöller, qui a finalement été emprisonné avec des détenus juifs, par les nazis pour s’être opposé à eux, a reconnu en 1963 son antisémitisme et s’en est excusé. Il est mort en 1984 à l’âge de 92 ans.

D’autres personnes dont les noms se retrouvent dans les rues de Berlin, qui compte 4 000 routes au total, ont des antécédents plus clairs.

Otto Dibelius (Crédit : CC BY-SA 3.0 DE)

Otto Dibelius, un évêque décédé en 1967 qui, avant la montée du nazisme, avait écrit sur la « solution » au « problème juif », a une rue de deux pâtés de maisons à son nom.

La proposition de Dibelius était d’arrêter l’immigration des Juifs et d’attendre que le nombre de Juifs allemands s’effondre.

Pendant ce temps, une rue de quatre pâtés de maisons portant le nom de Heinrich von Treitschke, qui a inventé l’expression « les Juifs sont notre malheur », se termine par un centre commercial qui comprend un magasin de vêtements Zara.

L’étude de l’auteur, un politologue nommé Felix Sassmannshausen, suggère que le changement de nom pourrait être approprié dans certains cas.

Dans d’autres, a-t-il ajouté, l’ajout d’une plaque ou d’un autre marqueur de l’histoire antisémite de l’homonyme de la rue pourrait être une bonne mesure.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...