6 bénédictions d’Israël pour son 68e Jour d’Indépendance
Rechercher

6 bénédictions d’Israël pour son 68e Jour d’Indépendance

Une population croissante, une économie encore plus rapide, plus de téléphones portables par habitants qu’aux Etats-Unis et plus de femmes au parlement : il y a beaucoup à fêter à 68 ans

L'orchestre de Tsahal et les chanteurs de différents groupes de l'armée en spectacle lors de la cérémonie en l'honneur des soldats exceptionnels à la résidence du président à Jérusalem le Jour de l'Indépendance, le 23 avril 2015 (Crédit : Miriam Alster / Flash90)
L'orchestre de Tsahal et les chanteurs de différents groupes de l'armée en spectacle lors de la cérémonie en l'honneur des soldats exceptionnels à la résidence du président à Jérusalem le Jour de l'Indépendance, le 23 avril 2015 (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

JTA – Quand Israël est entré en 1948 dans sa guerre d’Indépendance, la ville côtière de Rishon Lezion était une petite implantation de moins de 20 000 habitants.

Alors que les vagues d’immigrants inondaient Israël pendant ses premières années, beaucoup ont été installés dans des camps temporaires dans les banlieues sablonneuses de Rishon Lezion. Les arrivants affrontaient les hivers pluvieux sous la tente et ont subsisté sur le programme national de rationnement de la nourriture, qui limitait la consommation de viande et d’œuf des Israéliens.

Moins de 70 ans plus tard, Rishon Lezion est la quatrième ville d’Israël, un centre animé de presque 250 000 habitants parsemés de centres commerciaux.

La ville reflète la croissance fulgurante qu’a connue la société israélienne en 68 ans, depuis la fondation de l’Etat. Bien qu’Israël affronte des défis sociaux, culturels, religieux et militaires, il s’est épanoui économiquement, technologiquement, et militairement. Alors que la nation célèbre son Jour d’Indépendance, voici six chiffres qui montrent comment.

La population d’Israël a décuplé depuis 1948

Israël a été fondé avec une population de 806 000 habitants. Aujourd’hui, il y a 8,5 millions d’Israéliens, dont environ 75 % de juifs.

En 1948, un peu plus d’un tiers des Israéliens étaient des sabras, nés dans le pays. Les autres étaient des immigrants, venus soit d’une Europe déchirée par la guerre, du Moyen Orient ou d’Afrique du Nord. Aujourd’hui, les trois quarts des Israéliens sont nés en Israël.

Mais l’immigration, ou alyah, continue à faire grossir les rangs : 30 000 immigrants sont arrivés en Israël en 2015, dont presque 8 000 de France, 7 000 d’Ukraine, et environ 3 800 des Etats-Unis et du Canada. Au total, 2,5 % de la population d’Israël, environ 200 000 personnes, viennent des Etats-Unis.

Les villes israéliennes ont grandi rapidement. Jérusalem Ouest, en 1948, comptait mois de 100 000 habitants. Maintenant, les parties est et ouest de la ville comptent plus de 800 000 résidents. Seize villes israéliennes accueillent plus de 100 000 habitants, et huit plus de 200 000.

En pourcentage, plus d’Israéliens que d’Américains ont un téléphone portable

Pendant les premières décennies d’Israël, l’accès au téléphone était un luxe. Dans les années 1970, les nouveaux immigrants attendaient parfois pendant des années d’avoir une ligne dans leur appartement. En attendant, ils se rendaient dans des cabines téléphoniques, qu’ils payaient avec une pleine poignée de jetons.

Maintenant, 96 % des Israéliens ont un téléphone portable, plus que les 90 % d’Américains. Une nuée de compagnies téléphoniques israéliennes se fait concurrence pour obtenir les shekels des clients, et les innovations technologiques israéliennes ont rendu les téléphones portables du monde entier plus puissants.

Depuis 1948, l’économie israélienne a grandi plus vite que sa population. Le PIB [Produit Intérieur Brut] du pays était de 6,6 milliards de dollars actuels en 1048. Aujourd’hui, Israël produit environ 44 fois plus, presque 300 milliards de dollars par an.

En 2010, le pays a rejoint l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), une organisation regroupant les pays les plus riches.

Le mode de vie a aussi changé. Le PIB par habitant d’Israël est aujourd’hui de 35 000 dollars, 6,7 fois plus qu’en 1948, en tenant compte de l’inflation. Neuf ans après la fondation de l’Etat, un dixième des Israéliens avaient la climatisation pour affronter l’été étouffant du pays. A présent, et heureusement, presque 90 % des Israéliens en profitent à la maison. Le pays compte presque 3 millions de voitures, contre 34 000 en 1948.

L’armée de l’air israélienne est passée d’inexistante à la plus puissante de la région

Un avion F-15 de l'armée de l'air israélienne survolant Israël pendant l'exercice « Pavillon Bleu » à l'aérodrome Ovda près d'Eilat le 21 octobre 2015 (Crédit : Armée de l'air israélienne)
Un avion F-15 de l’armée de l’air israélienne survolant Israël pendant l’exercice « Pavillon Bleu » à l’aérodrome Ovda près d’Eilat le 21 octobre 2015 (Crédit : Armée de l’air israélienne)

Quand le gouvernement provisoire d’Israël a déclaré l’indépendance, une milice, la Haganah, était en place pour défendre le pays.

Mais le nouvel Etat n’avait aucun avion de combat. La première livraison de 25 avions a eu lieu quelques semaines après l’indépendance, envoyée par la Tchécoslovaquie.

L’armée de l’air israélienne est depuis devenue la meilleure du Moyen Orient. Avec 680 avions de combat, elle n’est pas la plus grande de la région, mais ses prouesses technologiques, ses entraînements et la stabilité d’Israël en font d’elle la plus formidable.

Israël reçoit obligeamment plus de trois milliards de dollars d’aide militaire américaine chaque année, l’aidant à maintenir son avantage. Les pays négocient en ce moment une nouvelle aide militaire, qui devrait être la plus importante de l’histoire.

La population des yeshiva d’Israël est 300 fois plus importante qu’en 1948

Quand le premier Premier ministre d’Israël, David Ben-Gurion, a exempté les étudiants à plein temps de yeshiva du service militaire, cela ne s’appliquait qu’à 400 jeunes hommes haredi qui étudiant la Torah toute la journée. Mais les yeshiva d’Israël ont été fructueuses et se sont multipliées. Aujourd’hui, plus de 12 000 étudiants de yeshiva passent l’armée, selon l’association de défense du pluralisme religieux Hiddush.

Les juifs haredi représentent 9 % de la société juive israélienne, et leur nombre croît. Selon une étude de mars du centre de recherche Pew, 91 % d’entre eux ont plus de trois enfants, alors que la moitié des juifs laïcs en ont deux ou moins.

L’exemption de service militaire est un sujet politique tendu en Israël depuis des années, beaucoup d’Israéliens appelant le gouvernement à « égaliser le fardeau » du service militaire. Le parti centriste Yesh Atid est devenu le deuxième parti israélien en 2013 en promettant une réforme de l’enrôlement. Sa législation a été votée en 2014, mais rendue inefficace l’année dernière après les dernières élections israéliennes, qui ont ramené les partis ultra-orthodoxes au pouvoir et envoyé Yesh Atid dans l’opposition.

Le nombre de femmes à la Knesset a triplé

Golda Meir (Crédit : GPO)
Golda Meir (Crédit : GPO)

Les femmes ont combattu aux côtés des hommes dans les batailles pré-étatiques d’Israël et pendant la guerre d’Indépendance. Mais quand la première Knesset a été convoquée en 1949, seules 11 femmes étaient présentes sur 120 députés, moins de 10 %. L’une d’entre elles était Golda Meyerson, qui laisserait son empreinte sur le monde en tant que Golda Meir, première femme Premier ministre d’Israël.

Alors qu’aucune autre femme n’a encore suivi les pas de Meir au plus haut poste d’Israël, plus de femmes que jamais font partie de la Knesset. Les femmes, qui sont une majorité de la population israélienne, sont toujours sous-représentées. Mais le corps parlementaire compte à présent 32 femmes, plus d’un quart des députés israéliens. A comparer avec 19 % de femmes au Congrès américain.

L’aéroport Ben Gurion accueille 15 millions de voyageurs par an

Alor que le conflit israélo-palestinien s’est envenimé, les craintes israéliennes de boycott international ont augmenté. Mais vous ne le sauriez pas en observant le principal lien d’Israël vers le monde extérieur, l’aéroport Ben Gurion.

Quinze millions de voyageurs y sont passés en 2015, contre 10 millions en 2010.

Le tourisme a chuté de 3 % entre 2014 et 2015, ce que le ministère du Tourisme israélien a attribué à la guerre de 2014 à Gaza. Mais la guerre a aussi montré l’importance des voyages internationaux pour les Israéliens.

Certains des moments les plus tendus de la guerre ont eu lieu fin juillet, quand beaucoup de vols vers Israël ont été annulés en raison des menaces de missiles, rompant momentanément les liens entre Israël et le monde.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...