Israël en guerre - Jour 151

Rechercher

8 mois avec sursis pour le footballeur Youcef Atal pour une vidéo antisémite

Le footballeur international algérien de l'OGC Nice avait partagé une vidéo appelant à "un jour noir sur les Juifs", sur fond de conflit entre Israël et le Hamas

Youcef Atal de Nice en action lors d'un match de football au stade Allianz Riviera de Nice, France, le 27 octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Daniel Cole, File)
Youcef Atal de Nice en action lors d'un match de football au stade Allianz Riviera de Nice, France, le 27 octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Daniel Cole, File)

Youcef Atal, footballeur international algérien de l’OGC Nice, a été condamné mercredi à huit mois de prison avec sursis et à 45 000 euros d’amende pour avoir partagé une vidéo appelant à « un jour noir sur les Juifs », sur fond de conflit entre Israël et le Hamas.

« C’était une décision attendue au regard du contexte et de la forte pression politique », a réagi auprès de l’AFP son avocat, Me Antoine Vey, joint par téléphone, annonçant un probable appel une fois qu’il se sera entretenu avec le joueur. « Il n’a pas sciemment publié une vidéo au contenu discutable (…), il ne faut pas faire d’Atal le symbole qu’il n’est pas », a-t-il insisté au sujet du défenseur international algérien actuellement en stage au Togo avec l’équipe nationale des « Fennecs » en vue de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui débute la semaine prochaine.

Condamné pour provocation à la haine à raison de la religion, Youcef Atal devra également publier à ses frais cette condamnation dans le quotidien régional Nice-Matin et dans le journal Le Monde, a précisé le tribunal correctionnel de Nice. La décision est en ligne avec les réquisitions du parquet, qui avait réclamé dix mois de prison avec sursis, l’amende maximale de 45 000 euros et la publication de la condamnation pendant un mois sur la page d’accueil du compte Instagram du défenseur des Aiglons, qui dépasse les 3,2 millions d’abonnés.

Cette dernière mesure, qui aurait plus d’impact auprès des destinataires de la vidéo en premier lieu, est « assez compliquée à mettre en œuvre pour des raisons techniques », a regretté Me David Rebibou, avocat du Crif Sud-Est (Conseil représentatif des institutions juives de France). « Mais la justice a été rendue. Il faut que les personnes qui profitent de leur notoriété pour propager la haine sachent qu’il y a une contrepartie », a-t-il ajouté.

En l’absence d’Atal, de ses avocats et des avocats de la plupart des parties civiles – des organisations juives et la Ligue de football professionnel (LFP) –, ou encore des femmes venues le soutenir de façon parfois véhémente lors du procès, le délibéré a été rendu dans une relative discrétion mercredi.

Partager, c’est « donner une visibilité »

Seul Philippe Vardon, conseiller municipal Reconquête de Nice, qui avait été le premier à signaler la publication d’Atal, était présent. « Qu’on n’entende plus parler de lui », a-t-il réclamé, alors que des rumeurs circulent sur un transfert du joueur lors du mercato d’hiver.

Cinq jours après les attaques sans précédent du mouvement terroriste palestinien du Hamas contre Israël le 7 octobre et le début des bombardements d’Israël sur Gaza, Atal avait partagé sur Instagram la vidéo d’un prédicateur, Mahmoud Al Hasanat. Ce dernier y évoquait d’abord, ému aux larmes, le sort des enfants de Gaza sous les bombes. Puis il durcissait le ton et appelait Dieu à envoyer « un jour noir sur les Juifs ». Atal était en Algérie, avec l’équipe nationale, quand il avait partagé cette vidéo. Prévenu le lendemain par l’OGC Nice du caractère polémique des propos, il l’avait retirée, avec un message d’excuses.

Youcef Atal, joueur de l’équipe nationale algérienne et de l’OGC Nice, avec une écharpe sur laquelle il est inscrit « Palestine will be free ». (Crédit : Youcef Atal/Instagram)

À l’audience, le joueur de 27 ans avait répété à l’envi qu’il avait voulu envoyer « un message de paix » et qu’il n’avait pas regardé la vidéo jusqu’au bout avant de la partager. Dans la mesure où elle ne dure que 35 secondes, l’argument n’avait pas convaincu la vice-procureure, Meggi Choutia : « Ce sont des faits graves, qu’il ne faut pas banaliser. Partager une vidéo, c’est s’attribuer les propos et leur donner une visibilité. »

Youcef Atal, qui jouait au sein du club de Ligue 1 de Nice depuis 2018, n’est plus réapparu sous le maillot des Aiglons depuis cette publication, suspendu d’abord « jusqu’à nouvel ordre » par son club, puis pour sept matches par la commission de discipline de la LFP, une sanction désormais purgée. Il est en revanche resté titulaire en équipe d’Algérie et a reçu beaucoup de soutien dans son pays.

« Je ne suis pas antisémite. Je ne suis ni contre les Juifs ni contre les chrétiens, je n’ai de haine contre personne », avait-il insisté à l’audience, en rappelant que contrairement à de nombreux sportifs du monde arabe, il n’avait pas hésité à jouer à Tel Aviv avec Nice, à l’été 2022 en Coupe d’Europe.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.