Rechercher

À Bâle, Herzog prend la pose d’Herzl et appelle à l’unité d’Israël et de sa diaspora

À l'occasion du 125e anniversaire du Congrès sioniste, le président a appelé à renforcer le dialogue entre Israël et la diaspora et redonner fierté à la nouvelle génération

Photo-montage donnant à voir, à gauche, Theodor Herzl sur le balcon de l'hôtel Des Trois Rois, à Bâle, au mois d'août 1897, et le président Isaac Herzog, en haut à droite, sur le même balcon, le 29 août 2022, avec son père, Chaim Herzog, sixième président israélien, sur le même balcon en 1987. (Crédit : GPO)
Photo-montage donnant à voir, à gauche, Theodor Herzl sur le balcon de l'hôtel Des Trois Rois, à Bâle, au mois d'août 1897, et le président Isaac Herzog, en haut à droite, sur le même balcon, le 29 août 2022, avec son père, Chaim Herzog, sixième président israélien, sur le même balcon en 1987. (Crédit : GPO)

À Bâle, à l’occasion du 125e anniversaire du Congrès sioniste, le président Isaac Herzog a repris, lundi, la célèbre pose de Theodore Herzl sur le balcon surplombant le Rhin, appelant à revivifier le sentiment d’identité et de destin partagé entre la communauté israélienne et la diaspora.

Herzog a évoqué ce qu’il a qualifié de « part inachevée » du rêve sioniste, dans un éditorial publié par un journal juif suisse. L’article est paru dans la publication Tachles en allemand, mais le cabinet du président en a fourni une traduction en langue anglaise.

Le président se trouvait en Suisse pour un événement marquant le 125e anniversaire du Congrès sioniste, inauguré le 29 août 1897 sous la présidence de Herzl.

Herzog a écrit que de nombreuses idées énoncées lors de ce congrès avaient été réalisées – l’établissement d’un État-nation juif et l’immigration massive de Juifs vers celui-ci, ou encore la formation d’organisations politiques juives – mais qu’Herzl « avait laissé des questions ouvertes ».

« Un sujet est encore en chantier : le renforcement du sentiment et de la conscience juive », a-t-il indiqué, soulignant que le but de cet article était de « renforcer le sentiment de communauté d’identité et de destin des Juifs du monde entier. Parce que nous, Juifs israéliens et de la diaspora, ne pouvons le faire qu’ensemble. »

« C’est peut-être la tâche principale qui incombe à notre génération. C’est aussi une mission fondamentale de ma présidence : renforcer notre unité en tant que Juifs. Réaffirmer que nous appartenons tous à la même famille », a écrit Herzog.

Theodor Herzl s’adressant au Premier ou Deuxième Congrès sioniste à Bâle, en 1897. (Avec l’aimable autorisation de GPO)

« Le peuple juif est une grande famille, et être une famille implique de prendre des nouvelles régulièrement les uns des autres », a-t-il ajouté. Il y aura toujours des désaccords, mais « nous devons rester ouverts aux autres et sincères ».

Herzog a déclaré que les communautés israélienne et de la diaspora pourraient utilement s’inspirer des « progrès étonnants du dialogue judéo-musulman » résultant des accords d’Abraham, qui ont normalisé les relations entre Israël et plusieurs États arabes.

« Au moment où nous célébrons les 125 années passées depuis que Herzl et les délégués du congrès ont fait connaître leur ambitieux projet, renouvelons notre engagement, au sein du monde juif, pour renforcer notre sentiment d’appartenance. Ensemble, main dans la main », a-t-il conclu.

Les propos de Herzog font écho à ceux du ministre de la Diaspora, Nachman Shai, la veille, appelant à repenser la relation d’Israël avec la diaspora, pour passer de “Comment les Juifs à l’étranger peuvent aider Israël” à “Comment Israël peut les aider”.

« L’État d’Israël est prospère et leader dans de nombreux domaines – et il est maintenant temps de se demander ce qu’Israël peut faire pour assurer le destin du peuple juif dans son entier et la résilience juive, globalement », a déclaré Shai lors d’un événement à Bâle dans le cadre des célébrations des 125 ans du Congrès.

Theodor Herzl sur le balcon de l’Hôtel Les Trois Rois à Bâle, en Suisse, en 1897. (CC-PD-Mark, par Wikigamad, Wikimedia Commons)

Lundi, Herzog a pris part à la signature d’un protocole d’accord portant sur des subventions de recherche entre fondations scientifiques israéliennes et suisses.

« La collaboration internationale contribue indéniablement aux progrès de la science, et nous espérons que la signature de cet accord renforcera les liens entre chercheurs et communautés scientifiques des deux pays », a indiqué le président sur Twitter après la signature du protocole.

Le dirigeant sioniste Herzl, qui a contribué à réunir le premier congrès sioniste, avait séjourné à l’hôtel Les Trois Rois à cette occasion, posant pour un cliché – depuis devenu mythique – depuis l’un de ses balcons.

Herzog a repris la pose sur le même balcon surplombant le Rhin, le temps d’un hommage photographique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...