Allemagne : crainte d’une montée d’antisémitisme liée au virus
Rechercher

Allemagne : crainte d’une montée d’antisémitisme liée au virus

"Il y a des liens directs entre l'actuelle propagation du coronavirus et celle de l'antisémitisme", a déclaré le commissaire du gouvernement allemand chargé de l'antisémitisme

Felix Klein, premier émissaire spécial du gouvernement allemand auprès de la communauté juive. (Crédit : ministère de l'Intérieur allemand)
Felix Klein, premier émissaire spécial du gouvernement allemand auprès de la communauté juive. (Crédit : ministère de l'Intérieur allemand)

Le gouvernement allemand s’est inquiété mardi d’une poussée d’antisémitisme dans le pays liée à la crise du coronavirus, alors que des « théories du complot » fleurissent sur les réseaux sociaux.

« Il y a des liens directs entre l’actuelle propagation du coronavirus et celle de l’antisémitisme », a déclaré Félix Klein, commissaire du gouvernement allemand chargé de l’antisémitisme.

« Les théories du complot ont du succès en temps de crise », a-t-il regretté lors d’une conférence de presse.

Qualifiant l’antisémitisme lui même de « virus (…) contagieux », il a cité à titre d’exemple les affirmations circulant sur internet selon lesquelles la pandémie actuelle serait le résultat du test manqué d’une arme biologique réalisé par les services secrets israéliens.

« Ces dernières semaines, les extrémistes de droite ont essayé d’utiliser la crise du coronavirus à leur avantage », a-t-il estimé.

Les délits à l’encontre des Juifs ont connu une forte augmentation ces dernières années en Allemagne. En 2018, ils ont bondi de près de 20 % à
1 799 cas, dont 69 attaques violentes, selon les dernières données du gouvernement.

Un homme armé qui serait le tireur Stephan Balliet dans une rue de Halle, en Allemagne, pendant une fusillade aux abords d’une synagogue qui a fait deux morts dans la ville, le 9 octobre 2019 (Capture d’écran/Andreas Splett/ATV-Studio Halle/AFP)

En octobre, un néo-nazi présumé a tenté d’entrer de force dans une synagogue en plein Yom Kippour à Halle, dans l’ex-RDA. Après avoir échoué à forcer la porte, il a abattu une passante et un homme dans un restaurant turc.

M. Klein s’est exprimé à l’occasion de la présentation d’un projet de recherche impliquant plusieurs universités allemandes et doté d’un financement de douze millions d’euros entre 2021 et 2025.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...