Allemagne : la cheffe de file de l’AfD envisage de se retirer
Rechercher

Allemagne : la cheffe de file de l’AfD envisage de se retirer

Frauke Petry s'est heurtée à l'aile dure de l'AfD lorsqu'elle a insisté pour faire exclure Björn Höcke, auteur de plusieurs effroyables dérapages sur la Shoah

Frauke Petry, responsable du parti Alternative für Deutschland, à Aschaffenburg, le 25 janvier 2014. (Crédit : blu-news.org/CC BY-SA 2.0/WikiCommons)
Frauke Petry, responsable du parti Alternative für Deutschland, à Aschaffenburg, le 25 janvier 2014. (Crédit : blu-news.org/CC BY-SA 2.0/WikiCommons)

La figure de proue du parti de la droite populiste Alternative pour l’Allemagne (AfD), Frauke Petry, a indiqué jeudi qu’elle envisageait de se retirer de la formation, sur fond de sondages en berne et d’attaques personnelles.

« Ni la politique ni l’AfD ne sont pour moi dépourvues d’alternative », a indiqué Mme Petry, 41 ans, au quotidien berlinois Tagesspiegel, jugeant « raisonnable de réfléchir de temps en temps sur sa propre vie et, parfois, d’ajuster à nouveau le tir ».

« Je suis toujours restée flexible dans ma tête, c’est mon parcours, et c’est ainsi qu’il le restera », a ajouté la porte-parole de l’AfD, qui attend un cinquième enfant, le neuvième de la famille recomposée qu’elle forme avec un autre dirigeant du parti, Marcus Pretzell.

« Voilà où j’en suis à présent, après quatre années à l’AfD qui m’ont demandé beaucoup d’efforts et (qui m’ont contrainte) à dire adieu à une vie normale », a poursuivi Mme Petry, qui a rejoint l’AfD peu après sa fondation, en 2013.

Ces propos interviennent alors que l’AfD, qui a connu une série de succès lors d’élections régionales en surfant sur la crise des réfugiés et en tenant un discours anti-islam, marque le pas dans les sondages, à quelques mois des élections législatives du 24 septembre.

Mme Petry a aussi été l’objet dernièrement de vives critiques au sein de son parti, tiraillé entre aile libérale-conservatrice et une aile plus radicale. Elle a même fondu en larmes ce week-end lors d’un congrès local, une image qui a fait le tour des médias allemands et illustré la violence des querelles au sein du parti.

Elle s’est notamment heurtée à l’aile dure de l’AfD lorsqu’elle a insisté pour faire exclure Björn Höcke, auteur de plusieurs dérapages sur l’histoire allemande et la Shoah, mais populaire en interne.

Björn Höcke (Crédit : CC BY-SA 3.0 de)
Björn Höcke (Crédit : CC BY-SA 3.0 de)

Il ne faut pas prendre les attaques politiques de façon personnelle, « sinon on ne tient pas longtemps », a déclaré Mme Petry au Tagesspiegel, tout en reconnaissant qu’elles peuvent aussi blesser : « dire le contraire serait mentir ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...