Alors que l’Iran défie Biden, il se rapproche également de la bombe
Rechercher
Analyse

Alors que l’Iran défie Biden, il se rapproche également de la bombe

Téhéran, en amont des négociations sur l'accord nucléaire, fait pression sur les inspecteurs et menace d'augmenter l'enrichissement, mais cette posture présente des dangers

Lazar Berman

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Des Iraniens passent devant des missiles à moto lors d'un rassemblement marquant le 42e anniversaire de la révolution islamique, sur la place Azadi (Liberté) à Téhéran, en Iran, le mercredi 10 février 2021. (AP/Ebrahim Noroozi)
Des Iraniens passent devant des missiles à moto lors d'un rassemblement marquant le 42e anniversaire de la révolution islamique, sur la place Azadi (Liberté) à Téhéran, en Iran, le mercredi 10 février 2021. (AP/Ebrahim Noroozi)

A chaque pas que l’Iran fait pour faire avancer son programme nucléaire, la voie pour sortir du dangereux bourbier devient encore plus obscure.

Mardi, Téhéran a officiellement suspendu l’application du protocole additionnel au traité de non-prolifération, qui donne aux inspecteurs nucléaires un accès accru au programme nucléaire iranien, y compris la possibilité d’effectuer des inspections surprises sur des sites non déclarés.

« A partir de minuit ce soir, nous n’aurons plus… d’engagements au-delà des garanties. Des ordres ont été donnés aux installations nucléaires », a déclaré Kazem Gharibabadi, l’envoyé de l’Iran auprès des organisations internationales à Vienne.

La veille, le Guide suprême iranien Ali Khamenei avait déclaré que Téhéran pouvait enrichir l’uranium à 60 % de pureté si elle le souhaitait. Le porte-parole du Département d’Etat américain, Ned Price, a déclaré que ce commentaire « sonne comme une menace » et l’a qualifié de « posture ».

Les analystes estiment que la décision de limiter les inspections et la menace d’enrichissement visent à renforcer la position de négociation de l’Iran alors que ce pays et l’administration du président américain Joe Biden manœuvrent en prévision des pourparlers attendus visant à ramener Washington dans l’accord nucléaire de 2015. Mais même si elles sont conçues comme des pions de négociation, elles comportent le risque de rapprocher considérablement l’Iran des capacités d’armement nucléaire.

« Biden fait une partie de bras de fer sur la question de savoir qui inversera le cours des choses en premier », a déclaré Joab Rosenberg, ancien chef analyste adjoint de la Direction du renseignement militaire de l’armée israélienne. « Il y a une situation extrêmement instable ici, et un vecteur de détérioration et de progrès iranien vers la bombe. »

L’accord nucléaire de 2015 limite la République islamique à un enrichissement de 3,67 %, un seuil qu’elle a franchi il y a longtemps dans le cadre d’une série de violations croissantes du plan d’action global conjoint entre l’Iran et six puissances mondiales, mieux connu sous le nom d’accord nucléaire iranien.

L’uranium enrichi à 60 % est inférieur à ce dont l’Iran a besoin pour fabriquer une arme nucléaire, mais cela montrerait que Téhéran va au-delà des 20 % auxquels il a commencé à enrichir en janvier.

Le président iranien Hassan Rouhani visite la centrale nucléaire de Bushehr, aux abords de Bushehr, en Iran, le 13 janvier 2015. (AP Photo/Bureau de la présidence iranienne, Mohammad Berno, File)

Les niveaux supérieurs à 20 % sont considérés comme de l’uranium hautement enrichi, ou UHE, ayant peu d’utilisations non militaires. Le passage de l’enrichissement de 20 % à 90 %, le niveau nécessaire pour la plupart des applications militaires, est assez simple, et toute décision de commencer à enrichir au-delà de
20 % risque de déclencher une alerte majeure.

En 2013, le Parlement iranien a fait pression pour un projet de loi visant à enrichir à 60 %, ce qui, selon lui, était autorisé pour les sous-marins à propulsion nucléaire. A l’époque, il prétendait développer de tels navires, mais aujourd’hui on ne sait pas s’il en a dans sa flotte, ce qui laisse penser que ces plans n’étaient qu’une feinte.

Alors que le programme nucléaire iranien progresse, la capacité de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) à garder un œil sur le programme nucléaire de Téhéran évolue dans l’autre sens. Dimanche, le chef de l’AIEA, Rafael Grossi, a déclaré aux journalistes, après un voyage d’urgence à Téhéran, que le gouvernement iranien commencerait à offrir « un accès réduit » aux inspecteurs en désarmement des Nations unies – ce qui implique des changements non spécifiés dans le type d’activité que l’organisme de surveillance peut mener.

« Il est tout à fait clair qu’à partir de mardi, la surveillance de l’Iran sera affectée », a déclaré M. Rosenberg.

Un technicien travaille à l’usine de conversion d’uranium située juste à l’extérieur de la ville d’Ispahan, en Iran, le 3 février 2007. (AP Photo/Vahid Salemi, File)

La décision de restreindre les inspections est conforme à une loi adoptée par le Parlement iranien en décembre, qui exige que le gouvernement cesse de mettre en œuvre le protocole additionnel mardi.

« Cette loi existe, cette loi va être appliquée, ce qui signifie que le protocole additionnel, à mon grand regret, va être suspendu », a déclaré M. Grossi, en référence à un accord d’inspections confidentielles entre Téhéran et l’AIEA conclu dans le cadre de l’accord nucléaire.

Téhéran a progressivement suspendu son respect de la plupart des limites fixées par l’accord en réponse à l’abandon par Washington de l’accord nucléaire, qui prévoyait un allègement des sanctions en échange de restrictions sur l’enrichissement, et au fait que les autres parties à l’accord n’ont pas compensé les sanctions américaines réimposées.

En juillet 2019, l’Iran a annoncé qu’il avait dépassé la limite de 300 kilogrammes de son stock d’uranium faiblement enrichi à 3,67 %. Une semaine plus tard, il a commencé à enrichir l’uranium à 4,5 % à l’usine de Natanz.

En septembre de la même année, le président iranien Hassan Rouhani a annoncé que « tous les engagements en matière de recherche et développement dans le cadre du JCPOA seront complètement supprimés d’ici vendredi ». L’AIEA a vérifié en novembre que le stock d’eau lourde de l’Iran avait dépassé la limite de 130 tonnes fixée par le JCPOA.

Le 5 janvier 2020, l’Iran a annoncé sa cinquième violation prévue, renonçant à toute limitation du nombre de centrifugeuses qu’il exploite.

En janvier 2021, Téhéran a révélé qu’il prenait des mesures pour produire de l’uranium métal, quelques jours après avoir repris l’enrichissement de l’uranium à 20 % de pureté dans l’installation souterraine de Fordo.

Selon un rapport publié vendredi, les inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique ont trouvé l’été dernier des particules d’uranium sur deux sites nucléaires iraniens auxquels l’Iran a tenté de bloquer l’accès.

Le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Mariano Grossi, (au centre gauche), s’entretient avec le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif (au centre), avant une réunion à Téhéran, Iran, le 25 août 2020. (AP Photo/Vahid Salemi)

Les autorités iraniennes avaient empêché les inspecteurs de se rendre sur les sites pendant sept mois avant l’inspection, et les responsables iraniens n’ont pas réussi à expliquer la présence de l’uranium, a rapporté l’agence de presse Reuters, citant des diplomates familiers avec le travail de l’agence de l’ONU.

Les inspections ont eu lieu en août et septembre 2020, selon le rapport. L’AIEA garde ses conclusions secrètes et n’en partage les détails qu’avec quelques pays.

Le Wall Street Journal a rapporté les découvertes suspectes au début de ce mois, sans préciser la nature des éléments.

Le directeur de l’AIEA, M. Grossi, a tenté de présenter l’accord de lundi sur les inspections sous un jour positif, soulignant que la surveillance se poursuivrait de manière « satisfaisante », et faisant état d’un « accord technique » de trois mois conclu pour garantir la poursuite d’un certain type d’inspections.

Le directeur de l’AIEA, Rafael Mariano Grossi, s’adresse aux médias après son retour d’Iran, à l’aéroport international de Vienne, le dimanche 21 février 2021. (AP/Ronald Zak)

« Mon espoir, l’espoir de l’AIEA, a été de stabiliser une situation qui était très instable. Et je pense que cette entente technique y parvient, de sorte que d’autres consultations politiques à d’autres niveaux puissent avoir lieu », a déclaré M. Grossi aux journalistes.

Mais l’AIEA a refusé de détailler ce que l’accord permet et les critiques craignent qu’il ne donne encore à l’Iran une plus grande marge de manœuvre pour progresser dans son programme nucléaire tout en dictant le type d’accès dont bénéficieront les inspecteurs internationaux.

« Compte tenu du caractère évasif de Grossi, il semble qu’il n’ait pas obtenu grand-chose de cet accord », a déclaré M. Rosenberg.

Dossier : Des combattants des milices soutenues par l’Iran en Irak, connues sous le nom de Hachd al-Chaabi, (Unités de mobilisation populaire), agitent des drapeaux irakiens pendant que les personnes en deuil et les membres de leurs familles se préparent à enterrer le corps d’Abu Mahdi al-Muhandis, un commandant adjoint des milices qui a été tué lors d’un raid aérien américain en Irak, pendant son cortège funèbre à Najaf, en Irak, le 8 janvier 2020. (Anmar Khalil/AP)

Il a noté la possibilité que l’Iran fasse en fait des concessions plus importantes mais que M. Grossi a accepté de ne pas entrer dans les détails afin de ne pas susciter de critiques du gouvernement de la part du Parlement iranien, qui a néanmoins qualifié l’accord d’“illégal”.

Richard Goldberg, conseiller principal à la Fondation pour la défense des démocraties, a dénoncé le manque d’exigences de clarté de la part de la Maison Blanche.

« Les États-Unis ne devraient pas accepter que les termes de cet accord soient secrets », a-t-il déclaré.

Alors que l’administration de l’ancien président américain Donald Trump avait mené une politique de « pression maximale » contre l’Iran, Biden a signalé une approche plus conciliante, tout en laissant les sanctions réimposées en place. Vendredi, M. Biden a déclaré que les États-Unis étaient « prêts à reprendre les négociations avec le P5+1 sur le programme nucléaire iranien ».

Goldberg a déclaré que les Iraniens avaient testé leurs limites en violant l’accord nucléaire, et qu’ils voyaient maintenant jusqu’où ils pouvaient pousser l’administration Biden. Il a noté une attaque des milices soutenues par l’Iran sur Erbil dans le nord de l’Irak, dans laquelle un entrepreneur étranger a été tué et un membre des services américains a été blessé, ce qui n’a eu « aucune conséquence pour l’Iran ».

« Ils vont ensuite tester les sanctions existantes et voir si elles seront appliquées », a prédit M. Goldberg. « Les sanctions non appliquées sont identiques à la levée des sanctions ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...