Rechercher
"LA FOURNITURE D'ARMES À L'UKRAINE SERAIT UN GESTE INAMICAL"

Anatoly Viktorov: « Israël ne doit pas s’inquiéter des liens entre Moscou et l’Iran »

Interrogé sur l'achat de drones iraniens, l'ambassadeur de Russie en Israël a déclaré que Moscou ne "joue pas contre Israël" et prend en compte ses "préoccupations légitimes"

L'ambassadeur de Russie en Israël Anatoly Viktorov s'adressant aux médias au consulat de Russie, à Tel Aviv, le 3 mars 2022. (Crédit: Avshalom Sassoni‎‏/Flash90)
L'ambassadeur de Russie en Israël Anatoly Viktorov s'adressant aux médias au consulat de Russie, à Tel Aviv, le 3 mars 2022. (Crédit: Avshalom Sassoni‎‏/Flash90)

L’ambassadeur russe en Israël, Anatoly Viktorov, a cherché jeudi à calmer les inquiétudes israéliennes croissantes concernant la coopération de Moscou avec Téhéran, suite à l’achat et au déploiement récents de drones iraniens contre l’Ukraine.

« La Russie ne joue pas contre Israël et je tiens à confirmer que nous prenons pleinement et totalement en compte les préoccupations légitimes d’Israël en matière de sécurité », a répondu Viktorov lorsqu’il a été interrogé sur l’achat de drones au cours d’une interview accordée à la chaîne publique israélienne Kan.

La Russie et l’Iran ont tous deux nié le déploiement de drones iraniens en Ukraine. Mais Israël, les États-Unis et l’Ukraine ont tous affirmé qu’il existe des preuves solides de leur utilisation dans de nombreux attentats « suicides ».

L’envoyé russe a également été interrogé sur la question de savoir si Israël devait craindre que Moscou aide l’Iran à obtenir une arme nucléaire, comme l’a récemment suggéré le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Viktorov a rejeté cette accusation, affirmant que Zelensky « dit beaucoup de choses ridicules ».

Il a également suggéré que le dirigeant ukrainien intensifiait sa pression sur Israël pour qu’il fournisse une assistance à l’approche des élections de la Knesset la semaine prochaine, « ce qui constitue une ingérence dans les affaires intérieures d’Israël ».

Viktorov a qualifié les liens israélo-russes d’amicaux, mais a prévenu qu’une décision d’Israël d’armer l’Ukraine serait considérée comme « inamicale » par Moscou.

« Toute démarche sérieuse qui ne tiendrait pas compte de l’intérêt national de notre pays pourrait non seulement affecter, mais même détruire les relations entre nos pays », a-t-il ajouté.

Israël a jusqu’à présent repoussé les demandes ukrainiennes d’armes, ne voulant pas risquer de nuire à ses liens avec la Russie, qui contrôle le ciel syrien dans lequel Tsahal opère pour cibler les milices iraniennes en contrebas.

Viktorov a indiqué qu’Israël informe la Russie avant l’annonce de toute nouvelle politique concernant la guerre en Ukraine, mais a refusé de donner plus de détails.

Interrogé sur les efforts de Moscou pour fermer l’Agence juive en Russie, Viktorov a déclaré qu’il s’agissait d’une « question purement juridique », sans fournir plus d’explications.

Il a rejeté une question concernant la sécurité des citoyens juifs de Russie, déclarant qu’il n’y a « aucune raison pour les citoyens juifs de la Fédération de Russie d’avoir peur de quoi que ce soit ». « Il n’y a pas de montée de l’antisémitisme. Leurs droits ne sont, en aucun cas, limités. »

Plus tôt jeudi, l’ancien grand rabbin de Moscou Pinchas Goldschmidt a appelé les Juifs russes à fuir le pays après qu’un haut responsable de la défense russe a qualifié le mouvement hassidique Habad-Loubavitch de culte suprémaciste.

Dans un article de l’hebdomadaire gouvernemental Argumenty i Fakty appelant à la « désatanisation » de l’Ukraine, le secrétaire adjoint du Conseil de sécurité russe Aleksey Pavlov avait affirmé que le pays abritait des centaines de cultes néo-païens, dont le mouvement Habad-Loubavitch.

Le Conseil national de sécurité russe aurait cherché à se distancer de l’article, affirmant qu’il avait été publié à son insu et qu’il n’était pas représentatif de la politique officielle de Moscou.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...