Rechercher

Russie: propos anti-Habad d’un responsable ; Goldschmidt appelle les Juifs à partir

La communauté se retrouve dans la ligne de mire après qu'un responsable de la sécurité a qualifié le plus grand mouvement juif de l'ex-Union soviétique de culte suprémaciste

Judah Ari Gross est le correspondant du Times of Israël pour les sujets religieux et les affaires de la Diaspora.

Le rabbin Pinchas Goldschmidt prononce un discours à Paris, en France, le 10 octobre 2018. (Crédit : Conférence des rabbins européens par l’intermédiaire de la JTA)
Le rabbin Pinchas Goldschmidt prononce un discours à Paris, en France, le 10 octobre 2018. (Crédit : Conférence des rabbins européens par l’intermédiaire de la JTA)

L’ancien grand rabbin de Moscou Pinchas Goldschmidt a appelé jeudi les Juifs russes à fuir le pays après qu’un haut responsable de la défense russe a qualifié le mouvement hassidique Habad-Loubavitch de culte suprémaciste.

Dans une tribune parue dans l’hebdomadaire gouvernemental Argumenty i Fakty appelant à la « désatanisation » de l’Ukraine, le secrétaire adjoint du Conseil de sécurité russe Aleksey Pavlov avait affirmé que le pays abritait des centaines de cultes néo-païens, dont le mouvement Habad-Loubavitch.

« Le principe central des Hassidim Loubavitch est la supériorité des partisans du mouvement sur toutes les nations et tous les peuples », avait écrit Pavlov.

Dans un tweet, Goldschmidt, qui est également président de la Conférence des rabbins européens, a décrié les remarques du responsable de la sécurité, ainsi que d’autres mesures récentes des autorités russes, comme étant antisémites.

« Une attaque du gouvernement russe contre Habad, ainsi que les attaques contre l’Agence juive pour Israël, sont des actes antisémites contre nous tous », a déclaré Goldschmidt, qui a fui la Russie au début de cette année après y avoir travaillé pendant des décennies.

Goldschmidt faisait référence à une bataille juridique en cours que les autorités russes ont lancée contre l’Agence juive, une organisation qui encourage l’immigration juive en Israël et organise également des activités culturelles et éducatives juives en Russie.

« Nous réitérons notre appel à tous nos frères et sœurs qui restent encore en Russie et qui sont en mesure de quitter le pays pour le faire », a-t-il déclaré.

Les remarques de Pavlov ont suscité de vives craintes au sein de la communauté juive de Russie, qui adhère dans sa grande majorité au mouvement Habad. Le grand rabbin russe Berel Lazar est lui-même Loubavitch, comme la grande majorité des rabbins du pays et de la majeure partie de l’ancienne Union soviétique.

Un porte-parole de la communauté juive russe, Baruch Gorin, qui est également membre de Habad, a déclaré au radiodiffuseur public israélien Kan que les commentaires de Pavlov soulevaient le spectre non seulement de la haine des Juifs, mais aussi d’une politique officielle d’antisémitisme par les autorités russes.

« Il y a une énorme différence entre l’antisémitisme et l’antisémitisme qui est une politique de l’Etat. Au cours des dernières décennies, nous nous sommes habitués à ce que ce ne soit pas le cas, à ce que cela soit rayé de la carte politique en Russie, à ce qu’il n’y ait pas d’antisémitisme officiel ou de discrimination contre les Juifs », a déclaré Gorin.

« Maintenant, nous sommes sous pression, nous nous demandons si ce qui a été publié dans le journal – cette interview d’un haut responsable de la sécurité – représente le début d’une vague officielle d’antisémitisme. Je pense que ce serait la fin de la présence juive en Russie. L’antisémitisme institutionnel pousserait tous les Juifs russes à quitter le pays », a-t-il déclaré.

Depuis que la Russie a lancé sa guerre contre l’Ukraine en février, le mouvement Habad en Russie a tenté de se tenir à l’écart de la ligne de mire de tous les côtés. Ses rabbins en Russie ont dénoncé la guerre et l’effusion de sang, demandant qu’elle prenne fin, mais se sont abstenus d’en accuser Moscou, laissant dans le vague la question de la culpabilité dans le conflit. Les membres ont également critiqué, de manière non subtile, Goldschmidt, qui n’est pas membre du mouvement, pour sa décision de quitter la Russie et sa communauté afin de critiquer plus librement la guerre et le dirigeant russe Vladimir Poutine.

Le grand rabbin russe Berel Lazar s’adresse à un rassemblement de rabbins russes à Moscou le 5 septembre 2022. (Crédit : Fédération des communautés juives de Russie)

La tribune de Pavlov a démontré la précarité du statut de Habad en Russie en général et remet en question le succès de son numéro d’équilibriste concernant la guerre.

A LIRE : Invasion de l’Ukraine : le centre Habad de Russie entre le marteau et l’enclume

En réponse à l’article, le grand rabbin de Russie Lazar, qui était autrefois considéré comme proche de Poutine, a écrit une lettre ouverte aux autorités russes mercredi, leur demandant de condamner les remarques de Pavlov.

« Vous pouvez qualifier la logique de Pavlov de non-sens ou d’antisémitisme vulgaire et superficiel, mais il s’agit d’une nouvelle déclinaison des bonnes vieilles accusations de meurtre rituel. Et s’ils sont prononcés par un membre du Conseil de sécurité russe, cela représente un grand danger. Par conséquent, nous exigeons une réponse immédiate et sans équivoque de la part de la société et des autorités du pays », a écrit Lazar.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...