AP : Refus des services de sécurité de libérer le Palestinien critique du régime
Rechercher

AP : Refus des services de sécurité de libérer le Palestinien critique du régime

Les autorités rejettent la décision du tribunal de libérer Nizar Banat, qui a été arrêté après avoir diffusé une vidéo sur la décision de l'AP de renouer avec Israël

Nizar Banat, un Palestinien de Cisjordanie résidant à Hébron, qui a été arrêté par les services de sécurité de l'Autorité palestinienne pour avoir critiqué la reprise des liens avec Israël. (Capture d'écran : Facebook)
Nizar Banat, un Palestinien de Cisjordanie résidant à Hébron, qui a été arrêté par les services de sécurité de l'Autorité palestinienne pour avoir critiqué la reprise des liens avec Israël. (Capture d'écran : Facebook)

Les services de renseignements de l’Autorité palestinienne (AP) refusent de libérer un autoproclamé activiste qui aurait été arrêté pour avoir critiqué un haut fonctionnaire de l’AP, malgré une ordonnance du tribunal rendue lundi exigeant qu’il soit relâché, selon l’équipe juridique de l’activiste.

AMAN, une organisation de la société civile palestinienne qui plaide pour la transparence dans la gouvernance, a appelé l’AP à exécuter immédiatement l’ordre de libération.

« Nous pensons que le refus des services de sécurité d’appliquer les décisions du système judiciaire palestinien est une expression flagrante du pouvoir de l’exécutif sur les autres branches du gouvernement », a déclaré AMAN dans un communiqué.

Un porte-parole des services de sécurité de l’AP n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaires.

Nizar Banat, un résident de la ville de Hébron en Cisjordanie, aurait été détenu à plusieurs reprises pour avoir critiqué l’Autorité palestinienne sur Facebook. Il a une audience modérée sur les médias sociaux – environ 80 000 abonnés – et télécharge régulièrement des vidéos attaquant les politiciens de l’AP et les services de sécurité palestiniens.

Tribunal de l’Autorité palestinienne à Ramallah. (Capture d’écran : YouTube)

Banat a été arrêté la semaine dernière à cause d’une vidéo qu’il a mise en ligne et qui dénonçait la décision de Ramallah de reprendre la coopération sécuritaire avec Israël. Après avoir entamé une grève de la faim, un tribunal de Jéricho a ordonné sa libération immédiate lundi, mais les services de sécurité ont jusqu’à présent refusé d’appliquer cette décision.

Ramallah a rompu sa coordination sécuritaire avec Israël pour protester contre un plan israélien d’annexion de certaines parties de la Cisjordanie, conformément au plan de paix controversé du président américain Donald Trump. Le gouvernement a également refusé d’accepter les transferts mensuels de plus de 100 millions de dollars en taxes qu’Israël perçoit en son nom.

Le plan d’annexion a été officiellement abandonné lorsqu’Israël a établi des relations bilatérales avec les Émirats arabes unis à la mi-août. Mais l’AP n’a pas immédiatement repris la coordination avec Israël, ne voulant pas être perçue comme récompensant un accord de normalisation qu’elle a condamné comme une « trahison » et « un coup de poignard dans le dos ». Les responsables israéliens ont déclaré que la coordination de la sécurité est essentielle pour prévenir les attaques terroristes contre les civils israéliens.

Mardi soir dernier, suite à la victoire du président désigné Joe Biden à l’élection présidentielle américaine – il est largement considéré comme beaucoup plus favorable à Ramallah que ne l’était Trump – un haut responsable de l’AP, Hussein al-Sheikh, a annoncé que les liens avec Israël seraient rétablis. Le ministre de l’AP et le confident d’Abbas ont cherché à faire passer le retour à la coordination avec Israël comme « une victoire pour notre grande nation ».

Le commandant Yoav Mordechai, (à gauche), alors coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT), et le ministre des Affaires civiles de l’Autorité palestinienne, Hussein al-Sheikh, signent un accord pour revitaliser la commission conjointe israélo-palestinienne sur l’eau, le 15 janvier 2017. (Autorisation du COGAT)

« Notre position était claire : tant qu’il y avait une intention d’annexion, les dirigeants palestiniens se considéraient comme absous de leurs accords avec Israël », a déclaré al-Sheikh dans une interview à la chaîne officielle Palestine TV.

Al-Sheikh a affirmé que Ramallah avait obtenu d’Israël une promesse écrite qu’il respecterait ses accords antérieurs avec les Palestiniens, ce qui, selon lui, signifiait la fin de la menace d’annexion.

« Nous nous sommes tournés vers le gouvernement israélien – par écrit – ces derniers jours, en lui demandant s’il allait ou non continuer à respecter ses accords avec nous… nous avons reçu aujourd’hui une lettre du gouvernement israélien disant qu’il s’engageait à respecter les accords signés avec les dirigeants palestiniens », a poursuivi M. al-Sheikh.

Banat, cependant, a qualifié les déclarations d’al-Sheikh de « vraiment étranges ». La coopération sécuritaire avec Israël est profondément impopulaire chez de nombreux Palestiniens.

« Quel est ce dédain, cette vulgarité, cette déformation des choses – quelle est cette ‘victoire’ exactement ? a déclaré M. Banat, accusant l’AP de dénaturer les valeurs de « martyre » et de « résistance ».

« L’annexion est toujours là, les implantations sont toujours là, l’ambassade est toujours à Jérusalem. Ils ne vous prennent même pas en considération », a-t-il dit.

Banat a été arrêté en vertu de la loi controversée de l’AP sur la cyber-criminalité, qui permet d’arrêter des individus pour « diffamation » des institutions gouvernementales en ligne. Les groupes de défense des droits de l’homme affirment que l’AP a abusé de cette pratique pour arrêter arbitrairement des opposants à des fins politiques.

Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne Mohammad Shtayyeh lors d’une conférence de presse à l’Association de la presse étrangère dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 9 juin 2020. (Abbas Momani/Pool Photo via AP)

Le Premier ministre de l’AP, Mohammad Shtayyeh, s’est engagé à ce que son gouvernement protège la liberté d’expression lors d’une réunion en 2019 avec une délégation de Human Rights Watch.

« Aujourd’hui, j’ai rencontré une délégation de haut niveau de HRW, dirigée par @kenroth, et j’ai confirmé l’engagement de mon gouvernement à garantir le droit des citoyens palestiniens à la liberté d’expression par une critique constructive. A cet égard, j’ai souligné qu’aucune arrestation ou persécution n’aura lieu », a écrit Shtayyeh sur Twitter.

Shtayyeh est aussi actuellement le ministre de l’Intérieur de l’AP, a indiqué AMAN dans sa déclaration lui demandant d’ordonner l’application de la décision de justice visant à mettre fin à la détention de Banat.

Le comédien et commentateur social populaire palestinien Alaa Abu Diab a qualifié l’arrestation de Banat de « persécution politique ».

« C’est quelqu’un qui exprime son opinion, que Dieu lui vienne en aide », a déclaré M. Abu Diab.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...