Appel d’un leader musulman allemand à s’unir contre l’antisémitisme à l’école
Rechercher

Appel d’un leader musulman allemand à s’unir contre l’antisémitisme à l’école

L'idée est apparue après que le leader de la communauté juive d'Allemagne a déclaré que les musulmans ne faisaient pas assez pour combattre le problème

Aiman Mazyek, président du conseil central des musulmans d'Allemagne (Crédit : Commons wikimedia/Christliches Medienmagazin pro)
Aiman Mazyek, président du conseil central des musulmans d'Allemagne (Crédit : Commons wikimedia/Christliches Medienmagazin pro)

Après un tollé général à propos de l’intimidation d’une écolière juive à Berlin par des camarades de classe musulmans, le chef de la principale association musulmane d’Allemagne a proposé d’envoyer des imams et des rabbins dans les écoles publiques pour combattre l’antisémitisme.

Aiman ​​Mazyek, chef du Conseil central des musulmans en Allemagne, a utilisé Twitter pour proposer son idée, peu de temps après que le principal dirigeant juif d’Allemagne a remarqué que les organisations musulmanes devaient davantage surveiller les prêches des imams dans les mosquées allemandes.

Le père de la victime de l’école primaire Paul-Simmel à Berlin a déclaré au journal Berliner Zeitung le week-end dernier que sa fille était harcelée parce qu’elle « ne croit pas en Allah ». Des camarades ont scandé « Juif » et ont menacé de la battre et de la tuer. La famille – dont un seul parent est juif – a choisi de rester anonyme.

L’affaire a enflammé un débat existant sur la meilleure façon de traiter le problème de l’antisémitisme chez les jeunes musulmans, et empresser les législateurs, les chefs religieux et la police à agir.

Dans une interview à la télévision ZDF mardi, Josef Schuster, chef du Conseil central des Juifs d’Allemagne, a déclaré que bien qu’il y ait eu une coopération entre les groupes juifs et musulmans sur certaines préoccupations communes, il y a eu peu d’efforts communs sur l’antisémitisme.

Josef Schuster, président du Conseil central des Juifs d’Allemagne, assiste à une conférence de presse après son élection à Francfort-sur-le-Main, en Allemagne centrale, le 30 novembre 2014. (AFP / Daniel Roland)

Mazyek a déclaré à l’agence de presse AFP qu’il espérait que les communautés juives rejoindraient le projet. Il n’y a pas encore eu de réponse publique.

Le centre de recherche et d’information sur l’antisémitisme basé à Berlin a enregistré 18 incidents antisémites dans les écoles de Berlin en 2017, soit deux fois plus que l’année précédente. Mais Benjamin Steinitz, directeur du centre, a déclaré à l’AFP qu’il croit que les chiffres réels sont beaucoup plus élevés.

Heinz-Peter Meidinger, président de l’association allemande des enseignants, a déclaré à l’AFP que de nombreux élèves craignent de signaler de tels cas, ajoutant que le problème ne se limite pas à Berlin.

Schuster a soutenu la création d’un registre fédéral des cas d’intimidation antisémite dans les écoles. Il soutient également le syndicat policier allemand dans son appel à une étude nationale de la violence à l’école.

Pendant ce temps, l’Union pour l’éducation et la science a appelé à davantage de soutien et de formation pour les enseignants sur la façon de gérer les incidents antisémites.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...