Ary Abittan se confie sur sa success “story”
Rechercher
Interview

Ary Abittan se confie sur sa success “story”

Le comique français était de passage à Tel Aviv avec son spectacle « My story », entre deux dates de sa tournée dans toute la France

Ary Abitan. (Autorisation)
Ary Abitan. (Autorisation)

Ary Abittan est un sarcellois, presque de souche pourrait-on dire tant il revendique son identité. Et il peut en être fier car de Sarcelles à l’Olympia où il a déjà joué, il n’y a pas qu’un pas, mais toutes une séries d’étapes comprenant des challenges, des moments de doute, des remises en question et la persévérance qu’implique le show-biz.

Mais il les a toutes gravies au fil des ans.

D’abord en se produisant sur des petites scènes puis en assurant les premières parties d’artistes comme Enrico Macias, Gad Elmaleh ou Elie Sémoun. Quelques rôles secondaires au cinéma, comme dans « Coco » de Gad Elmaleh, ou « Fatal » et « Vive la France » de Michael Youn, on l’a vu aussi à la télévision dans des émissions telles que « Ce soir avec Arthur » et « Vendredi tout est permis », un rôle principal dans « La fête des voisins » de David Haddad puis un premier spectacle en 2010 « A la folie » et enfin dans « Qu’est-ce qu‘on a fait au bon dieu », carton du cinéma français 2014 avec 13 millions d’entrées, dans lequel il tient un des rôles principaux.

Aujourd’hui il est en tournée dans toute la France avec une petite parenthèse tel-avivienne, ayant eu lieu début décembre, avec son nouveau spectacle « My story », qui évoque son enfance, ses réussites, ses échecs, son divorce, ses enfants… en attendant de retrouver Christian Clavier, pour jouer dans « Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu 2 » qui sortira à la fin de l’année.

Times of Israël : A l’époque où vous avez commencé, à part Boujenah et Gad Elmaleh qui n’avait encore qu’une petite carrière, il y avait peu de comiques juifs, comment avez-vous réussi à vendre à vos parents que vous souhaitiez faire ce métier ?

Ary Abittan : moi au contraire ma famille m’a toujours soutenu. Il ne s’agissait pas de la famille sépharade type qui demande à ses enfants d’être soit médecin soit avocat. De toute façon c’était pas possible vu les bulletins de notes !

Donc ils se sont vite résignés au fait qu’il fallait que je fasse ce que j’aime. J’ai vécu entre Garges-lès-Gonesse et Sarcelles et j’ai commencé mes premiers spectacles là-bas. Quand j’ai dit ça à mes parents ils étaient contents mais pas trop confiants. A la fin de mon premier spectacle, mon père s’est mis debout en levant les bras au ciel. C’est comme s’il m’avait donné l’autorisation de faire ce métier…

Aujourd’hui faire du stand-up c’est devenu tendance tout le monde en fait, vous pensez quoi de ce tinder des comiques ?

J’ai beaucoup de respect pour eux, à partir du moment où tu montes sur scène depuis des années, que tu tiens, que les gens viennent te voir, après ça reste que du travail en vérité.

Moi j’ai pas de velléité de réalisateur, je suis au service d’un auteur, d’un réalisateur, je raconte mes histoires, mes anecdotes, on m’a proposé de faire le film de Michel Varuk (NDLR : un fameux personnage de son précèdent spectacle) ou le film du mec qui veut divorcer parce qu’il est heureux en ménage, mais j’en éprouve pas le besoin.

Votre nouveau spectacle s’appelle « My story », mais c’est aussi un terme utilisé par la génération Instagram et Snapchat, celle qui se met en scène, qui a besoin de parler d’elle et d’exposer sa vie aux autres, pourquoi vous avez ressenti cette envie ?

Affiche du spectacle d’Ary Abitan, « My Story ». (Autorisation)

Moi je suis divorcé, j’ai trois filles, en leur parlant du spectacle que j’allais écrire, je voyais qu’elles étaient tout le temps sur leur portable avec leurs trucs story et je me suis dit c’est ça, c’est comme ça qu’il faut que je l’appelle en fait : « My story ».

Après ça a toujours été le cas des artistes de se raconter, de parler de soi.

Dans mon spectacle précédent, j’étais caché derrière des personnages, là c’est très autobiographique, je parle d’un sujet que je connais bien puisqu’il s’agit de moi, j’avais envie que ce soit interactif, d’une immense liberté sur scène, comme une séance de psy mais c’est pas moi qui paye !

Comment la vie a changé depuis “Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu” ?

C’est pas la vie qui a changé, ce sont les propositions, c’est un miracle de faire 13 millions d’entrées évidemment, personne ne s’attendait à ça.

Les Israéliens eux-mêmes me reconnaissent car le film est beaucoup passé à la TV et en VOD, ça s’appelait « lama ze magya li ».

Le succès de ce film a changé peut-être quelques mentalités, je me souviens en France les gens venaient me voir en disant que cette histoire ça leur était arrivé, ça a réuni beaucoup de gens et c’est ce que je vivais moi à Sarcelles en bas de la tour avec les copains. Il y avait des juifs, des arabes, des chinois, on se vannait, on faisait que se vanner, mais fallait que ce soit drôle, c’était l’école. On va bientôt tourner la suite, « Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu 2 ».

C’est la start-up nation ici, quand vous arrivez à l’aéroport, à la douane, pour passer on vous demande quelle est l’appli que vous voulez développer vous répondez quoi ?

J’ai beaucoup de respect pour ceux qui créent, j’ai appris que Tel-Aviv est une mini Silicon Valley du Moyen Orient.

Moi je ne suis pas vraiment un entrepreneur mais ce que j’aimerais avoir sur mon téléphone c’est un référencement de tous les comiques depuis 1930 sur mon appli avec des traductions dans toutes les langues des sketchs connus, populaires ou moins connus avec les vidéos.

Je pense qu’ils vous laissent passer. Votre lien avec Israël ?

La famille de mon père est israélienne, je venais passer mes vacances entre Ashdod et Netanya chez ma famille, des Marocains, je passais un mois de vacances, c’était mon adolescence, mes copains allaient en colo, moi c’était ici.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...