Rechercher

Attaque/Norvège: le suspect est converti à l’islam soupçonné de radicalisation

5 personnes sont mortes et 2 autres ont été blessées dans cette attaque qui a choqué le royaume déjà meurtri par deux attentats d'extrême droite au cours de la dernière décennie

La police sur les lieux où un homme armé d'un arc a tué plusieurs personnes avant d'être arrêté par la police à Kongsberg, en Norvège, le 13 octobre 2021. (Crédit  Terje Pedersen / NTB / AFP)
La police sur les lieux où un homme armé d'un arc a tué plusieurs personnes avant d'être arrêté par la police à Kongsberg, en Norvège, le 13 octobre 2021. (Crédit Terje Pedersen / NTB / AFP)

La police norvégienne a présenté jeudi l’auteur présumé d’une attaque à l’arc qui a fait cinq morts la veille à Kongsberg (sud-est) comme un Danois de 37 ans converti à l’islam, avec lequel elle avait été en contact dans le passé pour des « craintes de radicalisation ».

« Il y a eu des craintes liées à une radicalisation précédemment », a dit un responsable de la police norvégienne, Ole Bredrup Saeverud, lors d’un point de presse. Ces craintes, qui ont donné lieu à un suivi, remontent à 2020 et avant, a-t-il précisé.

« Nous n’avions pas eu de signalement sur lui en 2021, mais avant », a expliqué l’officier de police.

Cinq personnes sont mortes et deux autres ont été blessées dans cette attaque qui a choqué le paisible royaume scandinave, déjà meurtri par deux attentats d’extrême droite au cours de la dernière décennie.

La police avait déjà fait savoir que le suspect, interpellé peu de temps après les faits vers 18H45 locales (16H45 GMT) mercredi soir, résidait à Kongsberg, petite ville d’environ 25.000 habitants à environ 80 kilomètres à l’ouest d’Oslo.

De nationalité danoise, il a utilisé un arc et des flèches pour abattre ses victimes, même si la police a aussi évoqué d’autres armes.

« Nous enquêtons pour confirmer que l’homme agissait seul, nous n’avons pas d’information indiquant le contraire, mais nous poursuivons les investigations pour être complètement sûrs », a ajouté M. Bredrup Saeverud.

Tout en restant prudente sur les possibles mobiles de ce nouvel épisode sanglant, la police n’avait pas exclu un acte terroriste mercredi soir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...