Au Liban, Le Drian critique « le côté passif » des dirigeants
Rechercher

Au Liban, Le Drian critique « le côté passif » des dirigeants

"Il importe que ce pays retrouve la confiance de ses partenaires. Et aujourd'hui elle n'est pas là la confiance", a-t-il ajouté, assurant que "la dominante c'est le doute"

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian (à gauche) et son homologue libanais Nassif Hitti donnent une conférence de presse conjointe à Beyrouth le 23 juillet 2020. (Crédit : JOSEPH EID / AFP)
Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian (à gauche) et son homologue libanais Nassif Hitti donnent une conférence de presse conjointe à Beyrouth le 23 juillet 2020. (Crédit : JOSEPH EID / AFP)

Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a critiqué jeudi « le côté passif » des dirigeants du Liban pour ne pas avoir pris les mesures nécessaires selon lui pour éviter à ce pays en crise de sombrer.

M. Le Drian a entamé à Beyrouth une visite de deux jours qui intervient dans un contexte explosif au Liban, frappé par une dépréciation inédite de sa monnaie, une flambée des prix, des licenciements à grande échelle et des restrictions bancaires sur les retraits et les transferts à l’étranger.

Au cours de ce premier déplacement d’un haut responsable occidental ces derniers mois, M. Le Drian n’a pas caché son exaspération face aux dirigeants du pays en plein naufrage économique, qui espère des aides internationales.

« Ce qui nous frappe le plus c’est le côté passif des autorités de ce pays », a-t-il lancé devant des journalistes, en visitant les locaux d’Amel International, une ONG humanitaire libanaise active dans le domaine de la santé et de l’éducation.

« Il importe que ce pays retrouve la confiance de ses partenaires. Et aujourd’hui elle n’est pas là la confiance », a-t-il ajouté, assurant que « la dominante c’est le doute ».

Or, « il est aujourd’hui urgent et nécessaire de s’engager de manière concrète dans la voie des réformes », avait martelé plut tôt jeudi M. Le Drian, lors d’une conférence de presse avec son homologue libanais Nassif Hitti.

« Des actes concrets sont attendus depuis trop longtemps », avait insisté le ministre, qui a également été reçu par le président Michel Aoun et a aussi rencontré le chef du Parlement, Nabih Berri.

« Les attentes que j’exprime ne sont pas simplement celles de la France, ce sont en premier lieu celles des Libanais et ce sont aussi celles de l’ensemble de la communauté internationale », a-t-il averti, alors que Beyrouth a entamé des négociations pour obtenir une aide du Fonds monétaire international (FMI).

Près de la moitié de la population libanaise vit dans la pauvreté et 35 % de la population active est au chômage, selon des statistiques officielles.

Le ras-le-bol a déclenché en octobre 2019 un soulèvement populaire inédit contre l’intégralité d’une classe politique accusée de corruption et d’incompétence, quasi inchangée depuis des décennies.

Les propos tenus par M. Le Drian font écho à ceux qu’il avait prononcés devant le Sénat à Paris le 8 juillet : « Il faut que les autorités libanaises se ressaisissent, et je me permets de dire ici à nos amis libanais : ‘vraiment nous sommes prêts à vous aider mais aidez-nous à vous aider, bon sang !' », avait-il dit.

Revenant sur ces propos lors d’une rencontre avec le dirigeant de l’ONG Amel, le ministre a déclaré : « Et si j’ai dit bon sang l’autre jour au Sénat, c’était pour pas dire un gros mot. C’était un mot affectif, mais il y avait aussi derrière un peu de colère. Parce qu’on peut pas rester comme ça. »

Un manifestant crie devant des soldats de l’armée lors d’une manifestation contre un vote de confiance pour le nouveau gouvernement lors d’une session du parlement au centre-ville de Beyrouth, Liban, 11 février 2020 (Crédit : AP Photo/Hussein Malla)

Les Libanais « sont descendus dans la rue pour marquer la soif de changement. Cet appel n’a malheureusement pas été jusqu’ici entendu », a déploré M. Le Drian.

En défaut de paiement, le Liban a adopté un plan de relance fin avril et promis des réformes. Mais les négociations entamées à la mi-mai avec le FMI sont toujours au point mort.

« Nous ne nous faisons pas d’illusions, il n’y a pas d’alternatives à un programme du FMI pour permettre au Liban de sortir de la crise », a averti le ministre français.

Beyrouth espère obtenir environ 10 milliards de dollars du FMI. Cette aide est cruciale pour les autorités car elle pourrait aider à rétablir la confiance des créanciers. Et permettre de débloquer 11 milliards de dollars promis en 2018 lors d’une conférence de soutien au Liban parrainée par Paris (CEDRE).

Le gouvernement libanais est dominé par un seul camp politique, celui du mouvement terroriste chiite du Hezbollah et ses alliés. Poids lourd de la vie politique libanaise, ce mouvement n’a jamais abandonné son arsenal militaire au sortir de la guerre civile (1975-1990).

Un enfant en tenue militaire agite le drapeau du Hezbollah alors que des partisans du chef du groupe, Sayyed Hassan Nasrallah, attendent son discours télévisé dans une banlieue sud de Beyrouth, au Liban, le dimanche 5 janvier 2020, suite à l’attaque aérienne américaine en Irak qui a tué le général des Gardiens de la révolution iraniens Qassem Soleimani. (AP Photo/Maya Alleruzzo)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...