Rechercher

Aucun incident à l’office mixte de Tisha BeAv au mur Occidental malgré les craintes

L'office qualifié "d’expérience rectificative" par l'organisateur, en rapport à celui de l'année dernière, qui avait été interrompu par des extrémistes ultra-orthodoxes

Judah Ari Gross est le correspondant du Times of Israël pour les sujets religieux et les affaires de la Diaspora.

Des personnes se rassemblent pour écouter une lecture du Livre des Lamentations à la section égalitaire du mur Occidental, le 6 août 2022. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)
Des personnes se rassemblent pour écouter une lecture du Livre des Lamentations à la section égalitaire du mur Occidental, le 6 août 2022. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

L’office de prières mixte au mur Occidental à l’occasion du jour de jeûne de Tisha BeAv s’est déroulé sans interruption samedi soir, malgré les craintes de nouveaux débordements d’extrémistes religieux comme l’an dernier.

« Ce fut une expérience rectificative, une expérience importante pour nous », a déclaré Rakefet Ginsberg, la responsable du Mouvement Massorti, qui a organisé l’office.

Plus de 100 personnes se sont réunies dans la section égalitaire du mur Occidental, parfois appelée Ezrat Yisrael ou Arche de Robinson, pour la lecture traditionnelle du Livre des Lamentations, ou Eikha, le soir du jour de jeûne de Tisha BeAv, qui commémore la destruction des deux temples juifs, entre autres tragédies.

L’année dernière, un groupe de fanatiques ultra-orthodoxes avait interrompu la lecture du texte en interpellant les fidèles et en installant une barrière de séparation des sexes, ou mehitza, dans la section égalitaire, où hommes et femmes peuvent se mélanger librement.

Il y a un peu plus d’un mois, une protestation similaire avait eu lieu alors qu’avait lieu plusieurs cérémonies de bar et de bat mitzvah dans la section égalitaire.

Ces incidents, ainsi que les appels lancés par certaines personnalités de droite appelant à continuer ces contestations dans la section égalitaire, ont suscité de vives inquiétudes quant à la possibilité que de tels incidents se reproduisent.

Des personnes se rassemblent pour écouter la lecture du Livre des Lamentations à la section égalitaire du mur Occidental, le 6 août 2022. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

Mais, au final, il n’y a eu ni manifestation, ni incident.

Le groupe qui avait organisé la manifestation de l’année dernière, le Centre Liba, a depuis exprimé quelques regrets au sujet de l’incident, en partie parce qu’il a surtout suscité la sympathie et le soutien de la part de groupes juifs non orthodoxes, entraînant même certaines dénonciations de la part de rabbins orthodoxes de premier plan.

La raison en est, en grande partie, la croyance juive selon laquelle le Second Temple a été détruit en raison des querelles internes au sein du peuple juif de l’époque, traditionnellement qualifiées de « haine gratuite ».

Le rabbin Ehud Bandel, qui a pris la parole avant la lecture du Livre des Lamentations, a fait référence à cette croyance traditionnelle dans ses remarques, citant un enseignement d’Abraham Isaac Kook, qui a dit que si la haine gratuite a causé la destruction du temple, alors « l’amour gratuit » le reconstruira.

« Nous sommes venus ici ce soir pour répandre un amour gratuit en réponse à la haine gratuite que nous avons constatée ici il y a un an et qui s’est reproduite il y a un peu plus d’un mois », a déclaré Bandel.

Une autre raison probable pour laquelle aucune manifestation n’a eu lieu samedi soir est la poursuite des combats entre Israël et le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien dans la bande de Gaza.

Des personnes se rassemblent pour écouter la lecture du Livre des Lamentations au mur Occidental, le 6 août 2022. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

Les combats et la menace d’attaques semblent avoir empêché un grand nombre de personnes de se rendre dans la Vieille Ville de Jérusalem. La place centrale du mur Occidental grouille toujours de monde, mais la fréquentation est nettement inférieure à ce que les organisateurs avaient prévu.

Ginsberg a déclaré qu’elle ne savait pas exactement pourquoi les manifestants s’étaient abstenus de perturber l’office cette année, mais qu’elle était contente qu’ils ne l’aient pas fait.

« C’était encourageant. Cela m’a donné de l’espoir », a-t-elle déclaré au Times of Israel. « Après toutes les ‘guerres’ qui ont eu lieu ici récemment, il y a eu un rassemblement chaleureux, respectueux et ouvert. »

Ginsberg a déclaré que, bien que des efforts aient été faits pour que davantage de personnes assistent à l’événement en raison des événements de l’année dernière, il ne s’agissait pas d’une manifestation mais d’un office purement religieux.

« Ce n’était pas une manifestation, c’était une prière. Les gens ne sont pas venus ici pour se battre, surtout pas le jour de Tisha BeAv », a-t-elle déclaré.

La centaine de fidèles qui ont assisté à l’office comprenait des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux, des réformés, des conservateurs et même une poignée de personnes qui se sont identifiées comme orthodoxes. Ils se sont assis sur le sol ou sur des bancs bas, conformément aux traditions juives de deuil qui sont suivies à Tisha BeAv.

Des personnes se rassemblent pour écouter la lecture du Livre des Lamentations dans la section égalitaire du Mur Occidental, le 6 août 2022. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

Outre les remarques préliminaires de Bandel, l’office était simple, avec cinq lecteurs différents entonnant les cinq chapitres du Livre des Lamentations, qui décrit en détail la destruction de Jérusalem et du Premier Temple.

Mme Ginsberg a déclaré qu’elle s’attendait à voir un plus grand nombre de personnes assister à la cérémonie, mais que de nombreuses personnes venant d’autres régions que Jérusalem avaient renoncé à venir pour éviter d’être surprises sur la route en cas d’attaque à la roquette.

Des groupes de touristes de Ramah devaient également se rendre dans la section égalitaire le dimanche matin pour faire leur propre lecture d’Eikha, mais ils ont également décidé de l’annuler pour des raisons de sécurité.

Samedi soir, le président Isaac Herzog a publié un communiqué disant que la veille du jour de jeûne de Tisha BeAv était cette année une nuit de « sentiments mitigés ».

Il a déclaré que bien qu’ayant été « très ému » par les offices, au même moment, « les citoyens israéliens sont attaqués. »

« Nos soldats et les membres des services de défense sont sur chaque site, ils nous gardent et nous protègent », a déclaré Herzog depuis une synagogue de Ramat Hasharon.

« Je demande d’ici aussi, à tous les citoyens d’adhérer aux instructions du commandement du Front intérieur. C’est la seule manière de sauver des vies et de gagner la bataille », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...