Ballons piégés de Gaza sur un trampoline – Une mère alerte ses enfants
Rechercher

Ballons piégés de Gaza sur un trampoline – Une mère alerte ses enfants

La maman de la maison où ont atterri les engins explosifs dit que sa fille, 7 ans, sait maintenant que "les ballons que nous ne connaissons pas sont suspects"

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un ballon sur lequel est fixé un petit engin explosif, qui s'est coincé sur un trampoline dans un jardin de la région d'Eshkol, dans le sud d'Israël, le 19 juin 2018. (Eshkol Security)
Un ballon sur lequel est fixé un petit engin explosif, qui s'est coincé sur un trampoline dans un jardin de la région d'Eshkol, dans le sud d'Israël, le 19 juin 2018. (Eshkol Security)

Un ensemble de ballons transportant un petit engin explosif qui a été lancé sur Israël depuis la bande de Gaza a atterri dans une localité voisine mercredi, se retrouvant accroché sur un trampoline dans le jardin.

« Des ballons sur un trampoline dans un jardin – il y a de quoi séduire les plus innocents, et pourtant nos enfants ont perdu leur innocence à cause de ce phénomène », a déclaré Meirav Vidal, chez qui s’est produit l’incident.

« De nos jours, il est important d’expliquer aux enfants que les ballons peuvent aussi être un « objet suspect » qu’ils doivent éviter, ne pas toucher et dans ce cas appeler un adulte », a-t-elle ajouté.

Elle a précisé que sa fille avait compris le message : « Comme dit ma fille de sept ans : ‘Les ballons qu’on ne connaît pas sont suspects' ».

Les ballons qui sont restés coincés sur le trampoline faisaient partie d’au moins trois ensembles qui ont atterri dans la région d’Eshkol mercredi.

Un ballon avec un petit engin explosif attaché à celui-ci, qui s’est coincé dans un arbre dans un jardin dans la région d’Eshkol, dans le sud d’Israël, le 20 juin 2018. (Eshkol Security)

Un deuxième groupe de ballons est resté coincé dans un arbre situé dans un autre jardin, et le troisième groupe a atterri dans un champ agricole, a déclaré un porte-parole de la région.

Dans les trois cas, de petits explosifs étaient attachés aux ballons par une ficelle, a indiqué le fonctionnaire.

« Aucun dégât n’a été causé », a-t-elle précisé.

Mme Vidal est responsable du « centre de résilience » de la région d’Eshkol, un service offert par toutes les collectivités locales de la périphérie de Gaza, qui a pour but d’aider la population civile à gérer le stress des agressions récurrentes en provenance de la bande de Gaza et à continuer à vivre.

Mme Vidal a indiqué que même s’il faut enseigner aux enfants que les ballons peuvent être « suspects », elle continuera à les utiliser à l’occasion de fêtes.

« Lors des prochains anniversaires, nous continuerons à décorer le trampoline avec des ballons et à faire la fête », a-t-elle ajouté.

Depuis le 30 mars, les Palestiniens de la bande de Gaza ont lancé des centaines de cerfs-volants et de ballons à hélium transportant des matériaux inflammables, et parfois des explosifs, provoquant des incendies quasi quotidiens qui ont ravagé des milliers d’hectares de terre dans le sud d’Israël. Au moins trois incendies ont été signalés mercredi dans des localités israéliennes proches de la frontière de Gaza.

Un Palestinien masqué lance un ballon chargé de matières inflammables en direction d’Israël depuis la ville de Rafah, au sud de Gaza, le 17 juin 2018. (AFP Photo/Said Khatib)

Mardi, vers minuit, des avions de chasse israéliens ont bombardé trois positions du Hamas dans la bande de Gaza en représailles aux nombreux incendies criminels perpétrés par les Gazaouis plus tôt dans la journée.

Quelques minutes plus tard, les Palestiniens de la bande de Gaza ont lancé la première salve de tirs de roquettes et de mortiers dans le sud d’Israël, déclenchant des sirènes dans toute la région et envoyant des milliers de personnes dans des abris anti-aériens.

Au cours des quatre heures qui ont suivi, quelque 45 roquettes et obus de mortier ont été tirés sur le sud d’Israël, dont au moins six ont explosé à l’intérieur des localités, causant des dégâts, mais sans faire de blessés.

L’armée israélienne a réagi en procédant à deux autres frappes aériennes à Gaza, atteignant un total d’environ 25 cibles sur un certain nombre de positions du Hamas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...