Beit Shemesh: 150 personnes réunies pour un mariage ‘haredi en pleine pandémie
Rechercher

Beit Shemesh: 150 personnes réunies pour un mariage ‘haredi en pleine pandémie

La police a arrêté l'un des participants qui aurait violé un ordre de quarantaine et donc potentiellement infecté les autres participants

Plus de 150 Juifs ultra-orthodoxes défient les avertissements du ministère de la Santé concernant le coronavirus et participent à un mariage dans la ville de Beit Shemesh, le 17 mars 2020. (Capture d'écran Douzième chaîne)
Plus de 150 Juifs ultra-orthodoxes défient les avertissements du ministère de la Santé concernant le coronavirus et participent à un mariage dans la ville de Beit Shemesh, le 17 mars 2020. (Capture d'écran Douzième chaîne)

Quelque 150 juifs ultra-orthodoxes ont défié les ordres du ministère de la Santé en ce qui concerne la lutte contre le coronavirus au sujet des rassemblements publics et ont assisté à un mariage dans la ville de Beit Shemesh, près de Jérusalem, mardi, a déclaré la police.

Les officiers ont arrêté en tout quatre participants, un homme d’une quarantaine d’années, disant qu’il avait violé un ordre de quarantaine et qu’il avait potentiellement infecté les autres participants – un résident de Beit Shemesh, un résident de Jérusalem-Est et un ressortissant étranger.

Un porte-parole de la police a déclaré que le premier avait été arrêté pour « mise en danger du public et de sa santé ».

Les photos publiées sur les réseaux sociaux montrent des dizaines d’hommes rassemblés, dansant pendant les festivités.

Israël a imposé des restrictions sévères sur les rassemblements publics, disant aux gens de ne pas quitter leur maison mardi, sauf en cas d’absolue nécessité. Cette annonce fait partie de la dernière vague de restrictions draconiennes visant à freiner la propagation du coronavirus, rapprochant ainsi Israël d’un confinement complet.

Le public a reçu l’instruction de ne pas sortir dans les parcs, les terrains de jeux, la plage, les piscines, les bibliothèques, les musées ou autres lieux publics, a déclaré le ministère. Des exceptions ont été accordées pour sortir les enfants et les animaux domestiques – dans le respect des instructions relatives au maintien de l’hygiène et à la limitation des contacts sociaux.

Certains pans de la communauté ultra-orthodoxe ont montré des réticences à se conformer à ces restrictions.

La semaine dernière, certains groupes ont refusé de fermer les écoles et les yeshivot, conformément aux instructions du gouvernement, avant de finalement parvenir à un accord avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, stipulant que les groupes d’élèves ne devaient pas dépasser le nombre de 10.

Des scènes similaires ont été rapportées dans des communautés ultra-orthodoxes aux États-Unis, où de grands rassemblements publics ont eu lieu malgré les interdictions dans la région de New York, où 100 personnes ont été testées positives pour le nouveau coronavirus à Borough Park, un quartier hassidique de Brooklyn, mardi.

Cependant, les ultra-orthodoxes ne sont pas les seuls à faire fi des directives.

Netanyahu a été dans l’obligation mardi de réprimander les Israéliens qui ne mesurent pas la gravité de la crise du coronavirus, les exhortant à rester chez eux au maximum, alors que les autorités sanitaires estiment que le non-respect des directives pourrait causer de nombreux décès.

« Ce n’est pas un jeu, ce ne sont pas les vacances d’été, c’est une question de vie ou de mort », a déclaré Netanyahu durant une conférence de presse, après que les médias ont montré ces derniers jours comment les Israéliens, désormais désœuvrés, profitent de leur temps libre pour se rendre à la plage et dans les parcs publics. 

En pleine pandémie de coronavirus, les Israéliens envahissent les plages de Tel Aviv, le 17 mars 2020. (Crédit : AP Photo/Oded Balilty)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...