Israël en guerre - Jour 144

Rechercher

Ben Gvir choisit le commissaire adjoint Kobi Yaakovi pour remplacer Katy Perry

Le choix du ministre de la Sécurité nationale n'a pas été approuvé par le gouvernement ; le Likud affirme que le Premier ministre s'efforce de résoudre la question

Le commissaire adjoint de la police israélienne Kobi Yaakovi. (Autorisation)
Le commissaire adjoint de la police israélienne Kobi Yaakovi. (Autorisation)

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, a nommé jeudi le commissaire adjoint de la police israélienne, Kobi Yaakovi, pour remplacer temporairement la cheffe de l’Administration pénitentiaire israélienne (IPS), Katy Perry, après avoir décidé en début de semaine de ne pas la maintenir à son poste.

Il n’est pas clair si la nomination, ou la décision de Ben Gvir de ne pas prolonger le mandat de Perry, sera mise en œuvre, étant donné l’opposition du parti de la coalition HaMahane HaMamlahti de Benny Gantz.

Le parti HaMahane HaMamlahti a indiqué que la décision de remplacer Perry viole les termes de son accord avec le Likud, en vertu duquel les hauts fonctionnaires de l’État ne seraient pas remplacés pendant son temps passé au sein du gouvernement. Cette disposition a également reçu le soutien d’autres personnalités politiques, notamment le président du parti Shas, Aryeh Deri, qui aurait dit à des associés, selon la Douzième chaîne, que « les accords doivent être honorés ».

Ben Gvir, quant à lui, a indiqué qu’il ne se considère pas tenu par un accord auquel il n’a pas participé.

Cependant, le ministre ne pourra pas approuver le remplaçant de Perry sans le soutien du Likud, car le choix du chef de l’Administration pénitentiaire nécessite l’approbation du cabinet.

Le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu, le Likud, a déclaré que le Premier ministre s’efforçait d’obtenir un compromis entre le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz et Ben Gvir au sujet d’un désaccord persistant entre les deux hommes concernant l’actuelle directrice de l’Administration pénitentiaire.

« Le Premier ministre Netanyahu s’efforce de résoudre la question et ne soumettra une décision à ce sujet à l’approbation du gouvernement qu’une fois les tentatives d’entente épuisées », précise un communiqué du Likud.

Selon les médias, Gantz, Ben Gvir et Netanyahu se sont rencontrés mercredi dans le but de trouver un accord sur la question.

Yaakobi occupe actuellement le poste de responsable de la sécurité de Ben Gvir. Il a occupé divers postes de haut niveau au sein de la police et a reçu une médaille pour avoir dirigé des membres des forces pour sauver des vies lors d’un feu de forêt dans la région de Jérusalem en 2021.

Cependant, ce choix a suscité des interrogations, les médias notant la relation personnelle étroite de Yaakobi avec Ben Gvir, sa femme Ayala, son chef de cabinet Chanamel Dorfman et des membres importants de la coalition, dont le président de la Knesset Amir Ohana et le président de la coalition Ofir Katz.

Un fonctionnaire haut-placé au sein de l’Administration pénitentiaire, qui n’a pas été identifié, a déclaré à la Douzième chaîne que « la décision de Ben Gvir envoie au commandement de l’Administration pénitentiaire le message que les seules qualifications nécessaires pour le poste souhaité sont d’être proche du ministre en charge et de soutenir sa doctrine politique. »

« Le commissaire adjoint Kobi Yaakovi est la personne idéale pour diriger l’Administration pénitentiaire israélienne pendant cette période », a affirmé Ben Gvir à propos de sa décision.

« Yaakovi est un officier de police décoré, respecté, sûr de lui, professionnel et perspicace, ce qui est exactement ce dont l’Administration pénitentiaire a besoin en ce moment. »

La décision de Ben Gvir de ne pas prolonger le mandat de Perry mercredi a également suscité des critiques parmi les législateurs de l’opposition. Perry elle-même a qualifié la décision de « décision prévisible d’un ministre irresponsable » et a rejeté ses allégations sur ses échecs comme « non fondées et sans fondement ».

Ayala Ben Gvir, épouse du ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir (à gauche) et le chef adjoint de la police d’Israël, Kobi Yaakobi, au mur des Lamentations dans la vieille ville de Jérusalem, le 27 juillet 2023. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)

Yaakobi a supervisé la présence policière lors des manifestations devant la résidence officielle du Premier ministre Benjamin Netanyahu en 2020. Il a obtenu le grade de commissaire adjoint en 2022, puis, en moins d’un an, a été promu commissaire adjoint par Ben Gvir.

Le parti HaMahane HaMamlahti a déclaré mercredi que « le remplacement des chefs des agences de sécurité pendant la guerre nuit à la sécurité du pays et à l’unité nationale. Nous appelons le Premier ministre et les ministres à faire preuve de responsabilité nationale. »

Le Mouvement pour un gouvernement de qualité en Israël (MGQ) a également publié une déclaration après l’annonce de Ben Gvir mercredi, détaillant plusieurs points expliquant pourquoi la décision était invalide, et appelant le cabinet à prolonger le mandat de Perry.

Le ministre de la Sécurité intérieure, Itamar Ben Gvir, au centre, écoute la cheffe du Service pénitentiaire israélien, Katy Perry, à gauche, lors d’une visite à la prison de Nafha, le 6 janvier 2023. (Crédit : Administration pénitentiaire israélienne)

« La loi sur la fonction publique, qui donne généralement au ministre le pouvoir de pourvoir des postes de haut niveau, exclut les nominations au sein de l’Administration pénitentiaire, et le règlement pénitentiaire stipule que le cabinet doit les nommer », a déclaré le groupe.

MGQ a également déclaré que la décision de nommer Perry stipulait que le gouvernement seul avait le pouvoir de prolonger son mandat, sans recommandation du ministre, et a noté que les postes de haut niveau devaient être automatiquement prolongés pendant la guerre avec le Hamas à Gaza.

Ben Gvir a critiqué Perry pour plusieurs incidents au cours de son mandat, en particulier pour ce qu’il a qualifié de négociations menées par l’Administration pénitentiaire avec des prisonniers de sécurité palestiniens sur les conditions de leur incarcération, afin d’éviter une grève de la faim.

Le mandat de Perry devait prendre fin en janvier, et elle avait annoncé en juillet qu’elle ne demanderait pas de prolongation de son mandat. Mais la semaine dernière, elle a informé Ben Gvir qu’elle souhaitait maintenant rester à la tête du service, en raison de la guerre en cours et de l’instabilité sécuritaire.

En plus de la décision concernant Perry, Ben Gvir a également annoncé qu’il s’était entretenu avec le commissaire de police Kobi Shabtaï pour discuter du prolongement de son mandat, car le mandat de trois ans du chef de la police se termine également en janvier, et a déclaré qu’une autre réunion aura lieu sur la question.

Shabtaï avait déclaré dans une déclaration commune avec Ben Gvir en juin qu’il ne demanderait pas une année supplémentaire dans ses fonctions, mais la guerre a modifié ses calculs.

Jeremy Sharon et l’équipe du Times of Israël ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.