Rechercher

Benjamin Stora, cible de l’antisémitisme d’un média algérien

Un article venait condamner le travail de "mémoire partagée" entre la France et l’Algérie effectué par l’historien à la demande du président Emmanuel Macron

L'historien français Benjamin Stora pose lors d'une photo de séance à Paris, le 19 janvier 2021. (Crédit : JOEL SAGET / AFP)
L'historien français Benjamin Stora pose lors d'une photo de séance à Paris, le 19 janvier 2021. (Crédit : JOEL SAGET / AFP)

L’historien juif français Benjamin Stora, spécialiste de l’histoire du Maghreb contemporain, a été la cible d’un article du média algérien « Algérie Patriotique » fin décembre. Le site est proche du pouvoir militaire algérien.

« La pauvre France est en droit de se faire conduire comme bon lui semble dans l’écriture de son histoire, mais le peuple algérien refuse d’emprunter ce même chemin tracé par Benjamin Stora, ses semblables et ses aïeux », a écrit le site. « Ceux-là mêmes qui furent à l’origine de la prise d’Alger, les Bacri et les Busnach — commerçants véreux convoitant l’immense trésor de la Régence pour leurs maîtres les Rothschild, les Seillière et les Schneider. »

L’article venait ainsi condamner le travail de « mémoire partagée » entre la France et l’Algérie effectué par l’historien à la demande du président Emmanuel Macron.

Le Pen Club français, fondé en 1921, association qui promeut la liberté d’expression et de création et qui défend les droits des auteurs menacés à travers le monde du fait de l’expression de leurs idées, s’est indigné de ce texte qui attaque l’historien « avec l’aval du pouvoir algérien ».

« À l’heure où l’Algérie bâillonne ses citoyens, arrête le directeur de radio M et de ‘Maghreb émergent’ qui comptaient parmi les seules voix libres et démocratiques restantes et les condamnent à des fermetures inacceptables, Le Pen Club français veut affirmer sa solidarité avec le peuple algérien menacé dans ses droits les plus élémentaires », a notamment écrit l’association.

Le média « Algérie Patriotique » a été fondé en 2012 par le fils du général-major et ancien ministre de la Défense à la retraite Khaled Nezzar. Il se définit comme « républicain et patriotique ». Conspiracy Watch le décrit comme un site complotiste et dont plusieurs contenus relèvent de l’antisémitisme. Le site a été visité 330 000 fois en décembre dernier, selon SimilarWeb.

L’historien est d’ordinaire respecté en Algérie pour avoir, durant toute sa carrière, aidé à déconstruire la vision française romancée de la colonisation. Néanmoins, les autres médias algériens ne sont pas venus prendre sa défense après la publication du texte antisémite.

Né le 2 décembre 1950 à Constantine en Algérie, Benjamin Stora est professeur des universités. Il enseigne l’histoire du Maghreb contemporain (XIXe et XXe siècles), les guerres de décolonisations, et l’histoire de l’immigration maghrébine en Europe, à l’Université Paris 13 et à l’INALCO (Langues Orientales, Paris). Il a publié une trentaine d’ouvrages, dont une majorité sur l’Algérie, et produit plusieurs documentaires.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.