Bennett : cessons le festival d’auto-flagellation
Rechercher

Bennett : cessons le festival d’auto-flagellation

Pour Yom HaAtsmaout, le ministre appelle les Israéliens à “cesser de se calomnier” aux yeux du monde, des remarques adressées directement au chef d’Etat-major adjoint

Le ministre de l'Education Naftali Bennett pour le 68e YomHaAtsmaout, le 12 mai 2016. (Crédit : Shlomi Amsalem/GPO)
Le ministre de l'Education Naftali Bennett pour le 68e YomHaAtsmaout, le 12 mai 2016. (Crédit : Shlomi Amsalem/GPO)

Le ministre de l’Education Naftali Bennett (HaBayit HaYehudi) a appelé jeudi les Israéliens à cesser le « festival d’auto-flagellation », dans une direction parlant probablement de la récente controverse publique sur la moralité de l’armée israélienne et la proportionnalité de sa réponse face au terrorisme.

S’exprimant avant le concours biblique international, au théâtre de Jérusalem pour Yom HaAtsmaout, Bennett a appelé les Israéliens à « cesser de se calomnier », parce que « le monde le fait très bien tout seul. »

« Cessons le festival d’auto-flagellation. Mettons de côté les généralisations contre notre peuple, qui depuis six mois affronte une cruelle vague de terrorisme, a déclaré Bennett. Notre peuple merveilleux agit non pas avec brutalité, mais avec noblesse. Pas avec des hyperboles, mais avec une rare responsabilité mutuelle. »

Les remarques de Bennett ont eu lieu alors que les Israéliens sont toujours fortement divisés sur le cas d’Elor Azaria, le soldat accusé d’homicide involontaire pour avoir abattu un attaquant palestinien désarmé à Hébron en mars.

Face aux condamnations fortes des actes d’Azaria par le gratin militaire, le ministre de la Défense et le chef d’Etat-major, les partisans d’extrême-droite et certains politiciens ont accusé l’establishment militaire d’abandonner l’un des siens.

Les remarques du ministre semblaient viser les récents propos controversés du chef d’Etat-major adjoint de l’armée israélienne, Yair Golan, qui avait prévenu la semaine dernière, pendant un discours fort à l’occasion de Yom HaShoah, contre les tendances à la hausse de la dureté et de l’indifférence envers ceux qui sont en marge de la société israélienne.

Il avait aussi semblé tracer un parallèle entre la « brutalité » contre certaines classes de la société israélienne et l’Allemagne nazie pré-Seconde Guerre mondiale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...