Bennett intensifie ses attaques : Netanyahu ne se préoccupe que de son procès
Rechercher

Bennett intensifie ses attaques : Netanyahu ne se préoccupe que de son procès

Alors que son parti Yamina monte dans les sondages, le rival de droite du Premier ministre évoque son intention de briguer la direction du pays en cas de nouvelles élections

Le chef de Yamina Naftali Bennett s'exprime lors d'une session plénière de la Knesset à Jérusalem le 24 août 2020. (Crédit : Oren Ben Hakoon / POOL)
Le chef de Yamina Naftali Bennett s'exprime lors d'une session plénière de la Knesset à Jérusalem le 24 août 2020. (Crédit : Oren Ben Hakoon / POOL)

Naftali Bennett, leader du parti de droite Yamina, a lancé lundi une attaque cinglante contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour la deuxième fois en trois jours, dévoilant ainsi la possibilité qu’il envisage de se présenter contre le Premier ministre de longue date lors des prochaines élections.

Snobé et pris de haut depuis des années par Netanyahu, Bennett a intensifié sa rhétorique contre le gouvernement ces derniers jours, après avoir critiqué la réponse du pays à la crise du coronavirus depuis qu’il s’est retrouvé dans l’opposition après les élections de mars. Il représente une épine dans le pied droit de Netanyahu, et certains le considèrent comme un possible concurrent à la droite du Premier ministre lors de futures élections, en miroir du chef de l’opposition Yair Lapid.

Lundi, Bennett a affirmé pour la première fois que Netanyahu ne se préoccupait que de ses propres problèmes juridiques et ses besoins personnels, une accusation fréquemment portée par des politiciens centristes et de gauche, mais qui n’a pas encore été entendue par des personnalités de droite.

« Je pense que Netanyahu a fait beaucoup de bonnes choses », a déclaré Bennett dans une interview lors d’une conférence organisée par le journal de droite Besheva diffusée en ligne. « [Mais] je pense que sa tête n’est plus à la [crise] du coronavirus, à l’économie ou à la gestion des affaires de l’État. »

« Je dis quelque chose d’important… Il n’est pas concentré. Bibi n’est pas l’ennemi public numéro 1 », a déclaré Bennett, en reprenant le surnom de Netanyahu. « Je pense qu’il a fait de bonnes choses mais que sa tête n’est plus aux affaires de l’État – il est trop préoccupé par d’autres choses. »

Lorsqu’on lui a demandé s’il faisait référence au procès de Netanyahu, Bennett a répondu : « Oui, ses besoins [personnels]. Vous le constatez. »

Lorsqu’on lui a demandé à plusieurs reprises s’il avait l’intention d’annoncer sa candidature au poste de Premier ministre si des élections étaient organisées en fin d’année ou en début d’année prochaine, comme on s’y attend, Bennett a répondu : « Chaque chose en son temps. Quand il y aura des élections, je dirai clairement qui selon moi devrait diriger l’État d’Israël. Je n’ai pas besoin de me prononcer maintenant sans raison. »

Le Likud de Netanyahu a réagi en attaquant Bennett et le numéro 2 de Yamina Bezalel Smotrich, qui a fait récemment une critique similaire du gouvernement.

« Tant que Bennett et son associé Smotrich avaient le poste qu’ils voulaient, ils affirmaient que Netanyahu était un excellent Premier ministre », a déclaré le Likud dans un communiqué, en référence au temps où Bennett était membre des gouvernements de Netanyahu entre 2013 et 2020.

« Dès l’instant où ils [n’en] ont plus fait [partie], ils l’ont attaqué quotidiennement depuis les gradins. Au lieu de tweeter, Bennett et Smotrich sont invités à rejoindre le gouvernement et à y pratiquer ce qu’ils prêchent.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) avec le ministre de la Défense de l’époque et chef de Yamina Naftali Bennett lors d’une réunion avec les chefs des partis de droite à la Knesset le 4 mars 2020. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Les attaques cinglantes coïncident avec la montée en flèche de Yamina dans les sondages récents, à environ 19 sièges par rapport aux six que le parti détient actuellement, alors que les Israéliens sont en colère contre la réponse du gouvernement à la pandémie de coronavirus en pleine flambée de deuxième vague.

Les relations entre Netanyahu et Bennett sont considérées comme distantes depuis des années, bien avant que Bennett ne soit exclu de la dernière coalition. Bennett avait continué de soutenir la candidature de Netanyahu au poste de Premier ministre malgré tout, jusqu’à présent.

Vendredi, Bennett a lancé une attaque contre Netanyahu, accusant le Premier ministre de s’opposer à lui par peur et hostilité personnelle au détriment des électeurs. Dans une interview explosive avec la Douzième chaîne, Bennett a poursuivi sa critique du gouvernement pour sa gestion de la pandémie et a intensifié ses accusations personnelles contre le Premier ministre.

Lorsqu’on lui a demandé ce que Netanyahu avait contre lui personnellement, Bennett a répondu : « Vous demandez si c’est personnel ? La réponse est oui. J’ai toujours évité d’en parler. »

« Tout d’abord, je tiens à dire que je respecte beaucoup le Premier ministre Netanyahu. Israël sort gagnant de l’avoir eu comme Premier ministre pendant si longtemps. Il a fait de grandes choses pour le bien d’Israël », a déclaré Bennett.

Il a cependant ajouté que Netanyahu l’avait attaqué, lui, ses parents et sa femme.

« Bibi a quelque chose de personnel contre moi », a déclaré Bennett. « J’ai soumis un projet de lutte contre le coronavirus le 29 mars au Premier ministre, et il ne l’a pas mis en œuvre – alors qu’il le savait bon – parce qu’il avait peur de moi, peur que je réussisse. »

« Parce qu’il n’a pas mis en œuvre ce projet à l’époque, des centaines de milliers de personnes souffrent », a accusé Bennett.

Personnel du centre médical Shamir du service de coronavirus de l’hôpital Shamir à Be’er Ya’akov, près de Tel Aviv, le 20 août 2020. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

En tant que ministre de la Défense du gouvernement précédent, Bennett avait exhorté le Premier ministre à donner plus de responsabilités à l’armée dans la lutte contre le COVID-19, et avait élaboré un plan stratégique. Il prétend que Netanyahu a ignoré son plan en raison de leur rivalité politique – et affirme qu’il était presque identique à celui qui est à présent mis en œuvre, tardivement, par Ronni Gamzu, le tsar du coronavirus récemment nommé en Israël.

Un sondage réalisé début août a révélé que 37 % des sondés considéraient Netanyahu comme le plus compétent pour le poste de Premier ministre, suivi de 19 % pour Bennett, 15 % pour Lapid et seulement 10 % pour le ministre de la Défense Benny Gantz.

La coalition gouvernementale a évité de justesse un effondrement la semaine dernière lorsqu’elle a adopté une loi quelques heures avant minuit qui a donné au gouvernement jusqu’au 23 décembre pour adopter un budget de l’État.

Bien que les élections aient été évitées pour l’instant, de nombreux analystes estiment que le gouvernement est toujours en sursis, et qu’il ne survivra pas à la prochaine échéance du vote du budget.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...