Rechercher

Bennett regrette de ne pas s’être installé rue Balfour, à Jérusalem

Le Premier ministre a dit avoir ignoré les difficultés qui seraient entraînées par sa présence à Raanana ; les travaux de la résidence officielle n'ont pas commencé

Le Premier ministre Naftali Bennett à la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 1er décembre 2021. (Crédit : GPO)
Le Premier ministre Naftali Bennett à la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 1er décembre 2021. (Crédit : GPO)

Le Premier ministre sortant Naftali Bennett a déclaré qu’il se serait installé à la résidence officielle du Premier ministre à Jérusalem s’il avait eu conscience des perturbations entraînées par sa présence continue à Raanana, où se trouve son domicile familial.

Bennett a déclaré devant les caméras de la Treizième chaîne, au cours d’un entretien qui a été diffusé samedi soir, qu’il avait pris sa décision après que le Shin Bet lui a demandé de rester à Raanana – la résidence officielle de la rue Balfour, à Jérusalem, ayant besoin de travaux de rénovation en matière de sécurité.

Bennett a néanmoins déclaré qu’il « aurait pris un sac de couchage » pour aller à Balfour et qu’il « se serait mis au travail là-bas » s’il avait eu connaissance des complications et du tollé qui devaient résulter de sa décision de rester au domicile familial.

Bennett avait précédemment affirmé que sa décision avait été prise pour permettre à ses enfants de continuer leur scolarité à Raanana et de ne pas être déracinés.

Bennett avait été critiqué par ses voisins et par ses adversaires politiques pour sa décision de rester dans cette ville du centre du pays, dont les résidents avaient été furieux de subir les conséquences des mesures de sécurité mises en place autour de l’habitation du Premier ministre pour assurer au mieux sa protection.

De surcroît, les voisins avaient dû subir le bruit des mouvements de protestation réguliers visant le Premier ministre. Ce dernier, leader du parti de droite Yamina, avait été vivement critiqué par ses partenaires idéologiques en raison de sa décision de former un large gouvernement d’unité avec des partis de gauche et des partis de droite et notamment avec la faction Raam, la formation du Mouvement islamique.

Une maison de Raanana avec un poster, en hébreu, disant « Bennett à Balfour », derrière un mur de sécurité à Raanana, le 13 janvier 2022. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)

Les activistes avaient aussi mis en cause la décision prise par le Premier ministre dans la mesure où la résidence du Premier ministre, propriété de l’État, qui se trouve sur la Rue Balfour à Jérusalem est un lieu de rendez-vous plus légitime pour les manifestations – les autres résidents ayant appris comment les anticiper contrairement à Raanana, où les habitants ont été pris par surprise.

Par ailleurs, les travaux en termes de sécurité qui ont eu lieu au domicile de Bennett, à Raanana, ont coûté à l’État des dizaines de millions de shekels tandis que le travail qui est à effectuer à la résidence officielle n’a même pas commencé.

Ce qui signifie que le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, qui doit devenir Premier ministre par intérim dans les prochains jours en raison de la dissolution attendue de la Knesset, devrait, lui aussi, rencontrer des difficultés pour emménager à la résidence officielle.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre Naftali Bennett à la Knesset, le 20 juin 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Même si Lapid veut passer le maximum de son temps à la résidence officielle à Jérusalem, la Douzième chaîne a annoncé, jeudi, que celle-ci n’était pas prête à accueillir un occupant au quotidien et que des préparations sécuritaires étaient en cours autour du domicile privé de Lapid, à Tel Aviv.

Au mois de mai, la Haute cour de justice avait critiqué les travaux de construction actuellement effectués sans permis et sans planification appropriée au domicile de Bennett à Raanana, mettant également en cause l’absence d’avancées de l’ouvrage à la résidence de la rue Balfour.

Le principal objectif poursuivi par les travaux, à Jérusalem, est d’améliorer la sécurité sur le site. La maison doit faire également l’objet de rénovations majeures en matière d’électricité, de plomberie et de décoration intérieure.

La résidence de Balfour est inhabitée depuis le départ de l’ancien Premier ministre, Benjamin Netanyahu, au mois de juillet dernier. Il y avait vécu pendant douze ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...