Bennett soutient la coupe des aides américaines à l’UNRWA
Rechercher

Bennett soutient la coupe des aides américaines à l’UNRWA

Le ministre de l'Éducation critique les informations selon lesquelles Netanyahu pousserait Trump à ne pas réduire ses aides pour raisons humanitaires

Naftali Bennett, ministre de l'Education, pendant la réunion hebdomadaire du cabinet dans les bureaux du Premier ministre à Jérusalem, le 22 janvier 2017. (Crédit : Alex Kolomoisky/Pool)
Naftali Bennett, ministre de l'Education, pendant la réunion hebdomadaire du cabinet dans les bureaux du Premier ministre à Jérusalem, le 22 janvier 2017. (Crédit : Alex Kolomoisky/Pool)

Le ministre de l’Education Naftali Bennett a exprimé vendredi son soutien à la menace américaine de couper le financement apporté à l’agence d’aide aux réfugiés palestiniens de l’ONU, l’UNRWA, critiquant le ministère des Affaires étrangères qui s’opposerait à cette initiative.

« L’UNRWA est une organisation qui soutient le terrorisme. Son existence même perpétue la dure situation vécue par la population de Gaza qui souffre sous la gouvernance du Hamas », a indiqué Bennett dans un communiqué.

« La décision du président [Donald] et de l’ambassadrice [Nikki] Haley de couper le financement américain est le bon choix ».

Il a convenu que les habitants de Gaza avaient besoin d’être aidés, notamment par les Etats-Unis et les Nations unies, mais il a indiqué que cette aide devait être reçue de la même manière que les autres groupes nécessiteux et non à travers une instance individuelle au sein de l’ONU consacrée spécifiquement aux Palestiniens.

« Aider les résidents de Gaza ne doit pas être différent de l’assistance apportée aux résidents syriens qui souffrent sous un régime terroriste, ou de celle donnée à tout autre groupe de descendants de réfugiés », a-t-il dit.

Israël estime que la définition élargie des réfugiés palestiniens telle qu’établie par l’UNRWA – tout descendant d’un Palestinien ayant fui ou ayant été expulsé de la zone, notamment après de nombreuses générations et même s’ils ont la citoyenneté d’un autre état – aide à perpétuer et à étendre davantage le peuple palestinien et nourrit un narratif qui tente de déplacer Israël.

L’UNRWA affirme pour sa part que sa définition a pour objectif de permettre au groupe de venir en aide aux populations palestiniennes nécessiteuses qui ne sont soutenues ni par Israël, ni par les pays voisins dans lesquels ils résident.

Une femme palestinienne avec son bébé dans un centre de l’UNRWA dans le camp de réfugiés de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 13 août 2014. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
bennett

La chaîne Hadashot a fait savoir jeudi que le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui est également à la tête du ministère des Affaires étrangères, ainsi que son ministère, s’opposent à la menace de Trump de retirer les financements octroyés à l’UNRWA.

Bennett, dont la formation fait partie de la coalition au pouvoir de Netanyahu, a affirmé que tous les membres du gouvernement devaient appuyer une telle initiative.

« J’attends de toutes les branches israéliennes du gouvernement, dont le MAF [Ministère des Affaires étrangères], qu’elles soutiennent une décision visant à couper les fonds à une organisation qui emploie des terroristes du Hamas et utilise ses écoles pour cacher des roquettes », a-t-il commenté.

Un reportage diffusé jeudi sur la chaîne Hadashot a affirmé que Netanyahu serait inquiet de ce que la menace d’une coupe dans le financement apporté par les Etats-Unis à l’UNRWA puisse mener à une catastrophe humanitaire à Gaza et il recommanderait en privé à l’administration Trump de ne pas mener à bien cette intention.

« En coulisses, le Premier ministre est dorénavant en contact avec les Américains afin de prévenir la coupe massive [dans le financement américain de l’UNRWA] – pour l’empêcher, vous avez bien entendu », a déclaré le reportage diffusé sur la chaîne Hadashot.

La position publique adoptée par Netanyahu est de soutenir les menaces proférées par l’administration Trump de réduire les fonds versés à l’UNRWA et Jérusalem a convenu qu’il fallait que de « véritables initiatives » soient prises afin que l’UNRWA – l’instance des Nations unies qui fournit de l’aide humanitaire aux Palestiniens – résolve la question des réfugiés palestiniens plutôt que de la perpétuer, a indiqué le reportage. « Cela survient souvent dans les réunions du cabinet ».

De plus, le Premier ministre soutient la conviction de Donald Trump – transmise sur Twitter – que les Palestiniens doivent payer pour refuser de venir à la table des négociations. Et il ne veut pas saper le président américain, a fait savoir le reportage.

Toutefois, Netanyahu s’inquiète de déstabiliser davantage Gaza. Il « veut naviguer entre le désir de soutenir publiquement Trump tout en empêchant une catastrophe à Gaza », a indiqué le reportage.

Le ministère des Affaires étrangères, a ajouté le reportage, s’oppose catégoriquement à l’idée de couper le financement apporté à l’UNRWA.

« Des sources professionnelles au sein du ministère des Affaires étrangères sont ‘opposées de manière déterminée’ à la fin des aides à l’UNRWA », a précisé la chaîne, citant des sources qui auraient affirmé qu’une coupe « ne ferait qu’empirer les choses » et mènerait à une « catastrophe humanitaire, en particulier à Gaza ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump, à droite, à l’aéroport international Ben Gurion avant le départ de Trump, le 23 mai 2017. (Crédit : Koby Gideon/GPO)

Des sources de l’armée israélienne pensent également que cette coupe « nuira et n’aidera pas ».

L’administration Trump est actuellement en train de réévaluer son soutien financier à l’UNRWA, a fait savoir un responsable américain mercredi tout en notant que les Etats-Unis considèrent le travail mené par l’organisation comme vital pour la stabilité de la région.

Ces propos sont survenus vingt-quatre heures après que l’envoyée américaine aux Etats-Unis, Nikki Haley, a averti que le soutien américain apporté à l’UNRWA pourrait cesser si les Palestiniens devaient refuser de s’engager dans des négociations de paix.

Les Etats-Unis ont été le premier soutien de l’UNRWA en 2016, en donnant la somme de 368 429 712 dollars. Ils sont également le premier fournisseur d’aide financière aux Palestiniens.

Les conditions de vie dans la bande de Gaza, contrôlée par le groupe terroriste du Hamas, sont déjà difficiles, avec un approvisionnement en électricité seulement quelques heures par jour et des infrastructures d’eau potable et d’eaux usées inappropriées. Une série récente de tirs de roquette et de mortier depuis Gaza vers des communautés du sud d’Israël, à proximité de l’enclave palestinienne, ont entraîné des réponses israéliennes sous la forme de frappes aériennes contre des cibles du Hamas. L’Etat juif attribue la responsabilité de tous les tirs qui émanent de Gaza au Hamas, même s’ils sont initiés par d’autres groupes terroristes.

Les tensions entre les Etats-Unis et les Palestiniens ont atteint un point de rupture après la reconnaissance par le président Trump de Jérusalem en tant que capitale d’Israël, le 6 décembre. Les Palestiniens ont fait savoir qu’ils n’accepteraient plus que Washington joue les intermédiaires dans des négociations de paix.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...