Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Berlin : un Beit Din récuse l’autorité d’un rabbin après des crimes sexuels

Reuven Yaacobov a rejeté la décision, survenue après que plus d'une dizaine de femmes ont allégué qu'il avait abusé d'elles ; il assure être victime d'une campagne

Le rabbin Reuven Yaacobov parlant de la section hebdomadaire de la Torah dans cette capture d’écran d’une vidéo publiée le 8 juin 2023. (Capture d’écran YouTube ; utilisé conformément à l’article 27a de la Loi sur les droits d’auteur)
Le rabbin Reuven Yaacobov parlant de la section hebdomadaire de la Torah dans cette capture d’écran d’une vidéo publiée le 8 juin 2023. (Capture d’écran YouTube ; utilisé conformément à l’article 27a de la Loi sur les droits d’auteur)

Un tribunal rabbinique a déterminé qu’un rabbin de Berlin, accusé d’avoir manipulé des femmes pour obtenir des contacts sexuels, ne pourrait plus occuper de postes d’autorité religieuse dans le monde juif.

La décision, annoncée mercredi matin, fait suite à plusieurs jours de témoignages d’au moins 15 femmes qui avaient accusé Reuven Yaacobov d’utiliser son statut rabbinique pour les contraindre à se plier à ses demandes sexuelles pendant plus d’une décennie. Yaacobov avait également témoigné la semaine dernière devant la cour rabbinique, ou beit din, après que le tribunal a retardé son processus pour le laisser s’exprimer.

« Reuven Yaacobov n’est pas apte à occuper une position rabbinique », a déclaré le beit din dans une lettre aux plaignantes qui avaient témoigné et qui ont été autorisées à partager publiquement la lettre.

« En conséquence, il ne devrait pas occuper de postes religieux, rabbiniques ou éducatifs tels qu’un rabbin, sho’het (abatteur rituel), mohel (circonciseur), sofer (scribe) et enseignant », a ajouté la lettre.

Pendant près de deux décennies, Yaacobov avait occupé tous ces rôles au sein de la communauté juive de Berlin. La Communauté juive de Berlin, l’organisation faîtière communale, l’avait licencié le 31 mai, un jour après avoir entendu le témoignage de plusieurs femmes l’accusant d’inconduite sexuelle. D’autres femmes s’étaient ensuite manifestées pour donner leur témoignage au beit din, racontant comment Yaacobov avait profité de leur naïveté ou de leur vulnérabilité émotionnelle pour les amener à avoir des relations sexuelles en avançant des arguments religieux.

Dans une déclaration publique, le tribunal rabbinique a déclaré que ses décisions reflétaient une expression claire des valeurs communautaires.

« Une personne qui harcèle ou abuse des autres n’est pas apte à occuper une position rabbinique et ne devrait pas occuper de postes religieux, rabbiniques ou éducatifs », a déclaré le tribunal.

Le rabbin Reuven Yaacobov montre comment écrire une Torah à la main lors d’une exposition au Musée juif de Berlin, en Allemagne, le 10 juillet 2014. (Crédit : AP Photo/Markus Schreiber)

Yaacobov a contesté la légitimité du tribunal en vertu de la loi juive dans une déclaration transmise par son avocat, affirmant que le processus avait été « à sens unique », avec sa culpabilité préalablement déterminée. Il a également souligné que le tribunal et lui opéraient selon « deux conceptions du monde différentes en ce qui concerne le judaïsme », car le tribunal est composé de rabbins ashkénazes tandis qu’il est séfarade.

« Je n’accepte pas la décision du beit din et la contesterai devant un autre beit din », a-t-il déclaré dans la déclaration. « Aujourd’hui, je sais mieux qu’avant que c’était une campagne ciblée contre moi, et que le beit din faisait partie de cette campagne. Je reste fort et continuerai à me battre jusqu’à ce que toute la vérité éclate et que toutes les personnes qui ont organisé cette campagne soient punies par la justice. »

Yaacobov a également noté dans la déclaration que le beit din ne l’avait pas ordonné rabbin et qu’il ne pouvait donc pas révoquer son ordination rabbinique. Bien que le beit din n’ait pas prétendu révoquer son ordination, le rabbin Avichai Apel, membre du conseil de l’ORD, l’organisation rabbinique orthodoxe de l’Allemagne, et l’un des rabbins siégeant au beit din, a déclaré que son groupe avait été en contact avec l’organisation basée en Israël qui avait nommé Yaacobov rabbin.

L’ORD a déclaré que toutes les circoncisions et les bar mitzvah effectuées par Yaacobov restaient valides. Apel a déclaré à la JTA que toute personne ayant des préoccupations concernant le statut d’un rouleau de Torah écrit par Yaacobov pouvait contacter l’organisation.

Les rabbins du beit din ont également lancé plusieurs autres appels destinés à gérer les conséquences de l’affaire, qui a particulièrement touché une partie de la communauté juive germanophone d’origine russe. Les rabbins ont demandé au grand public de « continuer à traiter sa femme et ses enfants avec respect » et d’ignorer toutes les photos que l’accusé pourrait publier de ses accusatrices.

Certaines femmes qui ont déjà parlé à JTA ont déclaré que lorsqu’elles ont essayé de se libérer de l’influence de Yaacobov, il leur a dit qu’il avait pris des photos ou des vidéos compromettantes d’elles et d’autres personnes et qu’il les publierait.

Apel a déclaré que le beit din a mis en garde Yaacobov de ne pas publier de telles photos, s’il en avait.

Les rabbins du beit din ont également exhorté la Communauté juive de Berlin à rouvrir la synagogue séfarade, qui est restée fermée depuis le licenciement de Yaacobov, aussi rapidement que possible et à fournir un soutien financier aux femmes pour couvrir les frais de traitement psychologique « pour le traumatisme qu’elles ont subi et ses conséquences. »

Une autre femme qui avait témoigné devant le beit din a déclaré à JTA mercredi a salué la rapidité des mesures prises contre Yaacobov.

« Si vous voulez être sûr qu’une chose n’est qu’une rumeur, vous devez enquêter dessus », a déclaré la femme. « La personne disposant des ressources, du pouvoir et des connaissances doit enquêter. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.