Israël en guerre - Jour 261

Rechercher

Blinken dit ne pas comprendre comment le monde a déjà oublié les massacres du Hamas

Affirmant son soutien à Israël, le secrétaire d'État a appelé à des "trêves" et a souligné le besoin de carburant à Gaza, tout en reconnaissant les craintes d'un usage abusif

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken s'adressant aux médias lors d'un voyage en Israël pour faire pression en faveur d'une augmentation de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza assiégée, à Tel Aviv, en Israël, le 3 novembre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/Pool Photo via AP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken s'adressant aux médias lors d'un voyage en Israël pour faire pression en faveur d'une augmentation de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza assiégée, à Tel Aviv, en Israël, le 3 novembre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/Pool Photo via AP)

Lors d’une visite en Israël vendredi, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a souligné le souhait de Washington de voir des trêves humanitaires dans les combats dans la bande de Gaza, tout en reconnaissant le défi d’empêcher le groupe terroriste palestinien du Hamas d’utiliser ces cessations temporaires à son avantage.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, que Blinken a rencontré peu avant sa conférence de presse à Tel Aviv, a semblé s’opposer à de telles trêves, déclarant dans un communiqué qu’il rejetait toute interruption temporaire de la lutte contre le Hamas qui n’inclurait pas « la libération de nos otages ». Il a fait remarquer qu’il avait dit la même chose au plus haut diplomate américain.

Autre signe d’une certaine ouverture entre les deux parties, Blinken a appelé à la fourniture de carburant à la bande de Gaza, ainsi que d’autres formes d’aide humanitaire, précisant que des « mécanismes » pourraient être mis en place pour garantir l’acheminement de cette aide vers les hôpitaux de Gaza. Il a également fait part de ses inquiétudes, partagées par Israël, quant au fait que le Hamas siphonne le carburant pour ses propres besoins. Netanyahu a quant à lui insisté sur le fait qu’Israël « ne permettra pas l’entrée de carburant à Gaza ».

Dans ses remarques, le responsable de la politique étrangère des États-Unis a souligné que, « tant que les États-Unis resteront debout, Israël ne restera pas seul », ajoutant qu’il avait relayé ce message lors de ses réunions avec Netanyahu, le président Isaac Herzog et le cabinet de guerre.

Il a également réaffirmé qu’Israël avait « le droit et, en fait, l’obligation de se défendre et de faire tout ce qui est en son pouvoir pour s’assurer que le 7 octobre ne se reproduise jamais ». Mais en même temps, a-t-il ajouté, « la manière dont Israël le fait est importante », et il a ajouté sans ambages : « Nous devons faire plus pour protéger les civils palestiniens. »

« Aucun pays ne devrait ou ne pourrait tolérer le massacre de ses innocents », a-t-il déclaré, en précisant qu’on lui avait montré « d’autres images, d’autres séquences, recueillies par le gouvernement israélien à partir de caméras vidéo – certaines appartenant aux terroristes eux-mêmes, d’autres situées dans des communautés qui ont été attaquées » par le Hamas et d’autres terroristes le 7 octobre. Ces séquences sont « presque au-delà de la capacité humaine à les traiter », a-t-il déclaré.

Les destructions causées par les terroristes du Hamas dans le kibboutz Nahal Oz, près de la frontière entre Israël et Gaza, dans le sud d’Israël, le 20 octobre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Blinken a qualifié de « choquant » le fait que la brutalité du massacre ait déjà « disparu si rapidement de la mémoire de tant de gens ». Ce n’est pas le cas en Israël et aux États-Unis, a-t-il ajouté, rappelant que 33 Américains ont été tués dans les massacres, ainsi que 220 ressortissants étrangers.

Dans le même temps, il a affirmé que protéger les Palestiniens pendant qu’Israël mène sa guerre était la « bonne chose à faire » et que ne pas le faire « faisait le jeu du Hamas ».

Israël a lancé sa guerre contre le Hamas le 7 octobre, après que le groupe terroriste a mené un assaut sanglant dans le sud d’Israël, tuant quelque 1 400 personnes et prenant plus de 240 otages. La grande majorité des personnes tuées ce jour-là étaient des civils, dont beaucoup ont été massacrés chez eux. En réponse à ces tueries, Israël a promis d’éradiquer le groupe terroriste et de détruire ses infrastructures. Depuis, l’armée a frappé des milliers de cibles du Hamas à l’intérieur de la bande de Gaza par des frappes aériennes et une opération terrestre en cours. Israël affirme viser toutes les zones où le Hamas opère tout en cherchant à minimiser les pertes civiles.

Les représailles israéliennes auraient fait plus de 9 000 morts dans le territoire palestinien, selon le Hamas. Les bilans des morts publiés par le ministère de la Santé, dirigé par le Hamas, ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et incluent à la fois des civils et des membres du Hamas tués à Gaza, y compris à la suite de tirs de roquettes ratés par le groupe terroriste lui-même.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’adressant aux médias lors d’une conférence de presse, à Tel Aviv, en Israël, le 3 novembre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/Pool Photo via AP)

Des centaines de milliers de Gazaouis du nord de la bande de Gaza se sont installés dans des camps de tentes dans le sud, alors qu’Israël a prévenu de l’intensification de son opération sur Gaza City. Les Nations unies et les acteurs internationaux ont mis en garde contre une catastrophe humanitaire potentielle et ont appelé Israël à augmenter considérablement l’aide autorisée à entrer dans la bande de Gaza par le point de passage égyptien de Rafah.

Des conseils que seuls les meilleurs amis peuvent offrir

Blinken a déclaré avoir discuté avec Israël des mesures à prendre pour lutter dans ces conditions – « des conseils que seuls les meilleurs amis peuvent offrir ».

Il a insisté sur la nécessité d’augmenter l’aide apportée aux civils de Gaza – 100 camions par jour ne suffisent pas, selon lui – et de prendre des mesures supplémentaires pour permettre à davantage de ressortissants étrangers de quitter la bande de Gaza. Il a indiqué qu’il s’était entretenu avec les dirigeants israéliens au sujet des mesures concrètes à prendre pour que « la nourriture, l’eau, les médicaments, le carburant et d’autres besoins essentiels » soient satisfaits.

Des Palestiniens constatant l’ampleur des destructions suite à une frappe israélienne sur le camp de réfugiés de Jabaliya, dans la bande de Gaza, le 1er novembre 2023. (Crédit : AFP)

Blinken a reconnu que des questions légitimes avaient été soulevées lors de ses entretiens avec les responsables israéliens sur la meilleure façon d’utiliser les trêves humanitaires pour permettre l’acheminement d’une aide plus importante et contribuer à la libération des otages, tout en empêchant le groupe terroriste palestinien du Hamas d’utiliser les interruptions temporaires à son avantage.

Mais il a également souligné que le refus d’autoriser l’arrivée de cette aide aurait pour effet d’attiser la colère des partenaires potentiels de la paix et de les aliéner. « Il n’y aura pas de partenaires pour la paix s’ils sont accaparés par [la crainte] d’une catastrophe humanitaire [parmi les habitants de Gaza] et aliénés par toute indifférence présumée à l’égard de leur sort. »

Il a appelé à des « pauses humanitaires » qui, selon lui, permettraient de renforcer la sécurité des civils de Gaza et d’apporter une aide plus efficace. Il a déclaré avoir discuté avec les dirigeants israéliens « de la manière, du moment et du lieu » où ces pauses pourraient avoir lieu. « La préparation et la coordination de ces pauses prendraient du temps, et des questions légitimes se posent quant à la manière d’associer ces pauses à la libération des otages et d’éviter que le Hamas n’abuse de ces pauses.

Blinken a déclaré que, tout comme il a été peiné de voir comment le carnage avait affecté les enfants israéliens, il avait ressenti la même chose en regardant les filles et les garçons palestiniens extraits des décombres des bâtiments bombardés par Israël.

Des Palestiniens tentant de sortir une fillette des décombres d’un bâtiment détruit par des frappes aériennes israéliennes dans le camp de réfugiés de Jabaliya, au nord de la bande de Gaza, le 1er novembre 2023. (Crédit : Abed Khaled/AP)

« Quand je les vois, quand je regarde leurs yeux sur les écrans de télévision, je vois mes propres enfants », a déclaré Blinken. « Comment pourrais-je faire autrement ? »

Le secrétaire d’État a précisé que le Hamas ne se souciait pas des Palestiniens et « les utilisait de manière cynique et monstrueuse comme boucliers humains », en plaçant ses infrastructures et ses terroristes dans des immeubles résidentiels, des écoles, des mosquées et des hôpitaux. Mais « les civils ne devraient pas subir les conséquences de son inhumanité et de sa brutalité ».

Il a ajouté que les États-Unis s’efforçaient sans relâche d’obtenir la libération des centaines d’otages détenus par le Hamas, notamment des Américains.

Blinken n’a pas laissé entendre que les États-Unis cherchaient à limiter la durée de la guerre et a même parlé d’une ère d’après-guerre « une fois que le Hamas aura été vaincu ». Il a déclaré que l’objectif de la guerre ne pouvait pas être uniquement d’éradiquer le Hamas, mais aussi de créer un avenir meilleur qui inclurait une solution à deux États.

« Il s’agit de vaincre le Hamas physiquement, c’est-à-dire de s’assurer qu’il ne puisse pas répéter ce qu’il a fait le 7 octobre. Mais il s’agit aussi de vaincre une idée, une idée pervertie, avec une meilleure vision de ce que peut être cet avenir et en démontrant que nous sommes déterminés à la réaliser », a déclaré Blinken.

Il a ajouté que la vision de deux États pouvait « donner aux gens quelque chose à espérer » et qu’il existait une large et forte coalition dans toute la région qui la soutenait.

Les forces israéliennes dans la bande de Gaza pendant la guerre contre le Hamas, sur une photo diffusée le 3 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

« Nous savons également qu’Israël ne peut pas reprendre le contrôle et la responsabilité de Gaza. Et il est important de noter qu’Israël a clairement indiqué qu’il n’avait ni l’intention ni le désir de le faire », a-t-il déclaré en réponse à une question. Il a promis de discuter « avec ses partenaires dans toute la région et bien au-delà, de ce qui devrait suivre une fois que le Hamas aura été vaincu ».

Face à la montée de la violence des résidents d’implantations en Cisjordanie depuis le début de la guerre, Blinken a déclaré que les dirigeants israéliens l’avaient assuré qu’ils condamneraient les attaques contre les civils palestiniens et qu’ils prendraient des mesures pour endiguer ce phénomène et pour que les auteurs de ces attaques soient tenus pour responsables de leurs actes.

« La violence extrémiste contre les Palestiniens doit cesser », a-t-il fait remarquer. « Nous veillerons de près à ce que nos amis respectent cet engagement. »

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken, à droite, et son équipe rencontrant le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et les membres et observateurs du cabinet de guerre, au quartier général militaire de Kirya, à Tel Aviv, le 3 novembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

La visite de Blinken était la troisième depuis le début de la guerre. Il doit se rendre ensuite à un sommet arabe en Jordanie.

Netanyahu : « Nous ne nous arrêterons pas avant la victoire »

Dans sa brève déclaration télévisée avant le début du Shabbat, Netanyahu a promis que la victoire à Gaza sera « nette et claire » et qu’elle « résonnera pour des générations ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prononçant un discours télévisé, le 3 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran / GPO)

Il a déclaré que les ennemis d’Israël cherchaient à détruire le pays et qu’ils n’y parviendraient pas. « Nous ne nous arrêterons pas avant la victoire », a-t-il déclaré, précisant que cela signifiait « détruire le Hamas, [et obtenir] le retour des otages et le rétablissement de la sécurité pour nos citoyens et nos enfants ».

Il a fait l’éloge des soldats israéliens, affirmant qu’ils tuaient des terroristes « 24 heures sur 24 » à Gaza, grâce à une étroite coopération entre les forces terrestres et aériennes de Tsahal.

En ce qui concerne la visite de Blinken, il a déclaré qu’il l’appréciait et qu’il appréciait le soutien du président américain Joe Biden et des États-Unis. Il a déclaré avoir dit à Blinken « qu’Israël refuse un cessez-le-feu temporaire qui n’inclurait pas la libération de nos otages. Israël ne permettra pas l’entrée de carburant à Gaza et s’oppose à l’envoi d’argent dans la bande ».

La question du carburant

Plus tôt dans la journée, l’armée israélienne a publié un enregistrement de ce qu’elle a déclaré être un appel téléphonique datant de la veille, dans lequel un responsable de la santé gazaoui reconnaissait que les réserves de carburant du Hamas étaient stockées directement sous l’hôpital al-Shifa de Gaza City, le plus grand hôpital de la bande de Gaza.

Selon la chaîne publique israélienne Kan, les responsables israéliens avaient l’intention de présenter cet appel, ainsi que d’autres preuves à ce sujet, à Blinken, afin d’essayer de faire baisser la pression internationale pour autoriser l’entrée de carburant dans la bande de Gaza.

« L’appel confirme que le Hamas contrôle les ressources en énergie et en carburant dans la bande de Gaza et choisit de les orienter vers le terrorisme », a déclaré Tsahal dans un communiqué. « En outre, si le carburant est autorisé à entrer dans la bande de Gaza, le Hamas prévoit de s’emparer de ces ressources. »

Des camions transportant du carburant circulant dans la bande de Gaza, le 22 octobre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Jeudi, le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, a déclaré qu’Israël autoriserait l’entrée de carburant dans la bande de Gaza via le point de passage de Rafah avec l’Égypte si Israël déterminait que les hôpitaux n’avaient plus de carburant.

Les hôpitaux de Gaza, qui dépendent du carburant pour alimenter les générateurs, ont prévenu depuis plus d’une semaine qu’ils étaient sur le point d’en manquer, a noté Halevi, mais jusqu’à présent aucun ne s’est retrouvé dans une telle situation.

Peu après les commentaires de Halevi, le bureau du Premier ministre a publié une déclaration laconique indiquant seulement que Netanyahu « n’avait pas approuvé l’entrée de carburant dans la bande de Gaza ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.