Budget : L’opposition furieuse contre la tentative de briser l’obstruction
Rechercher

Budget : L’opposition furieuse contre la tentative de briser l’obstruction

Une commission de la Knesset a décidé de consolider les 32 000 objections de l'opposition afin de les voter rapidement

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Merav Michaeli, députée de l'Union sioniste, à la Knesset, le 27 février 2013. (Crédit : Flash90)
Merav Michaeli, députée de l'Union sioniste, à la Knesset, le 27 février 2013. (Crédit : Flash90)

L’opposition a informé que tous les paris sont ouverts sur le budget si ses 32 000 objections ne sont pas présentées à la Knesset pour un vote individuel.

La commission en charge de la procédure de la Knesset mardi a jugé que le nombre sans précédent de réserves formulées sur le budget bi-annuel – qui prendraient des jours à être votées individuellement – seraient consolidées avec plusieurs centaines d’objections classées par thème.

Le président de la comission, David Bitan (Likud), défend la décision de consolider les objections, en disant qu’ils sont destinés à contrecarrer le vote du budget, qui doit être nécessairement votée d’ici la fin de la semaine.

« 99,5 % des objections ne sont pas pertinentes, sont frivoles, et sont conçues pour mettre des bâtons dans les roues du gouvernement », a-t-il dénoncé.

Si le débat sur le budget va au-delà de sa date limite, jeudi, le gouvernement serait contraint de convoquer de nouvelles élections.

En réponse, l’Union sioniste a affirmé que les partis d’opposition reviennent sur tous les accords conclus avec la coalition jusqu’à présent sur le budget, sans plus de précisions.

L’Union sioniste a accusé le gouvernement Netanyahu de « piétiner la Knesset et le peuple en agissant de manière non démocratique ».

« Une obstruction parlementaire est un outil de premier ordre », a souligné la députée de l’Union sioniste, Merav Michaeli.

« Les objections sont légitimes, même si la coalition les considère comme non pertinentes. Vouloir renverser le gouvernement est le travail de l’opposition et il est de son droit d’utiliser tous les outils à sa disposition pour le faire. L’opposition a pris le temps d’écrire 32 000 objections… Il va de notre droit, même selon les règles, d’exiger un vote sur chacune des réserves ».

Yesh Atid considère la décision de consolider les objections comme étant « lâche » et a ajouté que cela « fait tomber la Knesset à un nouveau niveau plus bas ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...