Cannabis : Netanyahu vend des « illusions », déplore Gantz
Rechercher

Cannabis : Netanyahu vend des « illusions », déplore Gantz

"Gardez pour vous votre pirouette aux dépens des malades", dit le rival du Premier ministre qui a lancé un comité chargé d'étudier la légalisation de la vente du cannabis récréatif

Le chef du parti Kakhol lavan, le député Benny Gantz, à la Knesset, à Jérusalem, le 10 février 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef du parti Kakhol lavan, le député Benny Gantz, à la Knesset, à Jérusalem, le 10 février 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le président de Kakhol lavan, Benny Gantz, a rejeté dimanche la promesse du Premier ministre Netanyahu d’œuvrer à l’effacement des casiers judiciaires des criminels de la marijuana et de nommer un comité chargé de réfléchir à sa légalisation.

« Ce que vous n’avez pas fait pendant 10 ans, vous ne le ferez plus dans 10 ans », a écrit Gantz sur Twitter. « [Pendant] des années, vous avez vendu des illusions aux malades qui ont besoin de cannabis médical et à notre jeunesse pour tenter de recueillir des votes. »

« Gardez pour vous votre pirouette aux dépens des malades », a-t-il ajouté.

Netanyahu a ouvert la voie dimanche, à une semaine des élections législatives cruciales à sa survie politique, à la légalisation de la vente du cannabis récréatif selon « le modèle canadien ».

« Une commission de professionnels va étudier la possibilité d’importer le modèle canadien pour légaliser le marché du cannabis en Israël », a déclaré M. Netanyahu sur sa page Facebook.

Le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, assiste à une conférence de presse avec le Premier ministre chinois Li Keqiang au Grand Palais du Peuple à Beijing le 4 décembre 2017. (Crédit : AFP / Pool / Fred Dufour)

Sous l’impulsion de son Premier ministre Justin Trudeau, le Canada était devenu en octobre 2018 le premier pays du G7 à légaliser la consommation du cannabis récréatif.

L’âge minimal pour s’en procurer avait été fixé à 18 ans, sauf au Québec où il a été porté à 21 ans. Et la légalisation avait rapidement entraîné des ruptures de stock dans des boutiques, qui doivent obtenir un permis des autorités. La loi canadienne autorise aussi la production personnelle, mais limitée, de cannabis à usage récréatif.

De son côté, Israël a déjà donné son feu vert à l’exportation de cannabis médical mais la production, la vente, l’achat et l’utilisation pour des usages récréatifs restent des infractions.

Selon l’Autorité de lutte contre la drogue, 27 % des Israéliens fument au moins une fois par an du cannabis, mais ce pourcentage grimpe à 41 % parmi les 18-25 ans.

La législation sur la consommation a été assouplie juste avant les élections d’avril 2019, les Israéliens surpris à consommer n’écoperont les deux premières fois que d’une amende, sans inscription au casier judiciaire.

Netanyahu a précisé qu’il souhaite par son projet désengorger les tribunaux, voire effacer les condamnations du casier judiciaire pour « les dizaines de milliers d’Israéliens condamnés pour utilisation personnelle ou possession de cannabis, ce qui provoque des souffrances inutiles ».

Oren Leibowitz, à la tête d’Ale Yarok (« Feuille verte »), un parti dont l’un des principaux objectifs est de légaliser le cannabis, fera partie de cette commission qui sera dirigée par le fidèle ministre de la Justice Amir Ohana, a précisé M. Netanyahu.

« Feuille verte » ne présente pas de candidats aux élections du 2 mars, mais compte néanmoins des milliers de partisans en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...