Rechercher
Hommages

Cérémonie annuelle d’hommage à Ilan Halimi à Sainte-Geneviève-des-Bois

Plusieurs hommages ont également été rendus à Ilan Halimi sur les réseaux sociaux, parmi lesquels celui de Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation

Les fleurs déposées en hommage à Ilan Halimi, le 13 février 2022, à Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne). (Crédit : @BHL / Twitter)
Les fleurs déposées en hommage à Ilan Halimi, le 13 février 2022, à Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne). (Crédit : @BHL / Twitter)

Dimanche 13 février, comme tous les ans, la municipalité de Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne) a organisé un hommage à Ilan Halimi, sur les lieux où il a été retrouvé agonisant – le long de la voie ferrée du RER.

Séquestré, torturé et tué en 2006 à l’âge de 23 ans, Ilan repose à Jérusalem. Des hommages sont régulièrement organisés à Paris et en région parisienne au moment de l’anniversaire de sa mort.

L’évènement de dimanche matin marquait les 16 ans de sa mort.

Parmi les participants : Éric Jalon, préfet de l’Essonne ; Frédéric Petittat, maire de Sainte-Geneviève-des-Bois ; Alexandre Touzet, vice-président du Conseil départemental ; Benjamin Allouche, président de l’ACJE 91 et délégué du CRIF de l’Essonne ; ainsi que des élus, des députés et des représentants associatifs et religieux.

Ilan Halimi, enlevé et assassiné en 2006. (Crédit : autorisation de Stephanie Yin/JTA)

« La mort d’Ilan nous rappelle à toutes et tous, que la barbarie du siècle passé, celle qui avait permis de tuer des millions d’êtres humains n’avaient pas disparu. Cette haine aveugle. Cette haine qui aura assassiné des vieillards comme des enfants, des femmes comme des hommes, des mères et des pères, des fils et des filles. Juste parce qu’ils étaient Juifs. Cette haine n’est malheureusement pas terrassée, elle n’est pas vaincue. Elle nécessite chaque jour d’être combattue », a notamment déclaré le maire Frédéric Petittat.

« Cet antisémitisme a écrit les heures les plus sombres de notre Histoire ; à travers la Shoah il a marqué notre humanité d’une blessure indélébile. Mais la page n’est pas encore tournée, l’encre n’est pas encore sèche ; l’antisémitisme blesse et tue encore, sous nos yeux. C’est pourquoi nous sommes appelés à un triple devoir : devoir de mémoire d’abord ; devoir de combat, ensuite ; devoir d’éducation, enfin », a ajouté le préfet Éric Jalon.

Lundi, le Premier ministre Jean Castex a remis à Matignon le prix Ilan Halimi aux élèves de trois établissements, l’occasion de « lutter contre l’oubli mais aussi de montrer des actes d’espérance » face à l’antisémitisme.

Plusieurs hommages ont également été rendus à Ilan Halimi sur les réseaux sociaux. Parmi lesquels celui de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...