Rechercher

Castex remet le prix Ilan Halimi pour « montrer des actes d’espérance »

Rappelant le "calvaire" d'Ilan Halimi, jeune juif de 23 ans, tué "pour ce qu'il était",le Premier ministre, ce prix est "une manière de dire: la République n'admettra jamais cela"

Le Premier ministre français Jean Castex prononce un discours lors de la remise du Prix Ilan Halimi, à Matignon, le 14 février 2022. (Capture d'écran Facebook)
Le Premier ministre français Jean Castex prononce un discours lors de la remise du Prix Ilan Halimi, à Matignon, le 14 février 2022. (Capture d'écran Facebook)

Le Premier ministre, Jean Castex, a remis lundi à Matignon le prix Ilan Halimi aux élèves de trois établissements, l’occasion de « lutter contre l’oubli mais aussi de montrer des actes d’espérance » face à l’antisémitisme.

Les initiatives pour la tolérance des élèves et des professeurs du collège Toulouse-Lautrec de Toulouse (Haute-Garonne), de l’Ecole de la deuxième chance de La Courneuve (Seine-Saint-Denis) et du lycée professionnel Sévigné de Gap (Hautes-Alpes) ont été récompensées par M. Castex et les ministres Elisabeth Moreno (Diversité et l’égalité des chances), et Jean-Michel Blanquer (Education nationale).

Le chef du gouvernement a salué dans son discours les projets des élèves. « Quand je vous vois, je suis plus déterminé que jamais et plein d’espoir », a-t-il déclaré.

Lauréats du Grand prix, les élèves du lycée professionnel de Gap ont été récompensés pour la publication d’un livre consacré à l’histoire de leur ville et notamment des Justes qui y ont caché des juifs pour les protéger de la déportation pendant la Seconde Guerre mondiale.

Posted by Jean Castex on Monday, February 14, 2022

Le Premier ministre a salué la création du prix Ilan Halimi, devenu un distinction nationale en 2018, « un prix pour toucher nos consciences, pour lutter contre l’oubli mais aussi montrer des actes d’espérance ».

Pour Jean Castex, ce prix est « une manière ferme de dire: la République n’admettra jamais cela ». Il a rappelé le « calvaire » subi par Ilan Halimi, jeune homme juif de 23 ans qui avait été séquestré, torturé et tué en 2006 « pour ce qu’il était ».

Ilan Halimi, enlevé et assassiné en 2006. (Crédit : autorisation de Stephanie Yin/JTA)

Il a également affirmé que « nous n’abdiquerons jamais » face à « certains qui veulent réécrire l’Histoire », rappelant la responsabilité du gouvernement français de Vichy dans la déportation des juifs.

M. Castex a rappelé l’engagement du gouvernement pour lutter contre la haine et l’antisémitisme, notamment en ligne, et a évoqué l’adoption espérée dans le cadre de la présidence française de l’Union européenne de « textes pour renforcer la lutte contre la haine en ligne ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...