Israël en guerre - Jour 287

Rechercher

« C’est la dernière chance » pour l’Iran de sauver l’accord, prévient Londres au G7

Selon Liz Truss, ce G7 des ministres des Affaires étrangères a aussi affiché un front uni face à Moscou, que les Occidentaux accusent de préparer une possible invasion de l'Ukraine

Liz Truss (Crédit : capture d'écran YouTube/The Sun)
Liz Truss (Crédit : capture d'écran YouTube/The Sun)

L’Iran a une « dernière chance » de négocier sérieusement pour sauver l’accord sur le nucléaire iranien, a prévenu dimanche la cheffe de la diplomatie britannique Liz Truss au terme d’une réunion du G7 qui a aussi mis en garde la Russie contre une invasion de l’Ukraine.

« C’est la dernière chance pour l’Iran de venir à la table des négociations avec une solution sérieuse à ce problème », a martelé la ministre, dont le pays préside actuellement le groupe des grandes puissances.

« Il est encore temps pour l’Iran de venir et accepter cet accord » mais « c’est la dernière chance », a-t-elle insisté, exhortant Téhéran à venir « avec une proposition sérieuse ».

« Il est vital qu’il le fasse » car « nous ne laisserons pas l’Iran se doter de l’arme nucléaire », a encore martelé Liz Truss lors d’une conférence de presse à Liverpool, dans le nord de l’Angleterre.

Le Palais Cobourg, lieu des pourparlers de relance du Plan d’action global conjoint (JCPOA), à Vienne, le 29 novembre 2021. (Crédit : VLADIMIR SIMICEK / AFP)

Les négociations indirectes entre l’Iran et les Etats-Unis, par l’intermédiaire notamment des Européens, ont repris fin novembre à Vienne pour tenter de ressusciter l’accord de 2015 censé empêcher la République islamique de se doter de la bombe atomique, devenu moribond à la suite du retrait unilatéral des Etats-Unis trois ans plus tard sous la présidence de Donald Trump.

Selon Liz Truss, ce G7 des ministres des Affaires étrangères a aussi affiché un front uni face à Moscou, que les Occidentaux accusent depuis quelques semaines de préparer une éventuelle invasion de l’Ukraine, malgré les démentis du Kremlin.

La réunion de Liverpool a montré, selon la ministre britannique, « la voix très unie des pays du G7 qui représentent 50 % du PIB mondial, et qui sont très clairs » sur le fait « qu’il y aurait des conséquences massives pour la Russie en cas d’incursion en Ukraine ».

La menace de sanctions sans précédent a été formulée ces derniers jours par Washington, et notamment par le président Joe Biden qui s’est entretenu avec son homologue russe Vladimir Poutine.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.