Cisjordanie : un soldat israélien légèrement blessé par une bombe artisanale
Rechercher

Cisjordanie : un soldat israélien légèrement blessé par une bombe artisanale

L’engin explosif était caché dans un pneu en flammes sur une route proche de Mughayir, au nord est de Ramallah

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Soldats israéliens pendant une opération d'arrestation dans le camp de réfugiés de Deheishe, près de Bethléem, en Cisjordanie, le 8 décembre 2015. Illustration. (Crédit : Shohat Nati/Flash90)
Soldats israéliens pendant une opération d'arrestation dans le camp de réfugiés de Deheishe, près de Bethléem, en Cisjordanie, le 8 décembre 2015. Illustration. (Crédit : Shohat Nati/Flash90)

Un soldat israélien a été légèrement blessé lundi soir par l’explosion d’une bombe artisanale sur une route du nord de la Cisjordanie, a annoncé l’armée.

Dans la soirée, l’armée israélienne avait reçu des informations faisant état de pneus brûlés près du village de Mughayir, au nord est de Ramallah, a déclaré un porte-parole de l’armée.

Un groupe de soldats a été déployé dans la zone pour enquêter. L’un d’entre eux s’est approché d’un pneu en flammes, mais il « se trouve qu’il s’agissait d’un engin explosif » qui s’est déclenché, a déclaré l’armée.

Le soldat a été légèrement blessé et transporté vers un hôpital voisin.

L’armée a commencé à chercher les responsables de cette attaque.

Scène d'une attaque à la bombe près de Hizme, en Cisjordanie, le 10 mai 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Scène d’une attaque à la bombe près de Hizme, en Cisjordanie, le 10 mai 2016. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Le 10 mai, juste après le début de Yom HaZikaron, la Journée du souvenir israélienne, le lieutenant Shachar Roditi avait été grièvement blessé par l’explosion d’un engin explosif artisanal composé de quatre bombes artisanales, qui avait explosé près de son visage, sur une route proche de Hizme, au nord de Jérusalem.

Les cinq membres de la cellule terroriste qui serait responsable de l’attentat avaient été arrêtés quelques jours plus tard.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...