Comment la communauté juive s’est mobilisée à Surfside
Rechercher

Comment la communauté juive s’est mobilisée à Surfside

"Une fois les équipes israéliennes arrivées, il y a eu un soupir de soulagement" ; les bénévoles ne sont pas seulement là pour la communauté juive, mais pour tous les autres

Un homme passe devant un mémorial où figurent les photos de certains des disparus de l'immeuble de 12 étages Champlain Towers South, à Surfside, en Floride, qui s'est partiellement effondré, le 28 juin 2021. (Crédit : Joe Raedle/Getty Images/AFP)
Un homme passe devant un mémorial où figurent les photos de certains des disparus de l'immeuble de 12 étages Champlain Towers South, à Surfside, en Floride, qui s'est partiellement effondré, le 28 juin 2021. (Crédit : Joe Raedle/Getty Images/AFP)

SURFSIDE, Florida (JTA) — « Je suis Juif, je suis Juif, je suis Juif », martèle Steve Eisenberg. Nous sommes dimanche et nous trouvons dans la synagogue de Bal Harbour, dans sa salle sociale en construction. Deux jours plus tôt, vendredi soir, juste avant Shabbat, cette salle était remplie de couvertures, de vêtements, de matelas, de nourriture et d’articles de toilette pour les familles sans abri après qu’un immeuble de cette ville de 6 000 habitants s’est effondré, ne laissant qu’un tas de décombres.

Aujourd’hui, grâce à des personnes comme Eisenberg et Judit Groisman, une grande femme d’affaires en jeans et T-shirt noir de la Women’s International Zionist Organization (WIZO), les cheveux blonds bien attachés, qui donne des ordres avec le sourire aux volontaires, elle est presque vide. Les fournitures sont destinées aux familles sans abri suite à l’effondrement, qui s’installent dans des logements temporaires.

Eisenberg a mis en relation des familles avec des propriétaires d’appartements actuellement vacants.

« Les gars, quelqu’un sait-il si nous avons des seringues ? », crie Groisman.

La question que j’avais posée à Eisenberg était de savoir comment il s’était impliqué dans les efforts de reconstruction. Sa réponse insistante, « Je suis juif », me laisse penser qu’il répond à la question de savoir pourquoi il s’est impliqué, pas comment, donc je répète ma question initiale.

Non, je me trompe : il répond à la question du comment.

Une salle sociale en construction dans une synagogue de Surfside, en Floride, remplie de dons destinés aux familles sans abri, moins de 18 heures après l’effondrement d’un bâtiment voisin, le 25 juin 2021. (Crédit : Ron Kampeas/JTA)

Eisenberg vit en face de la synagogue de Bal Harbour et fait partie de cette communauté très unie – Surfside compte au moins un tiers de Juifs. C’est pourquoi, dans les heures qui ont suivi l’effondrement de la Champlain Tower South, jeudi à 1h30 du matin, les SMS, les messages WhatsApp et les appels ont inondé son téléphone.

De l’autre côté de la rue et de l’océan, les Juifs se sont réunis pour porter secours à une petite communauté de bord de mer bondée, dévastée par une perte soudaine et insondable.

Eisenberg connaît au moins 10 personnes « dans les décombres », comme il le dit, et il les connaît parce qu’ils sont Juifs, qu’il est Juif et qu’ils font partie de sa communauté.

« Brad Cohen, j’étais sous la houppa’ avec lui », dit-il – ce qui signifie qu’il était témoin du mariage de Cohen. « Je le voyais tous les jours. »

Jeudi matin, le bilan s’élevait à 18 morts et 145 personnes étaient toujours portées disparues.

La femme d’une trentaine d’années qui transporte des cartons au centre communautaire de Surfside, plus bas dans la rue, à environ un kilomètre du bâtiment effondré, raconte la même chose : elle a grandi dans la communauté juive cubaine, et il y avait ces dames avec lesquelles sa mère était amie, et même si elle n’était pas proche d’elles, maintenant qu’elle a grandi, elle leur disait toujours bonjour quand elle les voyait dans la rue. Et maintenant… elles sont parties.

Mais pas tout à fait. Les disparus surgissent de derrière des roses fanées, sur des affiches imprégnées de la chaleur humide de Miami, accrochées à une clôture qui surplombe les décombres.

Un mur commémoratif le long d’une clôture près du site de l’effondrement de l’immeuble Champlain Towers South à Surfside, en Floride, le 29 juin 2021. (Crédit : Charles Trainor Jr./Miami Herald via AP)

Un jeune homme souriant, Andres Levine, sa tête penchée sur celle d’une femme, dont la main s’approprie langoureusement son épaule. Un homme en smoking, blond, se penche sur sa poitrine. Le texte se lit comme suit : « Le frère du Dr. Brad Cohen, Gary (également médecin), a également disparu. » Il y a quelque chose d’insupportablement poignant dans l’aparté entre parenthèses, « aussi un docteur », avec un « D » majuscule : ce n’est pas un, mais deux hommes bons qui ont disparu.

« Ilan Naibryf + Deborah Berezdivin », dit un autre imprimé. Un jeune couple heureux pose bras dessus bras dessous, les couronnes se touchant, sur un paysage marin, peut-être celui qui se trouve juste au-delà des décombres, dont le sel dégage une odeur âcre. L’imprimé est partiellement masqué par un chapelet de perles accroché à la clôture.

Ce n’est pas seulement une tragédie juive, tout le monde le sait.

Les perles, les crucifix, dont l’un est aussi bleu que le ciel de Miami (quand il n’y a pas de pluie), le Nouveau Testament relié en cuir sur le trottoir qui jouxte la clôture. Le billet jaune, suspendu de manière précipitée, plaidant « au nom de Jésus ».

Le cercle de chrétiens évangélistes debout près de la clôture commémorative, se tenant par la main et entonnant des prières en espagnol.

Des reliques déchirantes, dans leur signification universelle : le camion de jouets, le Supersoaker cabossé.

Parmi les disparus, environ 40 sont Juifs, selon la synagogue, ce qui signifie que la plupart ne le sont pas. Et les Juifs qui se sont rassemblés depuis le monde entier, les équipes de secours d’Israël, du Mexique, du Canada, le savent.

« Il ne s’agit pas seulement des Juifs », a déclaré Nachman Shai, le ministre israélien de la Diaspora, qui a bénéficié d’un traitement VIP lors de sa visite ici cette semaine, en compagnie des sauveteurs israéliens. « Je dois m’assurer que cela est bien compris. Il s’agit d’êtres humains, il s’agit d’une tragédie nationale. »

Nachman Shai, ministre israélien de la Diaspora sur le site d’un immeuble qui s’est écroulé, aux abords de Miami, le 27 juin 2021. (Crédit : Ministère des Affaires de la Diaspora)

Raphael Poch, le porte-parole de l’équipe United Hatzalah d’Israël, décrit comment les conseillers formés par Hatzalah travaillent au deuxième étage de l’hôtel Grand Beach, où les familles, juives et non juives, restent attendre.

« C’est un état d’incertitude, et cela peut provoquer un sentiment d’impuissance », dit-il. « L’impuissance est le début de ce qui peut conduire à une réaction émotionnelle ou à une réaction de stress traumatique. Et c’est ce que nous essayons d’éviter – nous les invitons à aider les gens autour d’eux si nous voyons qu’il y a un besoin, car ils sont souvent au même endroit, avec d’autres familles. Donc même s’ils ne font rien à ce moment-là, ils peuvent aller aider une autre famille, ils peuvent avoir une conversation avec eux, ils peuvent parler avec eux, ils peuvent interagir avec eux. »

Il y a des façons juives de savoir, et il y a une façon juive de ne pas savoir : la tradition juive des shomrim, les gardiens, demande la permission de jalonner les décombres, de veiller sur les morts – ou, plus précisément, sur les personnes qui pourraient être mortes – jusqu’à ce qu’elles soient enterrées. Ou, miraculeusement, en vie. Nul ne sait, avec une certitude absolue, qui est mort et qui est vivant.

« Nous avons des rabbins d’astreinte qui sont prêts à accompagner les familles lorsqu’elles reçoivent des notifications », explique Jacob Solomon, président de longue date de la Fédération juive de la région de Miami.

Des hommes juifs prient à la synagogue de Bal Harbour après que des membres de la communauté ont été portés disparus dans l’effondrement partiel d’un immeuble de 12 étages en bord de mer, dans le quartier de Surfside à Miami, le 24 juin 2021. (Crédit : AP Photo/Gerald Herbert)

Il est difficile de donner un sens à un événement aussi arbitraire, un événement dépourvu d’intention. Un rabbin donne un shiur, une leçon, après les offices de la Havdalah samedi soir à la synagogue, et mentionne l’effondrement du bâtiment de façon superficielle, en disant que les offices étaient en « l’honneur » des morts et des disparus. Il se lance dans un sermon incendiaire sur le jeûne du 17 Tammuz, qui a commencé cette nuit-là, et sur la façon dont les péchés des Juifs ont entraîné ses pertes.

La communauté juive de Miami est plus insulaire, dit Solomon, parce qu’une grande partie d’entre elle est de première génération – d’Israël, du Venezuela, du Mexique, d’Amérique centrale.

« Ils considèrent qu’être Juif est un moyen de conserver l’identité qu’ils ont apportée avec eux », dit-il. Cela signifie des relations plus étroites avec Israël. « Notre étude démographique de 2014 – vous verrez que nous avons le plus haut pourcentage de Juifs adultes qui ont été en Israël, le plus haut pourcentage de connexion émotionnelle avec Israël. »

Quelques semaines avant l’effondrement de l’immeuble, certaines des mêmes personnes qui se portaient volontaires cette semaine se présentaient aux manifestations contre le pic d’antisémitisme consécutif au conflit Israël-Gaza.

Poch dit avoir été bouleversé par l’accueil réservé aux Israéliens.

« Une fois que les équipes israéliennes ont atterri, il y a eu un véritable soupir de soulagement », dit-il. « Les familles se sont dit : ‘Vous êtes là pour nous aider et c’est incroyable que vous ayez fait tout ce chemin.’ Elles apprécient le fait que nous soyons venus. Nous leur avons donné un sentiment de soulagement et un sentiment d’espoir. »

Les membres de la délégation des sauveteurs israéliens arrivent dans la zone proche de l’immeuble Champlain Towers South de 12 étages partiellement effondré dans la ville de Surfside, en Floride, le 27 juin 2021. (Crédit : Giorgio Viera / AFP)

Lors d’une conférence de presse, le maire de Surfside, Charles Burkett – qui a coordonné les efforts de recherche et de sauvetage avec les autorités du comté de Miami-Dade ainsi qu’avec les équipes internationales – décrit une rencontre qu’il a faite dimanche matin à l’hôtel Grand Beach.

« L’une des questions des résidents était assez poignante », dit Burkett. « Ils voulaient savoir si l’équipe israélienne pensait que l’équipe de Miami-Dade avait fait ce qu’il fallait. Le commandant de l’équipe israélienne n’a pas hésité. Il s’est retourné et a dit : ‘Ils ont fait exactement ce qu’il fallait faire’, ce qui était une belle validation. »

Shai n’a pas été surpris lorsqu’il a entendu l’histoire.

« Les Juifs du monde entier regardent Israël comme une source de soutien, dit-il, et parfois même comme une source qui vient les sauver. »

Ou bien ils se tournent vers eux-mêmes.

La synagogue à Surfside, en Floride, le 25 juin 2021. (Crédit : Ron Kampeas/JTA)

Eisenberg, à la synagogue, fait défiler ses SMS et les montre pour que je les voie : Des Juifs de tout le pays qui veulent aider.

« À qui puis-je parler à la synagogue ? », demande un homme de New York. « Nous avons des chiens d’intervention en cas de crise. »

Une femme de Baltimore veut aider à mettre en place une base de données des disparus.

Eisenberg regarde l’entrepôt qui se vide.

« Je ne sais pas comment cela a été fait. Il n’y avait pas une seule personne à la tête de ce projet », dit-il.

Judit Groisman est à nouveau en effervescence.

« J’ai besoin d’un volontaire pour m’aider à apporter des matelas », dit-elle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...