Coronavirus : l’industrie du divertissement à l’arrêt
Rechercher

Coronavirus : l’industrie du divertissement à l’arrêt

Hollywood et Broadway tirent le rideau sur les spectacles, les productions télévisées et les avant-premières ; les parcs Disney ferment et des matchs de NBA sont suspendus

Des cabines de vente de billets vides à Broadway au kiosque de TKTS, le mercredi 11 mars 2020, à Times Square à New York. (Crédit : AP Photo/Mary Altaffer).
Des cabines de vente de billets vides à Broadway au kiosque de TKTS, le mercredi 11 mars 2020, à Times Square à New York. (Crédit : AP Photo/Mary Altaffer).

Ecoles, transports, rassemblements sportifs et culturels… la planète a accéléré jeudi un repli sur elle-même à la hauteur de la psychose créée par la pandémie du nouveau coronavirus, qui a provoqué un krach historique des bourses mondiales.

Avec plus de 130 000 personnes contaminées, près de 5 000 décès et des infections s’étendant désormais de la Scandinavie à l’Inde, de l’Amérique latine à l’Extrême-Orient, les gouvernements s’escrimaient à freiner la propagation de la maladie Covid-19.

Ainsi à New York, par exemple, des lieux emblématiques ont annoncé leur fermeture comme le Metropolitan Museum et les théâtres de Broadway, et tous les rassemblements de plus de 500 personnes ont été interdits.

Le groupe Disney a décidé jeudi de fermer dès ce week-end ses célèbres parcs d’attraction en Californie, en Floride et près de Paris jusqu’à la fin mars « par principe de précaution » contre l’épidémie de coronavirus.

Le théâtre Minskoff est fermé le jeudi 12 mars 2020 à New York, près de Times Square, après la fermeture des théâtres de Broadway suite à l’interdiction par le gouvernement new-yorkais d’Andrew Cuomo de rassembler plus de 500 personnes en raison des inquiétudes liées à la propagation du coronavirus. (Crédit : AP Photo/Kathy Willens)

Disney World, à Orlando (Floride) est le premier parc de loisirs au monde en termes de fréquentation (près de 21 millions de visiteurs en 2018 selon les professionnels) suivi de Disneyland à Anaheim, près de Los Angeles (18,7 millions). Quant à Disneyland Paris, il est le premier du secteur en Europe avec quelque 10 millions de visiteurs par an.

Disney avait commencé par annoncer la fermeture de son parc de Californie à partir du 14 mars, « même si aucun cas de Covid-19 n’a été signalé à Disneyland Resort ». Il s’agissait pour le parc d’attractions de 40 hectares, d’agir « dans l’intérêt de nos visiteurs et employés » et en conformité avec les préconisations du gouverneur de Californie, a expliqué un porte-parole de Disney.

En effet, le gouverneur de Californie Gavin Newsom recommande depuis jeudi la suspension de tous les rassemblements « non-essentiels » de plus de 250 personnes.

Les hôtels du site californien resteront ouverts jusqu’au lundi 16 mars pour laisser le temps aux touristes d’organiser leur départ.

« Nous allons surveiller la situation et suivre les avis et recommandations des autorités fédérales et locales ainsi que des agences sanitaires. Disney continuera à payer ses employés » pendant la suspension de ses activités, a précisé le porte-parole de Disneyland.

Le numéro un mondial du divertissement a quelques heures plus tard annoncé la fermeture de Disney World à Orlando et de Disneyland Paris, près de la capitale française, à compter de dimanche et jusqu’à la fin du mois. Les hôtels des deux sites resteront en activité « jusqu’à nouvel ordre ».

Disney a aussi décidé de suspendre toutes ses croisières dans le monde pour le mois de mars, a précisé le groupe dans un communiqué à l’AFP.

En Asie, Disney a fermé depuis des semaines ses parcs d’attraction en raison de l’épidémie mais le complexe de Shanghai, en Chine, a pu rouvrir partiellement cette semaine. Au Japon en revanche, la fermeture de Disneyland et DisneySea à Tokyo a été prolongée de deux semaines, jusqu’à début avril.

Universal aussi

Le parc d’attractions des studios Universal à Hollywood, très prisé des touristes également, va lui aussi fermer ses portes à partir de samedi pour une durée de deux semaines. « Nous prévoyons une réouverture le 28 mars et nous continuons à surveiller la situation », précise Universal Studios dans un communiqué.

Disney a également décidé de reporter la sortie de son film « Mulan », remake en prises de vues réelles de son fameux dessin animé de 1998. Le long-métrage avait été présenté lundi à Los Angeles et devait sortir sur les écrans nord-américains dans deux semaines.

La sortie de plusieurs autres films à gros budget a également été déprogrammée en raison de l’impact du coronavirus sur l’industrie du divertissement. Le groupe Disney a ainsi reporté sine die « Affamés » (« Antlers ») et « Les Nouveaux Mutants » tandis qu’Universal a décidé de décaler d’un an, en avril 2021, le neuvième épisode de la série « Fast and Furious ».

De nombreux événements culturels ont déjà été annulés ou reportés en Californie, parmi lesquels le célèbre festival musical de Coachella, le festival du film de Beverly Hills et le rassemblement consacré à la pop culture WonderCon. De nombreux matches et événements sportifs sont également annulés.

D’autres festivals très fréquentés sont également concernés ailleurs aux Etats-Unis, comme le CinemaCon de Las Vegas, le festival South by Southwest (SXSW) d’Austin (Texas) et le festival du film de Tribeca à New York. A New York, les rassemblements de plus de 500 personnes sont interdits, les théâtres de Broadway sont fermés et le grand défilé de la St Patrick a été annulé.

« Nous prenons des mesures drastiques (..) pour réduire le nombre de personnes dans un environnement contagieux: pas de rassemblement de plus de 500 personnes », a annoncé le gouverneur Andrew Cuomo lors d’un point presse, alors que première métropole américaine approchait les 100 cas confirmés de Covid-19.

L’interdiction entre en vigueur vendredi soir, sauf pour les théâtres de Broadway, qui ont tous une capacité supérieure à 500 places, souvent plus de 1 000 : ils se sont éteints dès jeudi 17H00 (21H00 GMT), et jusqu’au 12 avril.

Le maire de New York, Bill de Blasio, à l’hôtel de ville de New York, le 21 septembre 2015. (Seth Wenig/ AP Images)

Peu après, le maire de New York décrétait formellement l’état d’urgence, déjà en vigueur au niveau de l’Etat.

« Le prochain cap est celui des 1 000 cas », a déclaré Bill de Blasio lors d’un point presse, indiquant s’attendre à ce qu’il soit franchi « la semaine prochaine » et avoir demandé aux hôpitaux de s’organiser pour augmenter leur capacité d’accueil.

Les rideaux vont donc rester tirés pendant au moins un mois sur les 41 théâtres dont les enseignes illuminent le quartier de Times Square, au coeur de Manhattan, avec des spectacles qui attirent les touristes du monde entier, du « Roi Lion » à « Hamilton », en passant par le nouveau remake de « West Side Story ».

C’est un coup dur pour le monde du spectacle américain, déjà ébranlé par des annulations en série de concerts et festivals, comme Coachella ou South by Southwest.

Calendrier sportif

Dans le monde, 131 460 cas ont été recensés dans 116 pays et territoires, causant la mort de 4 923 personnes, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles jeudi à 17H00 GMT.

Le patron de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus a tenté de rassurer en affirmant que cette pandémie était « maîtrisable ».

En Italie, qui compte désormais plus de 15 000 cas, dont plus de 1 000 morts, tous les commerces, sauf ceux jugés essentiels, sont désormais fermés.

Des mesures qui ont laissé perplexes les Italiens, peinant à juger lesquels étaient essentiels. Jeudi, il était par exemple impossible de trouver une laverie ouverte, un commerce pourtant exempté de fermeture.

En Espagne, le nombre de cas a bondi à près de 3 000 cas – dont une ministre – et le nombre de morts a presque doublé à 84. Les écoles de la région de Madrid ont été fermées. L’ensemble du gouvernement était soumis au test du coronavirus.

Les joueurs de basket de l’université de l’Ohio s’échauffent dans une arène vide et sans supporters avant un match de basket universitaire de la NCAA contre Akron dans le cadre du tournoi masculin de la Mid-American Conference, le jeudi 12 mars 2020, à Cleveland. (Crédit : AP/Tony Dejak)

La pandémie continue aussi de semer le chaos dans le calendrier sportif: matches de basket de la NBA suspendus « au moins un mois » selon son patron Adam Silver, Grand Prix de Formule 1 d’Australie annulé, championnat d’Italie de football suspendu jusqu’au 3 avril, championnat d’Espagne suspendu pour les deux prochaines journées.

Le championnat d’Angleterre, le plus riche du monde, vacille lui aussi : l’entraîneur d’Arsenal, l’Espagnol Mikel Arteta, a été annoncé positif au coronavirus, tout comme un premier joueur, le jeune Anglais Callum Hudson-Odoi (Chelsea). Une réunion d’urgence se tiendra vendredi matin pour décider de la suite de la saison de Premier League.

La flamme olympique pour les JO de Tokyo a bien été allumée jeudi sur le site antique grec d’Olympie, lors d’une cérémonie écourtée et en l’absence de spectateurs, alors l’opportunité de maintenir ces jeux fait débat.

Et le championnat d’Europe de football, prévu dans douze pays du 12 juin au 12 juillet, est lui aussi de plus en plus menacé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...