COVID-19 : seuls 13 nouveaux cas diagnostiqués en Israël en 24h
Rechercher

COVID-19 : seuls 13 nouveaux cas diagnostiqués en Israël en 24h

Ce chiffre est sans précédent depuis 14 mois ; il y a 100 malades gravement atteint par le virus en Israël ; le taux d'infection décline grâce à une campagne de vaccination unique

Des personnels soignants dans leurs équipements de protection à l'extérieur de l'unité du coronavirus de l'hôpital Ziv, dans la ville de Tzfat, dans le nord d'Israël, le 4 février 2021. (Crédit : David Cohen/Flash90)
Des personnels soignants dans leurs équipements de protection à l'extérieur de l'unité du coronavirus de l'hôpital Ziv, dans la ville de Tzfat, dans le nord d'Israël, le 4 février 2021. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Alors qu’Israël continue sa campagne de vaccination unique au monde, seulement 13 nouveaux cas ont été enregistrés dans le pays pour toute la journée de samedi, le chiffre le plus bas depuis 14 mois, ont fait savoir les données du ministère de la Santé qui ont été transmises dimanche.

Selon le ministère, un total de 9 238 tests de dépistage au coronavirus ont été effectués samedi et 0,1 % sont revenus positifs. Tandis que les chiffres du week-end sont généralement significativement inférieurs en raison d’un dépistage réduit, ces nouvelles données soulignent encore une baisse relative : le taux d’infection, le week-end dernier, était de 0,5 %.

Sur 1 310 cas actifs dans le pays, il y a cent personnes gravement atteintes par la maladie et 60 ont été placées sous respirateur, note le ministère de la Santé.

6 366 personnes sont décédées des suites d’une forme grave de la COVID-19 depuis l’apparition de l’épidémie au sein de l’État juif.

Avec le nombre des infections en constant déclin, Israël a levé les restrictions imposées à la vie publique, abandonnant notamment à la fin du mois dernier l’obligation de porter le masque à l’extérieur.

Des personnels de l’hôpital Ziv portant sur leur combinaison de protection dans une unité de prise en charge des malades du coronavirus dans la ville de Tzfat, dans le nord d’Israël, le 24 février 2021. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Grâce à une campagne de vaccination unique au monde, Israël connaît une diminution nette des taux quotidiens de mortalité et d’infection depuis le pic de l’épidémie qui avait été enregistré à la fin du mois de janvier.

A la fin du mois d’avril, l’État juif avait vacciné plus de cinq millions de personnes – qui avaient ainsi reçu leurs deux doses.

Selon le ministère de la Santé, dimanche, 5 049 828 citoyens avaient reçu leurs deux doses – ce qui représente plus de 60 % de la population au total et plus de 80 % des Israéliens éligibles à la vaccination et âgés de plus de 16 ans. Sans compter les personnes ayant guéri : 838 576.

5 401 155 personnes ont bénéficié de la première dose.

Le programme de vaccination au sein de l’État juif, qui s’est appuyé sur le vaccin Pfizer-BioNtech qui compte deux injections, est encore le premier au monde en termes de nombre de vaccinations par tête depuis son lancement qui avait eu lieu à la fin du mois de décembre.

Le pays se prépare à vacciner les enfants de 12 à 15 ans. Cette campagne commencera aussitôt que la FDA (Food and Drug Administration) américaine approuvera l’utilisation du vaccin chez les enfants appartenant à cette tranche d’âge.

Illustration : un travailleur médical prépare un vaccin contre la COVID-19 dans un centre de vaccination Clalit à Jérusalem, le 25 février 2021. (Olivier Fitoussi / Flash90)

Dimanche en début de matinée, l’armée israélienne a annoncé qu’elle ne comptait plus aucun cas de coronavirus, n’ayant enregistré aucun nouveau cas de la maladie dans ses rangs pour la toute première fois depuis l’apparition de la COVID-19.

Les militaires avaient rapporté leur premier cas de coronavirus en date du 2 mars 2020, quand un soldat qui travaillait à temps partiel dans un magasin de jouets avait été testé positif à la maladie. Le nombre de soldats, d’officiers de carrière et d’employés civils de Tsahal atteints par la COVID-19 n’avait cessé d’augmenter et de baisser au cours des derniers 14 mois, atteignant toutefois un pic au mois de février avec plus de 3 000 cas.

Au mois de mars, l’armée avait indiqué avoir atteint « l’immunité de groupe » alors plus de 80 % de tous ses soldats avaient été vaccinés ou avaient guéri du coronavirus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...